Peut-on encore agir en collectif à l’ère de l’individu roi ? Les résultats de l’Observatoire de l’Engagement d’OpinionWay et l’Université de Paris-Dauphine

Si 58% des collaborateurs se sentent engagés dans leur travail, l’appartenance à son équipe prend désormais le pas sur celle liée à l’entreprise, pour plus de 8 collaborateurs sur 10.

Les résultats de l’étude « Peut‐on encore agir en collectif à l’ère de l’individu roi ? » d’OpinionWay pour l’Observatoire de l’Engagement révèlent que les conditions nécessaires à l’engagement des collaborateurs sont bel et bien au rendez‐vous 3 ans après la crise sanitaire. En effet, 8 actifs sur 10 considèrent avoir la disponibilité mentale nécessaire pour s’engager et 7 actifs sur 10 estiment que le projet porté par leur entreprise fait sens, particulièrement dans les TPE (78%).

Plus généralement, une très grande majorité des actifs (81%) se sent en sécurité (en termes d’état d’esprit) dans leur environnement de travail. Cette bonne ambiance est propice au dialogue employé‐ employeur ; même si le salaire reste encore un sujet compliqué à aborder pour plus de 4 actifs sur 10, les sondés jugent en revanche qu’il leur est facile de discuter du contenu des missions et leur évolution (75%), du rythme de travail (73%) ou encore du lieu où ils souhaitent travailler (70%).

Si l’étude montre que l’engagement est resté globalement stable au fil des trois dernières années, elle souligne néanmoins une évolution en faveur du collectif de proximité, à savoir son équipe. Ainsi, les résultats enregistrent une hausse de l’engagement des collaborateurs vis‐à‐vis de leur équipe (21%), de leur travail de façon général (19%) et de leurs clients (18%). Le petit collectif est donc plus particulièrement plébiscité : le sentiment d’appartenance des collaborateurs profite désormais plus à leur équipe (83% et même, 98% pour les salariés du secteur public ou encore 95% chez les managers) qu’à l’entreprise (78%). Car, pour 8 actifs sur 10, le collectif est utile et leur permet de se coordonner (83%), de collaborer et d’être plus performant (83%), d’apprendre et de se développer (79%) et même de partager des moments conviviaux (79%).

L’étude « Peut‐on encore agir en collectif à l’ère de l’individu roi ? », menée par l’Observatoire de l’Engagement et l’Université Paris Dauphine ‐PSL, publiée en novembre 2022, analyse 23 entretiens dont 9 DRH ou travaillant dans une DRH, 1 VP, 7 DG, 6 cadres managers au sein d’entreprises de tailles et secteurs d’activité diverses : ACCOR, ACT4 TALENTS, Adrien Stratégie, AG2R LA MONDIALE, alenvi, Groupe L’Atelier des Compagnons – Hexaôm, Groupe Bel, Bouygues Telecom, Cegos, Cleper, Champagne Chanoine Frères 1730, Daimler Truck, Epta Group, Extia, EssilorLuxottica, MORGAN PHILIPS GROUP, Onepoint, La Poste, Scoping, Spie batignolles, TAG Heuer, VINCI Construction, VLAD.

Dernières publications

Jérôme Cohen : “Le Grand Défi est une aventure démocratique et participative appliquée au monde économique. C’est ce qui fait sa force”

Inspiré de la Convention Citoyenne pour le Climat, le Grand Défi veut mobiliser les entreprises par l’intelligence collective pour créer un nouveau modèle économique afin de répondre au défi environnemental. Rencontre avec Jérome Cohen, président d’Engage et co-fondateur du Grand Défi avec Virginie Raisson-Victor, Présidente du Giec Pays-de-la-Loire.

“Etranger”, une exposition sur les travailleurs étrangers et l’entreprise, signée Géraldine Aresteanu

Depuis le 21 mars, une série de portraits de travailleurs étrangers pris par la photographe Géraldine Aresteanu est exposé sur le parvis de l’Institut du Monde Arabe et en affichage dans les gares de France en partenariat avec Mediatransports, dans les centres commerciaux de France avec Clear Channel et dans 500 lieux parisiens avec Phénix.

Les modèles de gouvernance à suivre en 2022

L’année qui vient est constellée de nouvelles ambitions en matière d’organisation sociale. L’expérimentation d’une semaine de 4 jours, l’essor de la première coopérative dédiée aux VTC, la constitution d’une Convention des entreprises pour le climat... Tour de table de ce qui pourrait faire à 2022 un virage sociétal.

Caroline Renoux, fondatrice du cabinet de recrutement Birdeo : « pour la 1ère fois il y a une pénurie de profils RSE »

Le cabinet de recrutement Birdeo, pionnier des cabinets spécialisés dans le développement durable et l’Impact, vient de publier la 5è édition de son étude menée auprès de 800 professionnels de la RSE et du développement durable. Le dynamisme du recrutement en la matière est l’occasion de mesurer la transformation effective des entreprises vers plus de Good. Échanges avec Caroline Renoux, la fondatrice de Birdeo pour décrypter les tendances du marché de l’emploi « durable ».

Passer à la semaine de 4 jours pour préserver le climat

Selon une étude britannique, réduire le temps de travail hebdomadaire permettrait au Royaume-Uni d’économiser l’équivalent en émission de CO2 de ses 27 millions de voitures en circulation. Une baisse drastique née de la respiration sociale qu’offre une semaine allégée, propice au temps libre et aux activités peu carbonées comme la cuisine, le sport et le bénévolat.