Passer à la semaine de 4 jours pour préserver le climat

Selon une étude britannique, réduire le temps de travail hebdomadaire permettrait au Royaume-Uni d’économiser l’équivalent en émission de CO2 de ses 27 millions de voitures en circulation. Une baisse drastique née de la respiration sociale qu’offre une semaine allégée, propice au temps libre et aux activités peu carbonées comme la cuisine, le sport et le bénévolat.

La semaine de 4 jours a décidément le vent en poupe. Après les études prouvant ses vertus en matière de bien-être au travail et les rapports qui corrèlent réduction du temps de travail et hausse de la productivité, c’est au tour du climat d’en clamer les bénéfices. Dans une étude de mai 2021 intitulée « Stop The Clock », l’association Platform et le collectif 4 Day Week démontrent que travailler moins – sans perte de salaire – permettrait de diminuer nettement l’empreinte carbone du Royaume-Uni. Une baisse de 127 millions de tonnes de CO2/an, soit ce qui serait économisé si les 27 millions de voitures britanniques en circulation cessaient de rouler. Des analyses reposant sur de nombreuses études réalisées au sein de l’OCDE, qui soulignent qu’une telle réduction du temps de travail permettrait de lutter contre les émissions difficilement décarbonables.

Moins travailler pour mieux consommer

Parmi ses émissions persistantes, le rapport mentionne la consommation rapide de produits alimentaires ultra-transformés et l’achat de gadgets technologiques peu utiles. Autant d’émissions qui pourraient être réduites si notre temps de travail diminuait. Car travailler 50h par semaine, c’est souvent privilégier la livraison de repas à la cuisine maison, ou l’organisation de voyages expéditifs destinés à décompresser et compenser le manque de temps libre. À l’inverse, une semaine de 4 jours donnerait du temps aux ménages et offrirait une respiration sociale favorable aux activités peu carbonées comme le temps passé en famille ou avec les amis, à cuisiner, marcher, faire du sport ou du volontariat. Autre point-clef en matière d’émission : la baisse des trajets en voiture entre le domicile et le bureau. Selon l’étude, le kilométrage parcouru en voiture pourrait diminuer de 9% chaque année si on passait à une semaine de 4 jours.

Un changement de paradigme

Supprimer à l’échelle nationale une journée de travail sans réduire les salaires n’est pas une décision légère dans une société néolibérale. Cela revient à reconnaître que le travail et la productivité ne sont plus le sacerdoce de nos sociétés et que les limites, qu’elles soient planétaires ou sociales, sont en train d’être atteintes. La semaine à 4 jours questionne aussi l’une des dimensions les plus centrales du modèle économique actuel, le profit. Car réduire le temps de travail sans baisser les revenus, c’est limiter la maximisation des profits. Plusieurs pays s’intéressent pourtant à ce nouveau cadre pour des raisons plus économiques. En Nouvelle-Zélande, la Première ministre Jacinda Adern expérimente depuis plusieurs mois la semaine de 4 jours pour relancer le tourisme local post-covid. L’entreprise Unilever a d’ailleurs lancé fin 2020 une expérimentation d’un an dans le pays. Un choix qui peut étonner au regard de la dimension capitalistique de l’entreprise néerlando-britannique. Raison de plus pour croire en l’avenir de la semaine allégée.

La France l’a déjà expérimentée

Le rapport britannique prend même en exemple le passage des 39 aux 35 heures sous le gouvernement de Lionel Jospin en 2000. Cette réforme avait pour objectif de libérer du temps aux salariés, mais aussi de partager le travail et de faire baisser le chômage. Si la loi échoua dans sa tentative de protéger l’emploi, elle a permis aux travailleurs de libérer du temps et de pratiquer des activités moins carbonées. En travaillant moins, les Français ont profité de leur temps libre pour se reposer ou passer du temps en famille, indique le rapport. Un effet collatéral que n’avait peut-être pas prévu le Premier ministre de l’époque, mais qui a le mérite de faire jurisprudence désormais. L’étude précise néanmoins que si un pays passe à la semaine de 4 jours, des mesures d’accompagnement sont nécessaires pour flécher et encourager les activités décarbonées. Par exemple, développer des espaces verts et des mobilités douces (vélo, marche) ou augmenter les fonds des activités culturelles et sportives. Des politiques publiques adaptées permettant de développer des activités près des communautés et des territoires.

Romain Salas
Journaliste. Après une licence de droit à la Sorbonne et un master en médias et communication au CELSA, Romain tombe dans les charmes du journalisme et de l'écriture. Avec un tropisme fort pour l’écologie et la justice sociale, il imprègne dans ses choix éditoriaux un parfum d'engagement à la mesure des urgences de notre temps.

Dernières publications

Le vélo cargo peut-il révolutionner notre mobilité ?

Dotés de grandes capacités de chargement, les vélo cargos connaissent depuis plusieurs années un véritable essor commercial en Europe. Un succès qui se retrouve dans ses nombreux usages : transport de marchandises, livraison de colis volumineux, mais aussi balade en famille et déménagement de mobiliers. De quoi rêver d’un monde où la voiture en ville ne serait plus reine.

Reconditionnement : le pied de nez durable à l’obsolescence programmée ?

Bonne nouvelle, il semblerait que le reconditionnement soit LA tendance 2021. Entre le lancement de RecQ -1er label européen dédié aux produits reconditionnés-, et l’étude de Coverd -insurtech française spécialisée dans la couverture de smartphone- sur les comportements citoyens en matière de consommation d’électronique, tout pousse à croire que la collection d’IPhones et autres Huawei cassés au fond de nos tiroirs pourrait bientôt s'alléger.

Technologie et impact : la compensation suffit-elle à sauver la planète ?

Pour une IT durable et dans la poursuite de sa stratégie RSE, le géant chinois de l'électronique Lenovo développe une solution intitulée « Compensation CO2 ». Un système de compensation des émissions carbone de ses produits par une contribution à divers projets environnementaux. Pour parler urgence climatique, impact du numérique et solutions à court et long terme, rencontre avec Éric Lallier, Président Directeur Général, Lenovo France.

Timberland : la mode à impact positif est-elle possible ?

Dans la même dynamique de passage au “faire” que Patagonia qui s’investit dans l’agriculture régénératrice via la création de son propre label ROC (Regenerative Organic Certified), Timberland dévoile son plan d’attaque. Au menu pour 2030 : 100% de ses produits conçus pour être compatibles avec l’économie circulaire, 100% des matériaux naturels de ses produits issus de l’agriculture régénératrice, le tout pour un impact non pas moins lourd, mais carrément positif. Derrière les coups de com’ qui s’additionnent et nous lassent, l’industrie de la mode pourrait-elle réellement prendre le virage du Good, sans faux semblants ? Rencontre riche en enseignements avec Elisabetta Baronio, directrice RSE EMEA de Timberland.

Le Danemark va construire une île énergétique bardée d’éoliennes offshore

Le Danemark s’est engagé à réduire de 70% ses émissions de CO2 d’ici 2030 en comparaison à 1990. Un engagement fort auquel s'ajoute le méga-projet baptisé VindØ vise à accélérer fortement la transition énergétique du royaume. Une idée réaliste et pertinente selon le spécialiste en énergies renouvelables Marc Jedliczka. Coup d'oeil sur cette audacieuse initiative.