Campagne en ville : des paniers végétaux bio et locaux dans les gares, pour bientôt !

“Renforcer les liens au sein des ruralités et avec l’urbain”, c’est la proposition de Boutiques de mon Village : une jeune entreprise portée par Niels Julien-Saint-Amand qui vient de s’installer dans la Val d’Oise et compte bien disrupter nos manières de consommer. Après le kiosque en libre service de produits fermiers issus des circuits courts par JCDecaux, coup d’oeil sur ce projet Good. 

En France, le contexte de consommation est doublement chamboulé. Premier obstacle sur le parcours : un couvre feu national obligeant les citoyens à faire leurs courses alimentaires avant 18h. Deuxième étape : une conscientisation sur les problématiques environnementales qui appelle de plus en plus de citoyens à repenser leur rapport à la consommation pour adopter des comportements plus éthiques et responsables. Mais dans l’urgence, à des marchés de fruits et légumes parfois réduits et face à une offre toujours plus complexe à décrypter, pas évident de glisser dans l’agenda un passage à l’Amap du quartier entre 15 et 17h. 

Pour répondre à cette double problématique et y insérer la notion de liens social, Boutiques de mon Village développe une offre qui vaut le coup d’œil. Son idée : des distributeurs de fruits et légumes bio et locaux dans les gares. Des paniers de produits frais et locaux, disponibles à l’achat 7 jours sur 7 et 24h sur 24. Après la gare d’Ermont-Eaubonne dans le Val d’Oise, la jeune pousse prévoit d’investir deux gares dans les Yvelines pour ensuite s’étendre au-delà de l’Île-de-France. 

En ligne de mire, deux objectifs : d’une part contribuer au confort de vie dans les territoires ruraux et au renfort du lien social au sein de ces derniers, et d’autre part fournir dans des zones plus urbanisées les produits issus de ces mêmes territoires en circuit court, établissant ainsi un lien direct entre les territoires ruraux et urbains.

Des circuits courts (la production acheminée à Ermont-Eaubonne vient d’Eure-et-Loir et des Yvelines), du bio et un prix accessible (moins de 10 euros le panier) : tout y est ! En revanche, pour ce qui concerne le renforcement de la proximité entre zones rurales et zones urbaines, on attend que le projet fleurisse pour voir se dessiner de vrais ponts entre les citoyens de villes et de campagnes. Car pour le moment, les distributeurs eux ne font pas encore dans le social…Une affaire ambitieuse et définitivement Good, à suivre.

Dernières publications

Economie circulaire et retour à l’emploi grâce à Murfy

La start-up spécialisée dans la réparation d’électroménager hors garantie a lancé en 2021 son propre centre de formation. L’objectif est non seulement de pallier le manque de techniciens mais aussi d’offrir un poste à des demandeurs d’emploi.

Le Grand Paris renforce l’économie circulaire et solidaire sur son territoire

(contenu abonné) La métropole souhaite endosser le rôle de catalyseur et d’accélérateur de la transition économique et solidaire des territoires. Elle a pour cela établi un plan d’actions concrètes jusqu’à 2030. « Notre défi est de...

Agissons aujourd’hui pour construire ensemble l’aide alimentaire de demain

Inflation, crise sanitaire et de l’énergie, prévision de croissance revue à la baisse pour 2022… Cette situation économique et sociale dégradée impacte l’ensemble des Français, mais pèse davantage encore sur les populations fragiles. Certains...

JCDecaux teste la collecte des biodéchets des Parisiens

89% des Français trient leurs emballages d’après le troisième Observatoire du geste de tri des Français par Ipsos pour Citeo. Cependant les déchets alimentaires correspondent, selon l'ADEME, au tiers des déchets résiduels présents dans...

BonaGive, le “leboncoin” des collaborateurs d’entreprises

BonaGive est une application mobile pour échanger des biens de la vie courante sur son lieu de travail entre collaborateurs et développer son réseau autour de la RSE et de l’économie circulaire. L’entreprise lyonnaise donne une bonne occasion de contribuer à la protection de la planète en évitant le gaspillage tout en renforçant le lien social entre collègues.