Climat : doit-on revenir aux forfaits internet limités ?

Avec l’essor du smartphone, de la vidéo et de la 5G, le secteur du numérique risque de représenter 8% des émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici à 2025. Une explosion de la pollution numérique notamment due aux smartphones qui pose la question du retour aux bons vieux forfaits limités des années 2000, le langage SMS en moins.

Difficile pour les plus jeunes d’entre nous de se représenter des ordinateurs de bureau et des téléphones portables avec des forfaits internet limités. Et pourtant, avant l’apparition de l’ADSL au début des années 2000, il fallait bien penser à déconnecter son ordinateur du web si on voulait éviter le hors forfait. Pour les téléphones portables, il s’agissait de réduire la longueur des messages et de laisser les autres nous appeler pour préserver les 200 sms et 2 heures d’appels par mois. Le changement est venu au début des années 2010, lorsque les forfaits illimités et leurs dizaines de giga-octets ont commencé à poindre le bout de leur nez. L’histoire aurait pu s’en tenir là, l’illimité étant pour beaucoup une forme de progrès technique et un besoin vital dans un monde ultra connecté. Mais la pollution numérique s’est invitée à la danse.

Les centres de données au coeur de la pollution numérique

Car naviguer sur internet depuis un ordinateur ou un téléphone produit des gaz à effet de serre importants. Il y a d’abord la fabrication des centres de données, de nos terminaux domestiques et des réseaux d’antenne qui font le lien entre les deux. L’infrastructure du numérique représenterait ainsi 44% des émissions du numérique français selon un rapport sénatorial de juin 2020 – un calcul qui n’inclut pas le coût social et humain de l’extraction des métaux rares nécessaires au réseau physique. Mais ce qui nous intéresse ici, c’est les 56% restants, c’est-à-dire l’utilisation de ces infrastructures et la pollution qui en découle. Une pollution due notamment aux énergies fossiles utilisées pour alimenter les centres de données, les serveurs et les antennes du réseau internet. Or, selon qu’un utilisateur fait appel à un réseau fixe ou mobile, l’empreinte carbone n’a rien à voir.

La 4G : 23 fois plus polluante que la Wi-Fi 

Une étude de l’Université du Michigan et de l’opérateur américain AT&T a montré que les données mobiles étaient beaucoup plus émettrices que les « données fixes » par Wi-Fi. Ainsi, s’attaquer au problème des émissions numériques, c’est avant tout viser le smartphone et ses forfaits gargantuesques. Car selon l’étude, la 3G serait 15 fois plus coûteuse en énergie que la Wi-Fi. Quant à la 4G, malgré ses gains en efficacité énergétique, elle serait 23 fois plus émettrice. Un écart considérable entre internet fixe et internet mobile qui est encore mal connu du grand public. Une méconnaissance entretenue par le coût financier assez faible d’un forfait mobile illimité en comparaison de sa consommation énergétique. Pour 50 Go par mois, on paye rarement plus de quelques dizaines d’euros. Ce découplage entre le prix et les émissions de gaz à effet de serre nous rappelle l’intérêt de mettre un véritable prix sur la tonne de CO2. Car à l’heure actuelle, rien ne nous incite à privilégier la Wi-Fi à la 4G, résolument plus bas carbone.

Un problème aggravé par la vidéo et la 5G


La gourmandise des données mobiles n’aurait pas été aussi problématique si le taux d’équipement en smartphone n’avait pas explosé ces dernières années. En 2019, 77% de la population possédait un téléphone intelligent. Un chiffre élevé qui s’accompagne d’un usage très largement porté sur la vidéo, de Youtube à Netflix en passant par Pornhub. Le problème, c’est que la vidéo représente à elle seule 60% des flux de données mondiaux d’internet. Cela représenterait 1% des émissions mondiales de CO2 selon le think tank The Shift Project. Pour avoir un ordre de grandeur, notons que le visionnage du film Pulp Fiction en 4K pèse autant que l’envoi de 300 000 emails sans pièce jointe. Les forfaits limités pourraient circonscrire la consommation vidéo sur smartphone et l’usage d’énergies fossiles pour alimenter les centres de données. La régulation de la consommation de données est d’autant plus nécessaire que la 5G est en train de se déployer. Malgré ses gains en efficacité énergétique, cette nouvelle génération de réseau incite à consommer toujours davantage de vidéos tant le débit est élevé. Sans mentionner le coût environnemental des nouvelles infrastructures et des nouveaux téléphones à fabriquer. Selon une étude du Haut Conseil pour le Climat, son déploiement entraînerait une augmentation de l’empreinte carbone du numérique de 18 à 45% d’ici à 2030. Revenir aux forfaits limités serait donc une manière de combattre l’effet pervers « à volonté » des données. Car à la manière du restaurant au buffet illimité, notre vie numérique sans garde-fou est en train de nous mener vers une infobésité dangereuse pour le climat et pour notre santé.

Romain Salas
Journaliste. Après une licence de droit à la Sorbonne et un master en médias et communication au CELSA, Romain tombe dans les charmes du journalisme et de l'écriture. Avec un tropisme fort pour l’écologie et la justice sociale, il imprègne dans ses choix éditoriaux un parfum d'engagement à la mesure des urgences de notre temps.

Dernières publications

Antoine Hubert, Président et CEO d’Ÿnsect : « l’activité d’Ÿnsect est l’une des premières à être carbone négative en France »

Ÿnsect, startup spécialisée dans l’élevage et la transformation d’insectes pour l’alimentation animale est une championne de l’Impact. Après des levées de fonds spectaculaires atteignant 357 millions d'euros, Ÿnsectest en pleine phase de croissance et se place dans les starting-block pour produire des protéines à base d’insectes pour l’alimentation humaine. The Good rencontre le visionnaire Antoine Hubert, Président et CEO d’Ÿnsect, qui nous explique sa stratégie de développement et son engagement pour protéger l’environnement et la santé.

Time for the Planet mise sur les citoyens et les entreprises pour reprendre le pouvoir sur le dérèglement climatique

Lancé il y a un an, Time for the Planet est un fonds à but non lucratif qui veut créer et financer 100 entreprises «open source» pour lutter contre les gaz à effet de serre. Ce projet fou hybride entre start up studio, fonds d’investissement et mouvement citoyen prévoit d'atteindre le milliard d'euros d'ici cinq à dix ans. Rencontre avec Coline Debayle, co-fondatrice de Time for the Planet, qui veut donner du sens à ses actions entrepreneuriales, sauver le climat et changer le monde avec bienveillance.

Shift Your Job : un « pôle emploi du climat » collaboratif qui cartonne

Face à la crise climatique et à la nécessité d’engager des plans de reconversion écologique massifs, la plateforme française Shift Your Job recense les entreprises et associations engagées dans la transition carbone. Une aubaine pour celles et ceux dont le métier ne fait plus sens en ce contexte de crise sanitaire. Éclairage avec Ariane Phélizot, initiatrice du projet.

Coalitions, mouvements : à quand l’impact réel de ces projets de la com ?

Tandis qu'aujourd'hui même l'AACC organise la 10e édition de la Journée Agences Ouvertes avec un notamment un atelier "Communication & Transition Ecologique et Sociétale", la 2e édition des États généraux de la communication prépare sa sortie pour le 25 mars. Quant à la Filière de la Communication, elle dévoilait il y a peu ses sept engagements pour accélérer la transition, au même moment où douze acteurs du marketing et de la publicité se mobilisaient pour lancer le Mouvement de la Publicité Raisonnable. Le dire aboutira-t-il bientôt au faire ? Quels moyens derrière toutes ces synergies ?

Que reste-t-il de la Convention Citoyenne pour le Climat ?

Présenté par la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili mercredi 10 février en Conseil des ministres, le projet de loi des 150 de la Convention Citoyenne pour le Climat ébauché il y a près de deux ans déjà semble peu à peu perdre les faveurs de tou.te.s. Intitulé « Climat et Résilience », il s’apprête à entrer au parlement et laisse planer le doute sur la résilience du corps politique.