Communication : climat 1 – 0 social

Depuis plusieurs années, le secteur de la communication s’engage et gagne des batailles dans sa prise de conscience des enjeux climatiques et environnementaux mais qu’en est-il de sa responsabilité sociale ?

Protection du climat et communication sont-ils réconciliables ? Si le secteur de la communication doit encore progresser sur l’enjeu écologique, de vraies batailles ont été gagnées comme le montrent les bilans de l’ARPP ou ceux de l’ADEME. Valérie Martin, Cheffe du service Mobilisation citoyenne et média de l’ADEME le résume très bien : « le taux de publicités non conformes aux règles déontologiques [NDLR sur la question de l’environnement] a été divisé par cinq en 7 ans, il est passé de 36% en 2006 à 7% en 2013 et est stable depuis ». Néanmoins il reste des métiers à convertir. La digitalisation des campagnes, par exemple, ne signifie pas un moindre impact sur le climat ! L’explosion exponentielle des vidéos génèrent une très large part des émissions carbones. Donnons un chiffre pour s’en convaincre si besoin est : plus de 300 millions de tonnes de CO2 en 2018 soit autant de gaz à effet de serre que l’Espagne !

Advertising under attack 

Le rapport sur la publicité et la transition écologique confiée par mesdames les Ministres Elisabeth Borne et Brune Poirson à Thierry Libaert et Géraud Guibert et pour lequel j’ai eu l’honneur d’être auditionné, n’est pas tendre avec le segment publicitaire de notre secteur. Il a néanmoins le grand mérite de proposer 23 solutions qui n’interdisent rien mais qui encadrent beaucoup mieux. Dans la foulée de ce rapport et de la convention citoyenne, le projet de Loi de Barbara Pompili est attendu pour bientôt et inquiète la profession. Comme une ambiance pré-Loi Evin.

Mais soyons constructifs, sur l’axe de la prise en compte de l’écologie, notre secteur s’est mobilisé et intègre dans son pilotage l’enjeu climatique. Citons, les acteurs de l’événementiel qui se sont dotés très tôt de plusieurs outils pour compter, réduire et compenser les émissions carbones. Dans leur ensemble les acteurs de la communication ont bien intégré la règle : réduire en priorité, puis compenser. Et si les lecteurs de cette tribune souhaitent s’engager et cherchent des boîtes à outils, le Guide de la communication responsable 2020 (édité par l’ADEME) et le Communicator édition 9 (Dunod) peuvent les y aider.

Social et pas sociétal

En revanche, le trou dans la raquette, doux euphémisme pour dire le trou noir dans lequel se perd notre secteur, demeure la dimension sociale de nos activités. Et j’entends bien sociale et pas sociétale.

Osons en effet affronter nos manières de manager nos collaborateurs et nos freelances. La « coolitude » de notre secteur semble avoir été, depuis des décennies, une sorte d’autorisation à une passivité, voire un laxisme d’un autre âge en matière d’écoute de notre corps social et de « care ». Combien d’agences disposent d’un système de mesure régulier du bien-être interne ?

Comment accueillons-nous les jeunes générations, nos apprentis, nos stagiaires, nos jeunes salariés ? Combien de talents fuient notre secteur faute de trouver du sens à leur parcours professionnel et parfois la simple considération qu’ils méritent ? Faut-il ici rappeler les cas nombreux, répétés, indécents de harcèlement moraux ou sexuels ? Si nombreux que l’Association Com-Ent a créé une ligne d’écoute, depuis deux ans, dédiée au secteur de la communication et à laquelle plusieurs autres associations se sont jointes. Rappelons ici ce numéro si précieux : 0 800 100 334, derrière lequel des psychologues cliniciens sont capables d’accueillir la souffrance, la douleur et d’initier les premiers pas de la réparation. 

Et nos freelances ou nos intermittents comment les intégrons-nous ? Avec quelle rapidité payons-nous leur facture ? Il nous faut aussi regarder la précarité de notre secteur les yeux dans les yeux. Dans la période actuelle, et à la veille de la fin du chômage partiel, quelles seront nos politiques RH pour maintenir l’emploi, pour continuer à aider l’insertion des jeunes et éviter qu’ils partent chez l’annonceur dès la fin de leur première expérience.

Nous donnons des conseils en matière de marque employeur, mais avons-nous réellement questionné la marque employeur de notre secteur et de chacune de nos boutiques, petites ou grandes ? La mauvaise rengaine des cordonniers certainement …

Tout cela pique, brûle, et il ne s’agit pas d’opposer climat contre social. Le « en même temps » me semble de rigueur. Si nous ne trouvons pas les solutions ensemble le législateur nous régulera encore davantage.

Ensemble cela signifie toute l’équipe de France de la communication, toute la chaîne de valeur, des annonceurs, aux agences, aux freelances en passant par les écoles… Vite ! Engageons début 2021 les Assises de la Communication ! L’urgence sociale n’a d’égale que l’urgence climatique.

Assaël Adary
Président d’Occurrence, Co-auteur du Communicator 9 et président des Alumni CELSA Sorbonne Université

Dernières publications

AXA Climate et Fabernovel lancent (F)ACT

Puisque le « passage à l’action » semble être le motto de cette année riche en urgences comme en solutions, pourquoi ne pas lui dédier un programme concret permettant sa mise en pratique ? Parce que "pour changer, il s'agit d'abord de comprendre, puis d'agir », AXA Climate et Fabernovel se sont associés pour lancer (F)ACT, le programme d’innovation corporate autour de l’urgence climatique.

Sexisme : après la pub, la com

Parce que le sexisme est une oppression systémique qui fait loi dans les imaginaires comme les pratiques, la publicité n’est pas le seul canal qui doit être régulé. Engagé depuis 2012 dans cette lutte, le réseau professionnel « Toutes Femmes, Toutes Communicantes » créé par COM-ENT dévoile un nouveau volet de sa campagne « No More Clichés » pour insister sur l’urgence de revoir la com dans sa globalité. Rencontre avec l’ambitieuse et engagée Laurence Beldowski, DG de COM-ENT et fondatrice du réseau.

Comment l’engagement des communicant.es devient-il un levier au service de la RSE ?

Comment l’engagement des communicant.es devient-il un levier au service de la RSE ? Comment faire de la diversité et de l'inclusion les clés d’une valorisation de l’entreprise ? Comment fédérer l’interprofession au service de la com et de ses transformations ? Autant de questions abordées dans « Les voix de la communication » : un projet de concertation porté par l'association des professionnels de la communication COM-ENT sous la nouvelle présidence de Séverine Lecomte. Rencontre avec cette dernière pour parler de l'impact positif dans la com.

Laura Boulet, DGA de l’Union des Marques : “ toutes les entreprises doivent être activistes. La question est : comment ? “

Après « Tous activistes ? », « Accélérer » : voici le mot d’ordre de la seconde édition de l'événement dédié à la communication et au marketing responsables FAIRe. En amont de cette matinée de rencontres portée par l’Union des Marques qui aura lieu ce jeudi 11 février pour discuter de la communication comme levier de relance éthique et économique, nous rencontrons Laura Boulet, DGA de l’Union des Marques.

Pitch Perfect : le Positive Media Project organise sa « Green pitch session »

Alors que le premier cycle d’atelier touche à sa fin, le Publicis Media Project, espace de co-construction de solutions pour une publicité responsable, voulait élargir son réseau de collaborateurs. Au mois de février, les solutions imaginées pourront entrer dans une phase de test. Dans ce contexte, la session de décembre a ainsi été une session de pitch où plusieurs acteurs responsables et inspirants sont venus présenter leurs produits. Feedback.