[Lectures] Médias : que disent-ils de l’exclusion sociale ?

S’il ne fait aucun doute qu’en 2021 l’économie rime désormais avec écologie, qu’en est-il du social ? En marge du brouhaha de la loi Climat, des innovations à impact et solutions énergétiques écologiques en cascade, l’inclusion sociale et la solidarité doivent aussi se faire entrendre. Pour en parler, faire l’état des lieux et semer des graines, l’historienne spécialiste en questions de journalisme et communication Josette Brun met en page un récit aux voix multiples intitulé « De l’exclusion à la solidarité – Regards intersectionnels sur les médias ». 

« L’intersectionnalité, telle qu’élaborée par les féministes noires dans les années 1980, permet de réfléchir aux rapports de pouvoir dans leur complexe enchevêtrement. Au-delà d’un certain effet de mode, cette éthique est plus que jamais nécessaire pour comprendre le monde, à l’aube d’une décennie marquée par un virus ayant partout exacerbé la violence et les inégalités, et mis en évidence les systèmes de privilèges ». Transposée sur les médias, la notion d’intersectionnalité permet d’explorer les questions de l’inclusion et de l’exclusion médiatiques pour cerner au mieux les attitudes et normes sociétales. 

Dans cet ouvrage, on y décode notamment le traitement réservé au port du hijab dans le sport, aux agressions sexuelles à l’endroit des femmes noires et autochtones, ou encore, de la place de la surdité et des transidentités dans l’espace public. Un recueil qui amène son lot de réponses éclairantes et douloureuses, une rareté dans le paysage des études culturelles et médiatiques francophones.

Au menu, les textes de Alexandra Barbeau et Stéphanie Defoy-Robitaille, Kenza Bennis, Célia Bensiali et Emory Shaw, Karine Bertrand, Nathalie Bissonnette, Gabrielle Caron, Adèle Clapperton-Richard et Catherine Laplante, Geneviève Gagné, Véronique Walsh, Charles Ouellet et Anne-Sophie Gobeil, Laurence Parent et Véro Leduc, Kharoll-Ann Souffrant et Ingrid Guesdon, Marilou St-Pierre, Bochra Manaï et Christopher Lavie Mienandy, ainsi que Valérie Yanick.

Pourquoi le lire ? Que les médias reflètent nos sociétés, ou que la société reflète les médias, les deux sont sans aucun doute intimement liés. Une lecture analytique plurielle du paysage médiatique ne peut que renforcer nos capacités à le faire évoluer. En tant qu’entreprise, il est fondamental de connaître les biais sociaux qui régissent les cerveaux des citoyens consommateurs. Foncez donc en librairie pour vous armer de ces savoirs ! 

Camille Lingre
Rédactrice en Chef The Good. Diplômée d’un Master en communication et journalisme, elle commence en agence de publicité chez DDB Paris puis intègre la rédaction d’INfluencia en 2017 et passe rédactrice en chef adjointe en 2020. Passionnée de littérature et engagée dans les luttes pour la justice sociale et la reconnaissance des minorités, elle est co-fondatrice d’une club de lecture et podcast féministe et membre de l’association de journalistes AJL.

Dernières publications

« … Il est où le bonheur, il est où ?… »

La crise que nous vivons bouscule notre organisation collective, questionne nos valeurs, ébranle notre socle commun mais elle libère la parole. Un confinement succédant à un autre confinement, comment imaginer l’avenir ?

Employee Advocacy : quelle place pour la parole des salariés ?

Alors que nombre d’entreprises pouvaient compter sur leurs salariés comme véritables porte-paroles de la marque, le sujet s’avère délicat à l’heure où la crise sanitaire a fragilisé les postes, même les moins...

Résilience : la solidarité doit aussi régner en 2021 !

Si la tempête Covid-19 tend à se dissiper -encore que-, le besoin des associations, lui, ne cesse de croître. Coup d’œil sur une initiative qui appelle citoyens, entreprises et autres parties prenantes de la société à ne pas oublier les enjeux de la solidarité.

Solène Aymon, makesense : “Au cœur de la communauté, il y a la collaboration”

Solène Aymon est Responsable Développement des Communautés au sein de makesense, plateforme centrée sur l’entrepreneuriat social. Elle nous explique comment la crise a amené l’organisation à repenser ses actions, afin de démultiplier son impact grâce à des programmes d’engagement sur le digital. Une source d’inspiration pour les entreprises et les marques : makesense travaille également avec des grands groupes pour implémenter ses bonnes pratiques d’engagement dans le cadre des politiques RSE.

PME, ETI : moteurs de la relance économique ?

À en croire le label « Relance », lancé par le ministère de l'Économie, des Finances et de la Relance dans le cadre de la feuille de route de la Place de Paris, il faut miser sur les PME dans l’effort collectif de la relance économique. C’est aussi la croyance de Gaëtan de Sainte Marie, entrepreneur, président fondateur de QANTIS, porte-voix de plus de 30 000 PME-ETI et conférencier reconnu sur le « faire ensemble ». Persuadé que le collaboratif et la mutualisation sont les nouveaux leviers de croissance pour les PME, acteurs clés de la relance. Rencontre avec ce dernier pour développer le sujet.