Les crypto-monnaies locales, une solution pour revitaliser les territoires ?

Et si les monnaies locales reprenaient les principes des crypto-monnaies pour accélérer leur développement ? En Suisse, le Léman, la monnaie “complémentaire, locale, citoyenne, durable et solidaire du bassin lémanique transfrontalier” s’est doublée dès 2018 d’un e-Leman, basé sur la blockchain. De quoi inspirer d’autres initiatives ?

Plus de 80 monnaies locales et complémentaires existent en France, en marge de l’euro. “Elles ont la particularité de recentrer tout le système monétaire sur l’économie locale, en circonscrivant l’usage de la monnaie sur un territoire donné”, expliquait Abdou Chaoui, analyste chez Fabernovel à l’occasion d’une table-ronde en ligne sur le sujet. Leur mission première est donc d’encourager la population à acheter auprès de vendeurs et producteurs locaux et de renforcer les échanges entre acteurs économiques du territoire. Un enjeu qui gagne en acuité avec la crise sanitaire.

Au déconfinement, on a vu une forte hausse des ouvertures de compte et des volumes de change mensuels automatiques”, confirme Iban Carricano, responsable communication chez Euskal Moneta, l’association qui émet l’Eusko, la monnaie complémentaire du Pays basque. Celle-ci se présente comme la plus importante monnaie locale d’Europe, devant le Chiemgauer en Allemagne et le Bristol Pound en Angleterre. 

Concrètement, ces monnaies alternatives, qui ont leurs propres billets et moyens de paiement, sont le plus souvent convertibles à un taux fixe dans la monnaie nationale (l’euro en France, le Franc suisse pour le Léman, etc.). Leur usage est limité aux entreprises et commerces qui l’acceptent pour leurs échanges avec d’autres professionnels ou des particuliers. Les particuliers peuvent faire le choix de convertir une partie de leur épargne – ou dans certains cas, de recevoir directement une partie de leurs salaires – dans cette monnaie locale.

Pour les territoires concernés, les avantages de ces monnaies complémentaires sont nombreux : la monnaie (et la valeur qui lui est associée) reste dans l’écosystème local et contribue à soutenir les producteurs et distributeurs implantés localement. Elles peuvent aussi aider à la relocation de certains biens et services. En cas de crise, ces monnaies peuvent également être des facteurs de résilience territoriale.

Julien Prat, Chercheur au CNRS et enseignant au sein de l’Institut Polytechnique de Paris pointe néanmoins deux limites au déploiement des monnaies locales : le risque de contrefaçon et le “commitment”, autrement dit, comment s’assurer que la monnaie gardera sa stabilité dans le temps et que l’instance locale qui l’émet ne sera pas tentée de faire jouer la planche à billets ? “La blockchain permet de résoudre ces deux problèmes”, estime-t-il, tout en précisant que le fait qu’une technologie de confiance soit disponible ne se traduit pas nécessairement par une adoption massive… 

On ne voit pas le bitcoin être adopté comme monnaie, à part en temps de crise. Pourquoi ? Du point de vue des usages, le système monétaire fonctionne très bien, il n’y a pas vraiment de besoin de quitter la monnaie”, explique-t-il. En effet, si les avantages collectifs des monnaies complémentaires sont certains, ils sont plus limités à court terme pour les individus. Blockchain ou pas blockchain, l’utilisateur qui convertit une partie de ses avoirs en monnaie locale perd en pouvoir d’achat et voit ses possibilités de dépenses limitées… 

Dans le Pays-Basque, la monnaie locale Eusko a semble-t-il levé une partie de ces freins : en circulation depuis le 31 janvier 2013, elle est désormais adoptée par plus de 3 800 adhérents particuliers et un réseau de plus de 1 000 professionnels, ainsi que par 23 communes. S’il n’est pas encore question de connecter cette monnaie à une blockchain, il est possible depuis peu de payer en Euskal grâce à son smartphone dans une centaine de commerces, avec l’application Euskopay. Une innovation qui tombe à point nommé alors que les paiements sans contact connaissent une croissance sans précédent depuis la crise sanitaire. “Mais les changements de pratiques sont longs”, reconnaît Iban Carricano : la technologie ne lèvera pas tous les freins à l’adoption des monnaies locales…

Benoit Zante
Journaliste spécialisé dans les sujets de l'innovation, du marketing et de la transformation digitale, Benoit Zante couvre les grands événements technologiques mondiaux pour identifier et analyser les tendances émergentes. Il est aussi l'auteur de "Les défis de la transformation digitale" aux éditions Dunod.

Dernières publications

Too Good To Go sensibilise les Français aux dates de consommation

À l’occasion de la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire ce 16 octobre, Too Good To Go et les 51 signataires du Pacte sur les Dates de Consommation lancent une grande campagne de sensibilisation nationale avec The Good Company afin d’éveiller les consciences.

Pourquoi tout le monde s’arrache-t-il le leadership de la « finance à impact » ?

« Durable » ou « à impact », en 2021, tous et toutes s’affairent à investir une finance plus verte. Tandis que le gouvernement tente de faire de Paris le premier centre financier mondial de la « finance à impact », Ford publie son rapport de finance durable, Finance Innovation lance sa filière Finance Durable et Solidaire, et la Banque de France poursuit son épopée de la finance verte. Que doit-on penser de toutes ces émulations ? Et que se passe-t-il concrètement au juste ?

Laure Pires (Directrice RSE de Franprix) : « La grande distribution doit trouver une façon économiquement viable, simple et facile, d’embarquer les clients vers...

Alors que se discute le projet de loi Climat et Résilience qui propose une démocratisation du vrac en grande surface, Franprix poursuit sa révolution RSE. Non seulement en avance sur l’équipement de ses magasins en vrac, l’enseigne vient de lancer un nouveau concept qui nous séduit : « Les marques toutes nues ». Une offre de produits de grandes marques vendus en vrac. Résultat : moins de gaspillage, moins d’emballage, plus de sensibilisation et d’engagement des marques. Rencontre avec Laura Pires, directrice RSE de Franprix pour parler vrac, chaîne de production et consommation responsable.

Marie-Anne Debay, membre du C3D et responsable RSE du Groupe Albéa : “Il faut éradiquer le déchet et donc réduire, recycler et réutiliser”

Sur le podium des industries à l’ADN pas franchement good, on compte évidemment celle du packaging. Heureusement, certains savent investir du temps et des moyens pour se transformer. Leader mondial du packaging beauté, Albéa s’engage depuis 15 ans dans une politique RSE solide visant à construire et pérenniser une économie circulaire autour de sa production. Pour en savoir plus sur le parcours de ce mastodonte de l’emballage qui fréquente le plastique, le luxe et leur mutation de très très près, nous rencontrons Marie-Anne Debay, membre du C3D (Collège des Directeurs du Développement Durable) et RSE & Change Communication Manager du Groupe Albéa.

Sébastien Pichot : « Les ressourceries sont un haut lieu de résistance écologique et sociale »

Sur les 2 milliards de tonnes de déchets produits chaque année dans le monde, 81% d’entre eux sont enfouis, incinérés ou laissés à ciel ouvert. Une brèche dans le mythe du recyclage qui a conduit les ressourceries de France à développer le zéro déchet, la réparation et la valorisation des objets. Résultat, 94% d’entre eux bénéficient d’une seconde vie, créant par la même occasion 27 fois plus d’emplois que la filière du recyclage. Un eldorado écologique et social qui pourrait devenir l’une des pierres angulaires de la transition.