Les entrepreneurs engagés dévoilent 5 propositions pour transformer notre modèle de développement.

Alors que les candidats à la présidentielle sont dans les startings blocs, les entrepreneurs engagés, réunis les 26 et 27 août dernier à l’Université d’Eté de l’Économie de Demain, dressent une première liste de propositions pour une économie “réellement écologique et sociale, au service du bien commun”. 

Voici les 5 propositions émises, pour passer d’un “changement cosmétique à un changement systémique” 

1- Instaurer un Index Impact Écologique et Social obligatoire pour toutes les entreprises de plus de 50 salariés (axé sur les indicateurs de l’impact score) 

L’objectif est de mettre en place un référentiel commun et partagé de l’engagement des entreprises en faveur de l’environnement et de la justice sociale. 

2- Conditionner l’octroi des aides et des investissements publics à une transparence sur les engagements des entreprises de plus de 50 salariés en matière sociale et écologique 

L’objectif est notamment de “Demander, pour tout investissement ou aide émanant de fonds publics, une publication transparente des engagements en matière d’impact environnemental et social de l’entreprise ou de l’organisation ainsi aidée” 

3- Faire de l’impact écologique et social la clef-de-voûte de la commande publique en renforçant les dispositions acquises dans le cadre de la loi Climat 

Il s’agit de renforcer et d’accélérer les dispositions prises par la loi climat. 

4. Mettre en place d’un crédit d’impôt “ Transition”

Ce crédit d’impôt serait à hauteur de 10% des dépenses engagées dans la transition (achats et prestations), afin de soutenir un changement de modèle plus rapide.

5. Mettre en place un “Planet-score” sur les produits alimentaires 

Le planet-score, porté par l‘Institut technique de l‘agriculture biologique et une quinzaine d’associations, correspond à l’affichage environnemental de chaque produit alimentaire prenant en compte l’impact sur la biodiversité, les risques sanitaires et environnementaux, et l’impact sur le climat.

Emilie Thiry
Ex publicitaire reconvertie dans la communication corporate en 2011, puis dans la politique en 2015, Emilie est depuis juillet 2020 en charge du consulting et de la diversification des offres d’INfluencia. Elle dirige à ce titre The Good, la plateforme dédiée à la transformation écologique, sociale et solidaire des entreprises et des marques. Elle anime également un séminaire sur le monde de la communication en Master 2 Conseil éditorial à Sorbonne Université. Emilie est diplomée de l’IEP de Strasbourg et ancienne élève du CELSA.

Dernières publications

Leboncoin et l’Institut Rousseau ont formulé 12 propositions en faveur de l’économie circulaire et de la hausse du pouvoir d’achat des Français

Leboncoin a toujours promu les vertus de l’économie circulaire auprès des Français. Le site de revente de biens de particuliers à particuliers a déjà séduit 29 millions de Français qui se rendent chaque mois...

Dix acteurs de l’alimentation s’adressent aux candidats à l’élection présidentielle pour exiger une alimentation plus durable

Jeudi dernier, dix acteurs clés de l’alimentaire - Too Good To Go, C’est qui le patron ?!, La Fourche, Yuka, La Ruche qui dit oui !, les Banques alimentaires, ECO2 initiative, Poiscaille, FoodChéri et...

Catherine Lescure (Enedis) : “ Nous travaillons main dans la main avec la filière électrique pour que nous soyons au rendez-vous de 2050. ”

La mission d’Enedis est d’apporter de l’électricité aux Français tous les jours 24h/24, et ce quel que soit leur fournisseur. Pour accompagner cette mission de service public fondamentale à l’heure où la France s’engage chaque jour un peu plus sur la voie de l’électrique, l’entreprise se transforme avec son ambitieux Projet Industriel et Humain 2020-2025. Rencontre avec Catherine Lescure, Directrice Communication et RSE.

Carenews a dévoilé son Top 50 des entrepreneurs à impact

Le Top 50 de l’entrepreneuriat à impact initié par Carenews en partenariat HAATCH, l’ESSEC Business School et avec le soutien de BNP Paribas, a été dévoilé. Ce classement souhaite valoriser l’entrepreneuriat à impact, récompenser...

Marie-Ann Wachtmeister (Courbet) : “On a toujours voulu être choisis pour l’écologie. Pour nous c’est une réussite.”

Courbet a déboulé il y a 4 ans sur le marché de la joaillerie haut-de-gamme avec la promesse de bijoux écologiques et éthiques, avec ses diamants de culture créés en laboratoire et son or recyclé. Jadis vue comme trublionne, la marque installe progressivement ses convictions et participe à la mutation écologique, voire éthique, du secteur. Rencontre avec Marie-Ann Wachtmeister, cofondatrice de la marque.