Congé paternité : les entreprises s’activent sans attendre que la politique les suive

Le 23 septembre dernier, le président Emmanuel Macron annonçait (enfin) le doublement du temps de congé paternité de quatorze à vingt-huit jours avec entrée en vigueur en juillet 2021. Si cette annonce est une bonne nouvelle, elle est loin de solutionner la possibilité d’implication égale des pères dans l’éducation des enfants, le rééquilibrage des tâches familiales, ou encore l’égalité professionnelle entre hommes et femmes. Fort heureusement, les entreprises n’attendent pas toutes la bénédiction du gouvernement pour faire changer les lignes de la gestion des droits de leurs salariés. En témoigne Pandacraft qui renforce sa politique RH avec 84 jours de congé paternité et 2 mois supplémentaires pour les mères (en plus des congés et télétravail illimités, depuis toujours). Coup d’oeil sur celles et ceux qui n’attendent pas la politique pour développer les leurs. 

A l’annonce de la proposition encourageante de Pandacraft et au regard de la lenteur des gouvernements à mettre en place des mesures concrètes et impactantes, on ne peut que voir l’importance pour les entreprises d’agir sans attendre pour la transformation de modèle entrepreneuriaux plus solidaires et inclusifs. Car si l’agenda politique compte évidemment dans ses aspirations de transition écologique sociale et solidaire une amélioration des conditions d’emploi et de vie des citoyens, ce sont les entreprises qui sont surtout attendues au tournant. Les études l’ont montré : les entreprises ont une portée politique certaine et les citoyens attendent de celles-ci qu’elles s’emparent de leur responsabilité sous tous aspects, plus seulement en campagne. 

Ne plus attendre que justice soit faite 

Pour rappel, 60% des Français n’ont pas confiance dans notre système politique, parce que plus de 71%  ne se sentent pas représentés par ses élus*. Si 41% attendent des entreprises qu’elles les protègent*, 64% des Français estiment que les entreprises ne sont pas assez engagées**. 

Alors sur la question des congés paternité, comment avancent les entreprises ? En faisant le tour des initiatives, on note au delà de Pandacraft, le Parental Act : un collectif garantissant 1 mois de congé paternité 100% rémunéré. Avec ses 377 entreprises signataires dont My Little Paris, Louer Agile Lita.co, Leetchi, L’Occitane, Dailymotion, Blablacar, Welcome to the Jungle, Citévo, ou encore Yuka, ce sont près de 39 000 salariés qui en profitent. 

Dans les grandes entreprises, le message semble aussi être passé. Ikéa, mais aussi les groupes Kering, L’Oréal ou Chanel permettent aux papas des temps de congés paternité bien plus longs que la moyenne depuis plusieurs mois voire années. Enfin, au delà du territoire national, ce sont les pays nordiques qui comme toujours nous inspirent. En Autriche, le mois de congé paternité est depuis belle lurette installé et pour la Finlande, c’est bien de 7 mois dont il est question. 

De retour en France et pour encourager les entrepreneurs à eux aussi sauter le pas, trois questions à Guillaume Caboche, cofondateur de Pandacraft.

The Good : Pourquoi cette nouvelle proposition chez Pandacraft ? 

Guillaume Caboche : Parce que notre mission depuis 7 ans c’est d’accompagner les enfants dans la découverte active du monde et de créer des moments magiques en famille. Avec Edouard Trucy, l’autre cofondateur de Pandacraft, nous sommes convaincus que cette mission doit vivre partout chez Pandacraft : pas uniquement dans la conception de nos expériences, nos kits, nos nouveautés produits ou dans notre communication, mais aussi dans notre mode de vie en tant qu’entreprise. Et cette mission n’est possible que si on a DU TEMPS avec ses enfants.

Par cette décision, on offre donc à la fois plus de temps aux mères (laisser son enfant en garde à 2 mois et demi c’est pas simple) et la chance au deuxième parent de prendre sa place avec son enfant. D’autant plus que nous tenions à ce que ce congé soit 100% rémunéré.

The Good : En quoi et comment s’inscrit-elle dans une démarche RSE plus globale ?

G.C. : Parce qu’elle s’inscrit dans notre démarche de vivre et pleinement dans notre mission d’entreprise. Chez Pandacraft, cela fait des années que le télétravail et les vacances sont illimités. Précisément pour permettre à chacun d’adapter son équilibre pro/perso au fur et à mesure des évolutions de la vie.

Et cela ne fait aucun doute qu’au fil des années, nous prendrons d’autres décisions très fortes comme celle-ci dès lors qu’elles s’inscrivent dans le sens des enfants et de leurs familles ou du bien-être des gens qui travaillent avec nous.

The Good : Qui sont les acteurs, marques et personnes qui vous inspirent dans ces démarches ?

G.C. : Ce ne sont pas tant des marques que des personnalités qu’on écoute avec beaucoup d’attention. Je pense d’abord à ceux qui ont porté le rapport sur les 1 000 premiers jours, dont nous avons beaucoup parlé avec Edouard et Jason (l’un de nos experts qui est psychomotricien à la Pitié Salpêtrière). Je pense aussi à Clémentine Sarlat et Clémentine Galey via leur podcast Matrescence et Bliss. Elles nous ont permis d’élargir notre base de témoignages au-delà de notre propre entourage. 

*366 – « Françaises, Français, etc »
** Yougov

Camille Lingre
Journaliste, ex rédac chef de The Good. Diplômée d’un Master en communication et journalisme, elle commence en agence de publicité chez DDB Paris puis intègre la rédaction d’INfluencia en 2017 et passe rédactrice en chef de The Good à son lanncement. Passionnée de littérature et engagée dans les luttes pour la justice sociale et la reconnaissance des minorités, elle est quitte en mai 2021 sa fonction de rédactrice en chef pour se consacrer au lancement de sa librairie.

Dernières publications

Stéphane Distinguin, Fabernovel : “Est-ce qu’on aura tous les moyens de se transformer ? Je ne sais pas.”

Alors que Fabernovel vient de publier une nouvelle édition de son étude Gafanomics, Stéphane Distinguin, fondateur et CEO de l'agence répond aux questions de The Good.

Jean-Philippe Courtois, Live For Good : “ Il faut savoir faire preuve de résilience face aux montagnes russes de l’entrepreneuriat social”

L’état des lieux est sans appel : un marché du travail ultra saturé, une jeunesse diplômée ambitieuse, une multiplication des innovations digitales, une croissance continue des capacités et de la maîtrise de la data, et une urgence écologique, sociale et solidaire. Partant de ce quadruple constat, Live For Good s’engage depuis 2015 dans l’entrepreneuriat social et l’accélération de la révolution technologique via l’incubation de projets vertueux portés par les moins de 30 ans. Dans un contexte de crise sans précédent, quels impacts sur ces projets florissants ? Rencontre avec Jean-Philippe Courtois, co-fondateur de Live for Good.

[Lectures] Médias : que disent-ils de l’exclusion sociale ?

S’il ne fait aucun doute qu’en 2021 l’économie rime désormais avec écologie, qu’en est-il du social ? En marge du brouhaha de la loi Climat, des innovations à impact et solutions énergétiques écologiques en cascade, l’inclusion sociale et la solidarité doivent aussi se faire entrendre. Pour en parler, faire l’état des lieux et semer des graines, l’historienne spécialiste en questions de journalisme et communication Josette Brun met en page un récit aux voix multiples intitulé « De l’exclusion à la solidarité - Regards intersectionnels sur les médias ».

Fondation FACE : Engager les entreprises dans la lutte contre l’exclusion et la discrimination

Au regard de la crise économique liée au Covid-19, il va sans dire que la fracture sociale ne cesse de gagner du terrain. Qu’elle soit sociale, professionnelle ou digitale, l’exclusion touche des milliers de français. Pour aider les plus vulnérables à voir l’égalité des chances pointer le bout de son nez, la Fondation FACE développe depuis près de 30 ans une multitude d’actions. Rencontre avec Laurence Drake, Déléguée Générale de la Fondation Agir Contre l’Exclusion.

L’inclusion, quoi qu’il en coûte !

Et si la diversité devenait la norme ? La crise sanitaire joue le catalyseur dans la transformation des entreprises. Au regard de la volonté grandissante de la part des dirigeants et des ressources humaines de montrer que l’entreprise est aussi le lieu qui incarne la diversité, au niveau de l’ensemble des collaborateurs et dans les recrutements, il semblerait que l’inclusion soit la nouvelle règle d’or.