The Good, le manifeste

Sans planète, pas de business

Se transformer ou périr avec le monde : un motto qui s’applique à tous les secteurs, sans exception. De l’urgence climatique aux luttes citoyennes pour la justice sociale en passant par la crise covid-19, les signaux se multiplient et imposent aux entreprises un changement aussi profond que radical de leur intentions comme de leur systèmes de production. Bien que prises dans l’étau d’une logique capitaliste et surproductiviste où la réussite se mesure d’abord au rendement économique, les entreprises sont attendues au tournant par des consommateurs las des prises de paroles opportunistes et sans conséquences, et doivent de porter en étendard une transformation durable des modes production et consommation où Good et Économie se concilient. Mais si parler de RSE, de RSM, de bienveillance, d’utilité sociale, de responsabilité, de confiance ou encore d’engagement, c’est bien, agir, c’est mieux. Passer de la parole aux actes, redéfinir ses objectifs, réorganiser sa structure, repenser son discours de marquer et surtout : être honnête. Assumer ses failles et travailler à les transformer. À la dictature binaire du « ou », qui oppose par exemple écologie et économie, nous croyons à la possibilité du « et ». C’est pour cette raison qu’INfluencia lance TheGood, le média de la transformation écologique, sociale et solidaire des marques.

The Good, le média de la transformation écologique, sociale et solidaire des marques

Avec pour objectif d’accompagner durablement les dirigeants d’entreprises vers un horizon plus responsable et engagé, TheGood développe une offre mêlant points de vues et formats d’expression pour un panorama complet des mutations entrepreneuriales actuelles et à venir. Décryptage aiguisé et critique des initiatives responsables qui chaque jour fleurissent et font leurs preuves -allant de la stratégie d’entreprise aux nouvelles offres (marques, produits, nouveaux business models) en passant par les prises de paroles médiatiques- mise en lumière des bonnes pratiques à adapter en fonction de son business, analyse des études et baromètres proposées de tous bords, interview et prise de parole d’experts et spécialistes sur ces questions. Porte parole du changement, TheGood donnera la parole aux audacieux qui recherchent l’impact positif pour la planète et ses habitants et orientent leur entreprise et leur marque dans une croissance plus saine et durable. Une plateforme globale de prescription qui s’adresse aux dirigeants et aux managers et leur livre les clés pour transformer leur organisation : gouvernance, RSE, RH, marketing et communication, production, achats, innovation.

Emilie Thiry
Ex publicitaire reconvertie dans la communication corporate en 2011, puis dans la politique en 2015, Emilie est depuis juillet 2020 en charge du consulting et de la diversification des offres d’INfluencia. Elle dirige à ce titre The Good, la plateforme dédiée à la transformation écologique, sociale et solidaire des entreprises et des marques. Elle anime également un séminaire sur le monde de la communication en Master 2 Conseil éditorial à Sorbonne Université. Emilie est diplomée de l’IEP de Strasbourg et ancienne élève du CELSA.

Dernières publications

Planète OUI x ISLANDER : comment une PME française du Good est aux manettes d’un projet fou ?

À l’image du projet danois VindØ que The Good analysait il y a peu, le projet ISLANDER débarque en terre allemande. Né en octobre 2020, ce projet a pour ambition de rendre l’île de Borkum autonome en énergie et de lui faire atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2030. Fournisseur d’électricité verte et de biogaz, la PME française Planète OUI a été sélectionnée pour mettre ses compétences concrètes au service de cette île décarbonée et écologique. Rencontre avec Albert Codinach, CEO de Planète OUI pour mieux comprendre les enjeux et opportunités du projet.

Numérique écologique : une transition du digital s’impose

En 2020, le numérique est responsable de 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (plus fort que le transport aérien et ses 2%). La forte augmentation des usages avec 10 milliards de mails (0,2g de Co2/mail) échangés par heure et l’explosion du streaming vidéo (300 millions de tonnes de Co2 dans le monde) laisse présager un doublement de cette empreinte carbone d'ici 2025. Comment aider les entreprises à aller vers plus de sobriété numérique face à un télétravail qui explose ? Faut-il arrêter d’envoyer des emails ? Doit-on favoriser le reconditionnement ? Faut-il revoir notre façon de concevoir nos sites internet ? Interview croisée avec Inès Leonarduzzi, Présidente de Digital for the Planet, et Hélène Sagné, Présidente de Digital Green.

Actualités et chiffre de la semaine du 13/10

- Orange lance Re, un programme en trois R - The Good Goods lance une carte interactive de la mode éco-responsable - Camif acquiert officiellement la qualité de « Société à Mission » - Ikea arrête la vente de piles alcalines - WeNow et Fretlink s'allient pour réduire l'empreinte carbone du transport de marchandises - Newlight transforme les émissions de gaz à effet de serre en fourchettes et en pailles

Actualités et chiffre de la semaine du 22/09

Fairphone 3+ : recyclé, moins cher et contre l’obsolescence programmée Composé à 40 % de plastique recyclé, deux fois moins cher qu'un smartphone et surtout ignorant l'obsolescence programmée, le...

Time for the Planet mise sur les citoyens et les entreprises pour reprendre le pouvoir sur le dérèglement climatique

Lancé il y a un an, Time for the Planet est un fonds à but non lucratif qui veut créer et financer 100 entreprises «open source» pour lutter contre les gaz à effet de serre. Ce projet fou hybride entre start up studio, fonds d’investissement et mouvement citoyen prévoit d'atteindre le milliard d'euros d'ici cinq à dix ans. Rencontre avec Coline Debayle, co-fondatrice de Time for the Planet, qui veut donner du sens à ses actions entrepreneuriales, sauver le climat et changer le monde avec bienveillance.