Promouvoir l’éco-conception pour lutter contre la pollution plastique : le combat de l’ONG Parley, soutenue par Adidas

Cyrill Gutsch, le fondateur de l’ONG Parley for the Oceans présentait en juin sa stratégie pour lutter contre la pollution plastique dans les océans. Celle-ci repose sur trois principes : “Avoid”, “Intercept” et surtout “Redesign”. Une démarche notamment soutenue par Adidas, qui co-conçoit des produits avec l’association.

“Parley s’attaque à trois crises : celle du plastique, celle du climat et celle de la pêche” expliquait Cyrill Gutsch, le fondateur de l’ONG Parley for the Oceans, lors des Cannes Lions Live 2021. Au fil des années, cet ancien designer a fait de l’élimination du plastique son combat.

Pour lui, “le plastique est un échec en termes de design. Il est dans l’air que l’on respire, dans l’eau que l’on boit, dans la nourriture que l’on mange. Il diffuse des produits chimiques, relâche des micro-particules et émet des gaz à effets de serre. Ce matériau n’est pas fait pour une économie circulaire, il n’est pas sain. Et pourtant, nous en sommes totalement dépendants”. Un constat qui l’a amené à créer son association en 2012.

Près de 600 produits Adidas intègrent désormais des fibres recyclées

En 2015, Parley for the Oceans a connu un premier coup de projecteur grâce à un partenariat avec Adidas : une paire de chaussures éco-conçues en plastique recyclé avait alors été présentée devant les Nations Unies. L’opération de communication, aux allures de greenwashing, a abouti à un partenariat plus stratégique, au long cours. Ainsi aujourd’hui, Adidas propose sur son site près de 600 produits intégrant des fibres de plastiques collectées en mer et recyclées par l’intermédiaire de l’association.

Pour lutter contre le plastique – dont on estime que 8 millions de tonnes sont déversées dans les océans chaque année -, l’ONG promeut une stratégie autour de trois grands principes, réunis sous l’acronyme “AIR” : “A pour “éviter” [“avoid”] le plastique quand c’est possible, I pour l’“intercepter” et le recycler quand cela n’est pas possible, et R pour “redesigner” : concevoir différemment les produits et apprendre à se passer du plastique”, détaille l’ancien designer.

Éduquer les designers, s’inspirer de la nature

Sur le terrain, le “Parley Global Cleanup Network” organise des campagnes de nettoyage pour éliminer les déchets plastiques des plages, des îles, des rivières, des mangroves et des océans, et intercepte les plastiques en milieu marin. “Nous sommes connus pour ce réseau de collecte à travers le monde, qui nous sert à transformer le plastique en matériaux réutilisables” explique Cyrill Gutsch. Mais une grande partie de son activité est aussi liée à l’éducation du grand public et des entreprises, ainsi qu’à la mise en place de partenariats autour de produits ou de projets de recherche. Objectif : changer les méthodes des designers pour leur apprendre à se passer du plastique dans leurs produits.

Outre Adidas, l’association a également noué des partenariats avec American Express ou plus récemment avec Brita, afin de développer des produits éco-conçus, inspirés de la nature. Pour Brita, par exemple, le partenariat consiste en l’étude de solutions pour se passer du plastique dans les systèmes de filtration d’eau de la marque, en s’appuyant sur des matériaux naturels (lignine, algues et mycélium).

“En 2018, au siège des Nations Unies à New York, nous avons déclaré la révolution des matériaux, en la comparant à la révolution numérique, qui change les façons dont nous échangeons, partageons et communiquons. Ces changements doivent maintenant s’opérer aussi dans le monde des matériaux, pour se débarrasser de toutes ces façons toxiques de faire du business. Nous devons évoluer vers une nouvelle économie”, conclut Cyrill Gutsch.

Benoit Zante
Journaliste spécialisé dans les sujets de l'innovation, du marketing et de la transformation digitale, Benoit Zante couvre les grands événements technologiques mondiaux pour identifier et analyser les tendances émergentes. Il est aussi l'auteur de "Les défis de la transformation digitale" aux éditions Dunod.

Dernières publications

Coûteuses mais prometteuses, l’espoir des énergies océaniques

Et si notre électricité était produite à partir du mouvement des marées, des courants et de la houle ? Si la technologie reste encore embryonnaire et exige des investissements importants, son caractère renouvelable et en partie prédictif pourrait bien convaincre les décideurs français, nos façades maritimes étant parmi les plus longues d’Europe.

IKKS dévoile une collection pour sauver les océans

IKKS, la marque créée par un marin revient aux sources. Après le succès en 2021 de la collection Love of the Ocean, IKKS présente une nouvelle collection du nom de Free the Sea pour...

Bonobo s’associe avec Plastic Odyssey pour lutter contre la pollution plastique en mer

Bonobo propose 2 sweats en fibres recyclées, dont la totalité des bénéfices seront reversés à l’association Plastic Odyssey qui lutte contre la pollution plastique en mer et encourage le recyclage des déchets plastiques. Précurseur...

Nathalie Rozborski (Maisons du Monde) : “ Nous voulons faire la démonstration que la transition, l’engagement, ça peut être divertissant, beau, fun”

Maisons du Monde lance le mouvement Good is Beautiful. Mouvement de marque, mouvement RSE, il se veut universaliste et relève le pari de faire du désirable durable. Nathalie Rozborski, Executive Director Brand et RSE...

Adidas dévoile son premier produit à base de fibres de bois

Huit mois après que la marque aux trois bandes ait annoncé son partenariat avec l'entreprise finlandaise de matériaux textiles Spinnova, elle a dévoilé son premier produit composé d'un minimum de 25% de fibres à...