Bettina Dablemont et Vincent Moreau (Advantail) : “Notre raison d’être est de promouvoir la consommation raisonnée et la gestion responsable des lieux”

Lors de notre première édition du Grand Prix de la Good Économie, Advantail a remporté l’or dans la catégorie “Assurer l’accès aux produits et services durables” pour sa braderie solidaire, Chez Brad’ située à Honfleur. Aujourd’hui, nous revenons avec la Directrice Générale, Bettina Dablemont et le Directeur Marketing & Innovation, Vincent Moreau, sur ce projet qui se pérennise et se duplique, et sur la transformation en cours de l’entreprise.

The Good : Pourquoi avoir candidaté au Grand Prix de la Good Économie ?

Bettina Dablemont et Vincent Moreau :  Notre objectif était de donner de la visibilité à nos actions. Notre métier de property manager, de gestionnaire de lieux de vie, nous a amenés à plusieurs constats. Le premier constat est que les lieux de vie performants économiquement sont ceux qui ont du sens. Le deuxième est lié à notre environnement de travail complexe. Nous travaillons en BtoBtoC. Il y a beaucoup d’intermédiaires avec beaucoup de discours, de bonnes intentions mais encore peu d’actes. Depuis longtemps, nous nous définissons du côté des faiseurs et non du côté des commentateurs. En prenant en compte le comportement des consommateurs, on se rend compte qu’ils sont volontaristes. Nous avons donc placé le consommateur final au centre de notre prise de décision. Le dernier constat est que les actions les plus vertueuses sont celles qui ont un impact concret sur leur territoire. L’objectif était donc de donner de la visibilité à une de ces actions qui en interne nous avait vraiment marqués.

TG : Quel projet avez-vous soumis ?

B.D et V.M : Candidater était déjà une première victoire. Chez Brad’, la Braderie solidaire est née d’un partenariat entre deux acteurs locaux : l’association Être & Boulot et le village de marques d’Honfleur, Honfleur Normandy Outlet qui est un de nos centres en gestion. Nos équipes avaient identifié cette association qui gérait un dépôt-vente à Honfleur malheureusement à l’abri des fréquentations. On voulait leur donner une vitrine pendant un moment fort de notre saisonnalité. Ce qui nous a paru important c’était aussi de leur donner des clients qui ne seraient pas naturellement venus vers une braderie solidaire. Après avoir élu domicile dans nos murs deux mois l’été dernier puis un mois cet hiver, le dépôt-vente revient le mois prochain pour 3 mois. C’est donc un partenariat qui dure.

TG : Quels sont les champs de l’impact concernés par ce projet ?

B.D et V.M : Je crois que notre plus grande fierté concerne les personnes accompagnées par les membres de l’association et nos équipes pour être aptes à recevoir les clients au sein de la braderie. En plus de l’insertion professionnelle, il y a aussi la consommation raisonnée. Par consommation raisonnée on entend celle qui fait sens. Dans nos centres commerciaux nous essayons de proposer des grandes enseignes nationales connues, qui petit à petit font un gros effort sur l’aspect raisonnable de leurs collections. Nous essayons aussi de mettre au profit d’acteurs économiques issus de l’économie sociale et solidaire, des visiteurs. Enfin c’est le mécénat de compétences, en faisant en sorte que nos équipes détentrices de savoirs techniques puissent le partager avec ces publics.

TG : Quel chemin de transformation RSE avez-vous entrepris au sein de votre entreprise ? 

B.D et V.M : Nous aimons dire que la crise du Covid nous a sauvés. On était dans une démarche assez court-termiste. Cela nous a permis de repenser notre plan stratégique sur du long terme. En parallèle, nous avons commencé à réfléchir à notre démarche RSE. Début 2020, nous avons défini notre raison d’être qui est de promouvoir la consommation raisonnée et la gestion responsable des lieux. Nous l’avons ensuite beaucoup détaillée auprès de l’ensemble de nos collaborateurs et de nos parties prenantes. C’est une forme de garantie qui oblige chacun d’entre nous sur le long terme et qui donne du sens à chacune de nos actions. Fin 2020, on a fait une grande consultation auprès de nos parties prenantes. On les a tous interrogés sur les 3 piliers : social, environnemental et sociétal pour identifier les enjeux cruciaux que nous avons ensuite matérialisés sur une matrice de matérialité. Une fois que nous avons pu scorer l’ensemble de ces enjeux, on a créé un comité RSE de 8 personnes au sein de l’entreprise avec une représentation de tous les métiers. On a co-construit les actions prioritaires pour répondre à ces enjeux cruciaux. Nous avons aussi entamé une labellisation B Corp pour laquelle nous avons consolidé tous nos éléments de preuve.

TG : Quels sont ces éléments de preuve ?

B.D et V.M : Sur la partie sociale, on a recensé les experts qui peuvent monter des modules de formation. Notre directeur financier a par exemple écrit une formation sur la comptabilité pour former l’ensemble des collaborateurs. En 2021, on a réalisé 220 heures de formation en interne. Cela permet de faire monter en compétences les collaborateurs et d’augmenter leur employabilité. Sur la partie environnementale, on a défini un book avec l’ensemble des bonnes pratiques pour viser la réduction des consommations énergétiques dans les 5 prochaines années. Sur la partie sociétale, Chez Brad’ est un exemple d’actions concrètes d’ancrage local.

TG : Quelles difficultés avez-vous rencontrées sur ce chemin ?

B.D et V.M : Dès le début, on s’est dit qu’il fallait faire preuve de beaucoup de pédagogie et de patience pour expliquer notre raison d’être, notre projet d’entreprise et surtout pour faire comprendre à chacun qu’être acteur de ce déploiement de stratégie est possible, que ce soit en interne ou en externe. Le temps fort Ma Petite Planète a été un élément déclencheur. Cela a créé beaucoup de cohésion d’équipe et a donné du sens au démarrage de nos actions. 

TG : Pouvez-vous nous partager quelques résultats ?

B.D et V.M : 95% de nos collaborateurs ont trouvé un sens à leurs actions au quotidien. C’est une récompense fabuleuse puisque c’est la preuve que notre message a été compris. Notre plus grande fierté est ainsi d’avoir une stratégie RSE qui ne soit pas “hors-sol” du quotidien de nos équipes et dont chacun soit porteur. Un de nos plus grands succès est la duplication en cours de certaines de nos actions responsables. On estime qu’environ 10% des surfaces que nous gérons seront dans les prochains mois dédiées à des acteurs de l’économie sociale et solidaire. Avec notre braderie solidaire, déjà plus de 10 personnes ont été formées pour un retour à l’emploi. Chez Brad’, la Braderie solidaire qui a gagné beaucoup de visibilité grâce au Grand Prix de la Good Économie, va être dupliqué sur d’autres sites notamment à Roubaix. Une nouvelle boutique du nom de ReStore sera installée sur notre site là-bas. Une entreprise qui fait du tri sélectif dans la métropole de Lille mettra dans cette boutique des produits à prix très réduits. Nous pouvons donc dire que la boucle est bouclée puisque notre objectif qui était de mettre en avant un de nos projets est plus qu’accompli avec l’ouverture de nouvelles boutiques solidaires.

Chez Brad’, la Braderie solidaire qui a gagné beaucoup de visibilité grâce au Grand Prix de la Good Économie, va être dupliqué sur d’autres sites notamment à Roubaix.

Dernières publications

We R Future, le nouvel emblème des engagements et initiatives RSE de La Redoute

La Redoute lance son programme We R Future pour que les familles qui le souhaitent puissent consommer de manière plus responsable pour équiper leur foyer au quotidien. Ce programme s’organise autour de plusieurs axes : Proposer...

Jean-Thierry Winstel (Bioviva) : « S’il y a une seule entreprise au monde qui doit faire un jeu éducatif sur les changements climatiques c’est...

Comprendre les enjeux climatiques et la biodiversité en s’amusant ? C’est le défi mené depuis 25 ans par Bioviva. Cette entreprise à mission crée, produit et commercialise des jeux éducatifs écoresponsables autour de la Nature et de l’épanouissement de l’enfant. Depuis toujours, l’engagement environnemental, sociétal, social et économique est au cœur de l’ADN de Bioviva avec un Made in France souvent récompensé par de multiples prix et trophées. The Good rencontre Jean-Thierry Winstel le dirigeant fondateur de Bioviva.

Greenweez se lance sur le marché de l’occasion

Greenweez, le leader français de la vente en ligne de produits bio ou écoresponsables en Europe, proposant une offre diversifiée de plus de 60 000 références pour une consommation responsable, se lance sur le marché de l’occasion.

Henkel Beauty Care : « Il n’y a pas de consommation responsable sans marketing responsable »

Véritable poids lourd de l’industrie de l’hygiène, le Groupe Henkel qui se déploie sur plus de 150 pays opère une profonde transition de son modèle avec l’ensemble de ses (750!) marques. Une feuille de route RSE ambitieuse et déjà bien amorcée, notamment sur leur branche beauté (Diadermine, Fa, Schwarzkopf, NAE etc), qui nous interroge sur l’évolution du marché de la beauté. Rencontre avec Charlotte Lebuhan, directrice marketing Henkel Beauty Care.

Désir de consommation et consommation responsable sont-ils compatibles ?

INfluencia et The Good organisent ce vendredi une table ronde sur le sujet de l’état du désir de consommation à l’aune d’une consommation plus responsable. Face aux multiples contraintes, sanitaires, écologiques, physiques, comment redonner aux consommateurs l’envie de consommer ? Après plus d’un an de crise(s), les moteurs du désir sont-ils les mêmes ? Peut-on entretenir la flamme de la consommation tout en étant responsable ?