Promouvoir l’éco-conception pour lutter contre la pollution plastique : le combat de l’ONG Parley, soutenue par Adidas

Cyrill Gutsch, le fondateur de l’ONG Parley for the Oceans présentait en juin sa stratégie pour lutter contre la pollution plastique dans les océans. Celle-ci repose sur trois principes : “Avoid”, “Intercept” et surtout “Redesign”. Une démarche notamment soutenue par Adidas, qui co-conçoit des produits avec l’association.

“Parley s’attaque à trois crises : celle du plastique, celle du climat et celle de la pêche” expliquait Cyrill Gutsch, le fondateur de l’ONG Parley for the Oceans, lors des Cannes Lions Live 2021. Au fil des années, cet ancien designer a fait de l’élimination du plastique son combat.

Pour lui, “le plastique est un échec en termes de design. Il est dans l’air que l’on respire, dans l’eau que l’on boit, dans la nourriture que l’on mange. Il diffuse des produits chimiques, relâche des micro-particules et émet des gaz à effets de serre. Ce matériau n’est pas fait pour une économie circulaire, il n’est pas sain. Et pourtant, nous en sommes totalement dépendants”. Un constat qui l’a amené à créer son association en 2012.

Près de 600 produits Adidas intègrent désormais des fibres recyclées

En 2015, Parley for the Oceans a connu un premier coup de projecteur grâce à un partenariat avec Adidas : une paire de chaussures éco-conçues en plastique recyclé avait alors été présentée devant les Nations Unies. L’opération de communication, aux allures de greenwashing, a abouti à un partenariat plus stratégique, au long cours. Ainsi aujourd’hui, Adidas propose sur son site près de 600 produits intégrant des fibres de plastiques collectées en mer et recyclées par l’intermédiaire de l’association.

Pour lutter contre le plastique – dont on estime que 8 millions de tonnes sont déversées dans les océans chaque année -, l’ONG promeut une stratégie autour de trois grands principes, réunis sous l’acronyme “AIR” : “A pour “éviter” [“avoid”] le plastique quand c’est possible, I pour l’“intercepter” et le recycler quand cela n’est pas possible, et R pour “redesigner” : concevoir différemment les produits et apprendre à se passer du plastique”, détaille l’ancien designer.

Éduquer les designers, s’inspirer de la nature

Sur le terrain, le “Parley Global Cleanup Network” organise des campagnes de nettoyage pour éliminer les déchets plastiques des plages, des îles, des rivières, des mangroves et des océans, et intercepte les plastiques en milieu marin. “Nous sommes connus pour ce réseau de collecte à travers le monde, qui nous sert à transformer le plastique en matériaux réutilisables” explique Cyrill Gutsch. Mais une grande partie de son activité est aussi liée à l’éducation du grand public et des entreprises, ainsi qu’à la mise en place de partenariats autour de produits ou de projets de recherche. Objectif : changer les méthodes des designers pour leur apprendre à se passer du plastique dans leurs produits.

Outre Adidas, l’association a également noué des partenariats avec American Express ou plus récemment avec Brita, afin de développer des produits éco-conçus, inspirés de la nature. Pour Brita, par exemple, le partenariat consiste en l’étude de solutions pour se passer du plastique dans les systèmes de filtration d’eau de la marque, en s’appuyant sur des matériaux naturels (lignine, algues et mycélium).

“En 2018, au siège des Nations Unies à New York, nous avons déclaré la révolution des matériaux, en la comparant à la révolution numérique, qui change les façons dont nous échangeons, partageons et communiquons. Ces changements doivent maintenant s’opérer aussi dans le monde des matériaux, pour se débarrasser de toutes ces façons toxiques de faire du business. Nous devons évoluer vers une nouvelle économie”, conclut Cyrill Gutsch.

Benoit Zante
Journaliste spécialisé dans les sujets de l'innovation, du marketing et de la transformation digitale, Benoit Zante couvre les grands événements technologiques mondiaux pour identifier et analyser les tendances émergentes. Il est aussi l'auteur de "Les défis de la transformation digitale" aux éditions Dunod.

Dernières publications

Nadia Auclair, PDG de Carbiolice : « Nous faisons le pari de la compostabilité du plastique en effaçant son impact environnemental »

Selon les dernières données de l’ADEME, le tri des biodéchets à la source permettrait de réduire le poids des poubelles de 30%. Bonne nouvelle, l’entreprise auvergnate Carbiolice développe depuis 2016 une solution révolutionnaire pour accélérer la biodégradation complète des plastiques et qui permet de faire rentrer enfin le plastique dans l’économie circulaire. Rencontre avec Nadia Auclair, sa PDG visionnaire, et Laura Perrin, Responsable de la Communication chez Carbiolice.

2021, le point sur les alternatives au plastique

Si nous ne cassons pas l’économie linéaire absurde du plastique à usage unique, son volume pourrait doubler et les déchets rejetés dans l’océan tripler pour atteindre 600 millions de tonnes en 2040 (Source Helen Mc Arthur Foundation). Les entreprises doivent changer d’urgence et abandonner leur modèle de prédation de l’environnement. Comment passer des paroles à l’action ? Décryptage des tentatives très créatives de greenwashing des géants de la pétrochimie. Un marché de 360 milliards d’euros, rien qu’en Europe*.

Actualités et Chiffre de la semaine du 18/05

- 20 start up sélectionnées pour participer au programme d’accompagnement French Tech Green20 - L’Allemagne rehausse ses objectifs de réduction d'émissions. - Adidas développe un nouveau modèle de Stan Smith en cuir à base de champignons - Ecocert fait l’acquisition de Certisys - Natura établit des critères éthiques de financement

Emballages plastique : qu’attendent les marques pour s’en séparer ?!

: Passé le premier anniversaire de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, sa phase finale approche enfin. Tandis que la Commission européenne doit bientôt adopter des lignes directrices sur ce que signifient en pratique les dispositions concernant les plastiques à usage unique, les discussions autour de la Convention Citoyenne pour le Climat continuent et les prochaines semaines seront déterminantes pour les secteurs de l'emballage et de la gestion des déchets. Qu’en pensent les Français et comment se plient-ils au changement ? Tipa fait le point en étude via Ipsos.Digital et visiblement, les consommateurs attendent les entreprises au garde à vous.