OurCarbon : quand les déchets se transforment en nouveaux matériaux…

Et si nos déchets devenaient de nouvelles matières premières pour la mode, le BTP ou l’industrie ? C’est le pari de la startup italienne Bioforcetech, qui révélait à l’occasion de la Dutch Design Week d’Eindhoven un matériau entièrement circulaire, et même “carbon-negative” : OurCarbon.

OurCarbon est issu de nos déchets organiques (boues de stations d’épuration, déchets industriels, etc.) : au lieu de les enfouir, de les épandre ou de les incinérer, la startup Bioforcetech, basée à la fois en Italie et en Californie, les collecte, les transforme et leur trouve de nouveaux usages industriels, sous la forme de “biochar”, un matériau traditionnellement utilisé pour régénérer les sols.

Pour créer ce cercle vertueux, Bioforcetech a développé un procédé exclusif, qui permet de faire sécher les déchets et de les transformer. Au cours de ce processus, le carbone contenu par les déchets est séquestré, empêchant sa libération dans l’atmosphère et la production de gaz à effet de serre. Ce “biochar” est ensuite commercialisé sous forme de pigments ou de granulés auprès d’industriels. Chaque tonne de “OurCarbon” – le nom de ce nouveau matériau – permet d’économiser 10 tonnes de CO2, selon les calculs de l’entreprise, audités par le cabinet Northern Tilth. 

Sous forme de granulés, OurCarbon trouve des applications dans l’agriculture (pour fertiliser les sols) ainsi que dans la fabrication de matériaux (céramiques, ciments, résines)… “L’utilisation d’OurCarbon sous forme d’additif peut réduire considérablement l’empreinte carbone de certains des matériaux les plus utilisés”, explique Bioforcetech. Pour développer les usages, l’entreprise a noué des partenariats de R&D avec des industriels.

Par exemple, des tests sont actuellement menés dans le domaine du BTP pour utiliser OurCarbon en remplacement partiel ou total du sable dans le béton : “les premiers tests donnent des résultats positifs, ils ouvrent la voie à une neutralisation de l’empreinte carbone d’un matériau de construction à forte intensité carbone extrêmement utilisé, tout en évitant l’exploitation minière et la destruction des écosystèmes liés à la collecte de sable.” Bioforcetech se prend même à imaginer la construction de villes totalement circulaires. 

Grâce à son caractère poreux, OurCarbon a également des propriétés intéressantes dans la filtration et l’assainissement : des tests sont menés pour filtrer les contaminants des eaux pluviales et assainir des sites pollués, en remplacement des filtres à charbon actif traditionnels ou des polymères synthétiques.

Sous forme de pigments, l’un des champs d’application principaux d’OurCarbon est le remplacement des colorants noirs dans les encres, les plastiques ou les mousses. L’intérêt pour la planète est évident, alors que “la grande majorité des colorants noirs sont fabriqués selon des processus à forte intensité carbone, qui impliquent la combustion de combustibles fossiles. Pour chaque tonne de cette matière produite, en moyenne trois tonnes de CO2e sont émises dans l’atmosphère”, explique l’entreprise, qui évoque aussi la pollution produite par les méthodes conventionnelles.

Plus étonnants, les pigments OurCarbon peuvent être utilisés par l’industrie de la mode, dans la coloration des textiles : à Eindhoven, le label Masfuerte New York présentait ainsi des vêtements en chanvre et soie teintés grâce aux pigments OurCarbon.

Mais pour séduire plus largement les designers et les créateurs, Bioforcetech devra faire oublier l’origine de son matériau : tout un travail de marketing, inspiré des startups du numérique, est en cours.

Benoit Zante
Journaliste spécialisé dans les sujets de l'innovation, du marketing et de la transformation digitale, Benoit Zante couvre les grands événements technologiques mondiaux pour identifier et analyser les tendances émergentes. Il est aussi l'auteur de "Les défis de la transformation digitale" aux éditions Dunod.

Dernières publications

Avec ou sans col roulé

« Vous ne me verrez plus avec une cravate, mais avec un col roulé. Nous ne mettrons pas le chauffage au ministère tant que la température ne sera pas en dessous de 19 °C » a déclaré Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, sur France Inter le 27 septembre dernier. Tout le monde y va de son petit commentaire sur le col roulé, moins sur les 19°C.

Solariser la France, une transition en cours

Réduire nos émissions de gaz à effet de serre passe inévitablement par une solarisation massive de nos infrastructures existantes. Des toits de friche, parking et bureau qui ont l’avantage d’exploiter les supports existants et de produire une énergie de proximité. Un photovoltaïsme tactique qui rassemble des acteurs divers comme SNCF Gares & Connexions, le grossiste alimentaire Metro et les métropoles de Nantes, Lyon et Saint-Etienne.

Quand la transformation digitale inspire la RSE 

Si les consommateurs se disent tous concernés et préoccupés par le changement climatique ou la lutte contre les discriminations, un écart fort subsiste quand il s’agit de passer à l’acte. Et si les entreprises s’inspiraient de la transformation digitale pour accompagner la transformation écologique et sociale des comportements ?

Leboncoin et l’Institut Rousseau ont formulé 12 propositions en faveur de l’économie circulaire et de la hausse du pouvoir d’achat des Français

Leboncoin a toujours promu les vertus de l’économie circulaire auprès des Français. Le site de revente de biens de particuliers à particuliers a déjà séduit 29 millions de Français qui se rendent chaque mois...

Catherine Lescure (Enedis) : “ Nous travaillons main dans la main avec la filière électrique pour que nous soyons au rendez-vous de 2050. ”

La mission d’Enedis est d’apporter de l’électricité aux Français tous les jours 24h/24, et ce quel que soit leur fournisseur. Pour accompagner cette mission de service public fondamentale à l’heure où la France s’engage chaque jour un peu plus sur la voie de l’électrique, l’entreprise se transforme avec son ambitieux Projet Industriel et Humain 2020-2025. Rencontre avec Catherine Lescure, Directrice Communication et RSE.