Passer à la semaine de 4 jours pour préserver le climat

Selon une étude britannique, réduire le temps de travail hebdomadaire permettrait au Royaume-Uni d’économiser l’équivalent en émission de CO2 de ses 27 millions de voitures en circulation. Une baisse drastique née de la respiration sociale qu’offre une semaine allégée, propice au temps libre et aux activités peu carbonées comme la cuisine, le sport et le bénévolat.

La semaine de 4 jours a décidément le vent en poupe. Après les études prouvant ses vertus en matière de bien-être au travail et les rapports qui corrèlent réduction du temps de travail et hausse de la productivité, c’est au tour du climat d’en clamer les bénéfices. Dans une étude de mai 2021 intitulée « Stop The Clock », l’association Platform et le collectif 4 Day Week démontrent que travailler moins – sans perte de salaire – permettrait de diminuer nettement l’empreinte carbone du Royaume-Uni. Une baisse de 127 millions de tonnes de CO2/an, soit ce qui serait économisé si les 27 millions de voitures britanniques en circulation cessaient de rouler. Des analyses reposant sur de nombreuses études réalisées au sein de l’OCDE, qui soulignent qu’une telle réduction du temps de travail permettrait de lutter contre les émissions difficilement décarbonables.

Moins travailler pour mieux consommer

Parmi ses émissions persistantes, le rapport mentionne la consommation rapide de produits alimentaires ultra-transformés et l’achat de gadgets technologiques peu utiles. Autant d’émissions qui pourraient être réduites si notre temps de travail diminuait. Car travailler 50h par semaine, c’est souvent privilégier la livraison de repas à la cuisine maison, ou l’organisation de voyages expéditifs destinés à décompresser et compenser le manque de temps libre. À l’inverse, une semaine de 4 jours donnerait du temps aux ménages et offrirait une respiration sociale favorable aux activités peu carbonées comme le temps passé en famille ou avec les amis, à cuisiner, marcher, faire du sport ou du volontariat. Autre point-clef en matière d’émission : la baisse des trajets en voiture entre le domicile et le bureau. Selon l’étude, le kilométrage parcouru en voiture pourrait diminuer de 9% chaque année si on passait à une semaine de 4 jours.

Un changement de paradigme

Supprimer à l’échelle nationale une journée de travail sans réduire les salaires n’est pas une décision légère dans une société néolibérale. Cela revient à reconnaître que le travail et la productivité ne sont plus le sacerdoce de nos sociétés et que les limites, qu’elles soient planétaires ou sociales, sont en train d’être atteintes. La semaine à 4 jours questionne aussi l’une des dimensions les plus centrales du modèle économique actuel, le profit. Car réduire le temps de travail sans baisser les revenus, c’est limiter la maximisation des profits. Plusieurs pays s’intéressent pourtant à ce nouveau cadre pour des raisons plus économiques. En Nouvelle-Zélande, la Première ministre Jacinda Adern expérimente depuis plusieurs mois la semaine de 4 jours pour relancer le tourisme local post-covid. L’entreprise Unilever a d’ailleurs lancé fin 2020 une expérimentation d’un an dans le pays. Un choix qui peut étonner au regard de la dimension capitalistique de l’entreprise néerlando-britannique. Raison de plus pour croire en l’avenir de la semaine allégée.

La France l’a déjà expérimentée

Le rapport britannique prend même en exemple le passage des 39 aux 35 heures sous le gouvernement de Lionel Jospin en 2000. Cette réforme avait pour objectif de libérer du temps aux salariés, mais aussi de partager le travail et de faire baisser le chômage. Si la loi échoua dans sa tentative de protéger l’emploi, elle a permis aux travailleurs de libérer du temps et de pratiquer des activités moins carbonées. En travaillant moins, les Français ont profité de leur temps libre pour se reposer ou passer du temps en famille, indique le rapport. Un effet collatéral que n’avait peut-être pas prévu le Premier ministre de l’époque, mais qui a le mérite de faire jurisprudence désormais. L’étude précise néanmoins que si un pays passe à la semaine de 4 jours, des mesures d’accompagnement sont nécessaires pour flécher et encourager les activités décarbonées. Par exemple, développer des espaces verts et des mobilités douces (vélo, marche) ou augmenter les fonds des activités culturelles et sportives. Des politiques publiques adaptées permettant de développer des activités près des communautés et des territoires.

Romain Salas
Journaliste. Après une licence de droit à la Sorbonne et un master en médias et communication au CELSA, Romain tombe dans les charmes du journalisme et de l'écriture. Avec un tropisme fort pour l’écologie et la justice sociale, il imprègne dans ses choix éditoriaux un parfum d'engagement à la mesure des urgences de notre temps.

Dernières publications

Agissons aujourd’hui pour construire ensemble l’aide alimentaire de demain

Inflation, crise sanitaire et de l’énergie, prévision de croissance revue à la baisse pour 2022… Cette situation économique et sociale dégradée impacte l’ensemble des Français, mais pèse davantage encore sur les populations fragiles. Certains...

The Big Green, le rendez-vous d’affaires de l’économie solidaire et innovante

Du 12 au 14 octobre à l’Hôtel Royal Barrière situé à Deauville, le Groupe Meet&Com organise la seconde édition du salon The Big Green qui rassemble les acteurs B to B de la Responsabilité Sociale et Environnementale. Pendant 48 heures, 150 directeurs RSE, DRH de grands groupes, Office managers et CHO parleront solutions, retours d’expériences et bonnes pratiques pour faire bouger les lignes ! The Good est partenaire média de l’événement.

3 scénarios pour l’avenir économique des PME

Les TPE/PME/ETI indépendantes fabriquant les produits de grande consommation sont recherchées et privilégiées par les consommateurs et les citoyens. Ces PME des Territoires, locales (250 000 emplois directs) et industrielles (33 000 sites de production en France), sont aussi garantes de la souveraineté économique et alimentaire et de la transition écologique de l’Hexagone. Toutefois, en dépit de leur dynamisme, leur développement est aujourd’hui entravé par une réglementation pensée pour les multinationales. Un combat de David contre Goliath qui met à mal leur compétitivité et leur pérennité. Fort heureusement, il est encore temps d’agir ! Le quinquennat qui s’ouvre est décisif pour ces entreprises et donc pour l’avenir de la France.

Jérôme Cohen : “Le Grand Défi est une aventure démocratique et participative appliquée au monde économique. C’est ce qui fait sa force”

Inspiré de la Convention Citoyenne pour le Climat, le Grand Défi veut mobiliser les entreprises par l’intelligence collective pour créer un nouveau modèle économique afin de répondre au défi environnemental. Rencontre avec Jérome Cohen, président d’Engage et co-fondateur du Grand Défi avec Virginie Raisson-Victor, Présidente du Giec Pays-de-la-Loire.

Théorie du donut : modèle économique d’un futur durable désirable

La théorie du donut a la simplicité de la complexité. Car derrière cette image gourmande se niche rien de moins que l’intégration systémique des enjeux sociaux et environnementaux aux modèles économiques de demain. Un...