Campagne en ville : des paniers végétaux bio et locaux dans les gares, pour bientôt !

“Renforcer les liens au sein des ruralités et avec l’urbain”, c’est la proposition de Boutiques de mon Village : une jeune entreprise portée par Niels Julien-Saint-Amand qui vient de s’installer dans la Val d’Oise et compte bien disrupter nos manières de consommer. Après le kiosque en libre service de produits fermiers issus des circuits courts par JCDecaux, coup d’oeil sur ce projet Good. 

En France, le contexte de consommation est doublement chamboulé. Premier obstacle sur le parcours : un couvre feu national obligeant les citoyens à faire leurs courses alimentaires avant 18h. Deuxième étape : une conscientisation sur les problématiques environnementales qui appelle de plus en plus de citoyens à repenser leur rapport à la consommation pour adopter des comportements plus éthiques et responsables. Mais dans l’urgence, à des marchés de fruits et légumes parfois réduits et face à une offre toujours plus complexe à décrypter, pas évident de glisser dans l’agenda un passage à l’Amap du quartier entre 15 et 17h. 

Pour répondre à cette double problématique et y insérer la notion de liens social, Boutiques de mon Village développe une offre qui vaut le coup d’œil. Son idée : des distributeurs de fruits et légumes bio et locaux dans les gares. Des paniers de produits frais et locaux, disponibles à l’achat 7 jours sur 7 et 24h sur 24. Après la gare d’Ermont-Eaubonne dans le Val d’Oise, la jeune pousse prévoit d’investir deux gares dans les Yvelines pour ensuite s’étendre au-delà de l’Île-de-France. 

En ligne de mire, deux objectifs : d’une part contribuer au confort de vie dans les territoires ruraux et au renfort du lien social au sein de ces derniers, et d’autre part fournir dans des zones plus urbanisées les produits issus de ces mêmes territoires en circuit court, établissant ainsi un lien direct entre les territoires ruraux et urbains.

Des circuits courts (la production acheminée à Ermont-Eaubonne vient d’Eure-et-Loir et des Yvelines), du bio et un prix accessible (moins de 10 euros le panier) : tout y est ! En revanche, pour ce qui concerne le renforcement de la proximité entre zones rurales et zones urbaines, on attend que le projet fleurisse pour voir se dessiner de vrais ponts entre les citoyens de villes et de campagnes. Car pour le moment, les distributeurs eux ne font pas encore dans le social…Une affaire ambitieuse et définitivement Good, à suivre.

Camille Lingre
Rédactrice en Chef The Good. Diplômée d’un Master en communication et journalisme, elle commence en agence de publicité chez DDB Paris puis intègre la rédaction d’INfluencia en 2017 et passe rédactrice en chef adjointe en 2020. Passionnée de littérature et engagée dans les luttes pour la justice sociale et la reconnaissance des minorités, elle est co-fondatrice d’une club de lecture et podcast féministe et membre de l’association de journalistes AJL.

Dernières publications

Railcoop : des lignes de trains abandonnées retrouvent la voie

La SNCF n’a plus de monopole ferroviaire depuis décembre 2020. La coopérative Railcoop veut profiter de cette réforme contestée pour relancer des lignes rurales et développer le train de nuit. Une alternative écolo et citoyenne qui profiterait à l’économie locale.

Florian Palluel, Picture Organic Clothing : “L’énergie et l’électricité sont les leviers clés du climat et des GES ”

Certifiée B Corp depuis novembre 2019, Picture Organic Clothing poursuit son exploration responsable et engagée sur le marché des sports outdoor. Bio-sourcing et refonte complète de son circuit de production, l’entreprise vient de réaliser un audit carbone important et travaille notamment avec le WWF France selon la méthodologie Science Based Target pour piloter le business en accord avec les recommandations du GIEC et rester dans la limite d’un réchauffement climatique à 1.5 degrés. Bref, une marque à suivre. Rencontre avec Florian Palluel, son Responsable de la Transparence et de la Durabilité.

ICICLE, à l’avant-garde d’une mode éthique made in China

En 1997, loin de la frénésie éco-responsable actuelle qui fleurit sur le marché de la mode, ICICLE voit le jour à Shanghai. Son idée : un prêt à porter « Made in Earth », haut de gamme et éco-responsable. Dans le berceau de la fast fashion, le projet contraste. Avec plus de 20 ans d’expertise au compteur, quelque 290M € de CA et un déploiement à l’international qui s’intensifie, le succès de cet avant-gardiste de la mode éthique attire l’attention de la rédaction. Comment la marque est-elle parvenue à construire son empire dans un pays comme la Chine à l’aube des années 2000 ? Comment l’entreprise vit-elle l’arrivée des nombreux projets de prêt à porter éco-orientés ? Rencontre avec Isabelle Capron, Vice Présidente Internationale chez ICICLE Shanghai Fashion Group, et Directrice Générale Paris.

Good Pouce #10

La jeune marque d’upcycling ECCLO lance “L’imprevu” L’histoire d’ECCLO a commencé par un crowdfunding il y a deux ans. Depuis, Remy Renard, le fondateur, a su s’entourer. Il a...

Les Jardins Collectifs de l’Ourika : un programme d’expérimentation éthique signé Yves Saint Laurent Beauté

Terre de cœur d’Yves Saint Laurent depuis 1966, le Maroc voit un nouveau projet expérimental naître sur ces sols. Après le Jardin Majorelle et le musée YSL Marrakech, les Jardins Collectifs de l’Ourika. Laboratoire d’observation et d’expérimentation, ces jardins accueillent des plantes cultivées par des femmes de la région, à partir desquelles sont façonnés les produits de la marque. Comment concilier le savoir-faire et l’artisanat ancestral des communautés locales avec les standards d’une marque cosmétique luxe ? Comment cette initiative s’inscrit-elle au cœur de la démarche RSE YSL Beauté ? Les cosmétiques peuvent-ils vraiment aspirer à un avenir responsable ? Comment s’organise la transition écologique sociale et solidaire d’YSL Beauté ? Et du secteur du luxe et de la cosmétique ? Rencontre avec Caroline Nègre, Directrice scientifique d'Yves Saint Laurent Beauté pour faire le point.