Bonobo s’associe avec Plastic Odyssey pour lutter contre la pollution plastique en mer

Bonobo propose 2 sweats en fibres recyclées, dont la totalité des bénéfices seront reversés à l’association Plastic Odyssey qui lutte contre la pollution plastique en mer et encourage le recyclage des déchets plastiques. Précurseur dans la mode accessible et respectueuse de l’environnement, Bonobo revendique déjà l’offre éco-responsable la plus large du marché avec sa gamme Instinct qui représente 50% de ses produits. Aujourd’hui Bonobo souhaite multiplier par 3 l’utilisation dans ses collections de fibres recyclées en 3 ans. La marque soutient ainsi l’ambitieux projet du bateau laboratoire de l’association qui va à la rencontre des populations en Afrique, en Amérique du Sud, et en Asie les plus touchées par l’abondance des déchets plastiques afin de les sensibiliser sur ce sujet espérant ainsi enrayer le problème à sa source. L’expédition a aussi pour objectif de favoriser l’émergence d’entrepreneurs de recyclage plastique dans les pays en voie de développement. Le bateau avance exclusivement grâce à l’énergie produite par les déchets récoltés durant son périple. La prochaine étape partira de Marseille pour l’Afrique pour une aventure de 30 escales d’une durée de 3 semaines chacune. 

« Nous avons été totalement convaincus par la démarche de Plastic Odyssey qui allie une démarche de prévention dans les pays les plus touchés par la pollution, et une action de récolte et recyclage des déchets directement sur le navire. Nous sommes convaincus que le recyclage est une partie de la solution également dans le secteur textile. Nous avons déjà fortement investi dans cette démarche et avons pour objectif d’atteindre les 30% de produits en fibre recyclée d’ici 2027. » déclare Xavier Prudhomme, Directeur Général de Bonobo.

Ce partenariat fait sens puisque Bonobo et Plastic Odyssey ont plusieurs points communs :

  • l’ancrage maritime : Plastic Odyssey oeuvre pour lutter contre la pollution de l’eau en allant de ports en ports et Bonobo de son côté a ses équipes à Saint-Malo, ville portuaire de Bretagne 
  • l’engagement concret pour la préservation des ressources 
  • l’ambition d’accélérer le recyclage 

Les sweats sont déjà disponibles en boutique en anticipation de la Journée Mondiale de l’eau du 22 mars. Cette initiative sera renouvelée au mois de juin avec des T-Shirts.

Dernières publications

Éclairage bioluminescent : une solution pour réduire la consommation énergétique des collectivités ?

Illuminer les villes représente une pollution atmosphérique et lumineuse importante. Pour en diminuer l’impact, des chercheurs ont développé des façons de reproduire la lumière du vivant au moyen de bactéries bioluminescentes et de plantes génétiquement modifiées. Parmi les entreprises en pointe, Glowee et Woodlight, deux start up françaises qui font briller la France d’une lumière bleu lagon.

Retrouvez le palmarès complet du Grand Prix de la Good Economie

Le palmarès de la 1ère édition du Grand Prix de la Good Économie organisé par The Good et INfluencia a été dévoilé ce mercredi 20 octobre à en présence de nombreux décideurs engagés pour...

Bambou, amidon, canne à sucre : les alternatives au plastique sont-elles sérieuses ?

Depuis 2021, la vente d’objets en plastique à usage unique est interdite sur le sol européen. L’existence des barquettes et des pailles en polymère touchant à sa fin, c’est l’occasion de se pencher sur...

Pollution sonore : les pistes pour combattre un fléau à 156 milliards d’euros

Selon l’ADEME, le coût social du bruit en France s’élève à 156 milliards d’euros par an. Un chiffre astronomique né de l’impact des transports, du voisinage et du milieu de travail sur la santé humaine, la productivité et l’immobilier. Plusieurs pistes sont déjà envisagées pour bâtir un urbanisme durable.

Promouvoir l’éco-conception pour lutter contre la pollution plastique : le combat de l’ONG Parley, soutenue par Adidas

Cyrill Gutsch, le fondateur de l’ONG Parley for the Oceans présentait en juin sa stratégie pour lutter contre la pollution plastique dans les océans. Celle-ci repose sur trois principes : “Avoid”, “Intercept” et surtout “Redesign”.