Maria Schools, le premier campus dédié aux métiers de demain

85% des métiers de 2030 n’existent pas encore. Maria Schools, c’est le campus qui forme aux métiers de demain, inspiré de la pédagogie Montessori. Né du pari d’Annabelle Bignon et d’Agnès Alazard de créer un lieu de rencontre où l’on accepte de ne pas savoir et où l’on vient pour apprendre à apprendre, Maria Schools s’engage à (re)donner confiance à chacun pour être acteur de son avenir professionnel à l’ère du numérique. Rencontre avec Annabelle Bignon.

The Good :  Comment l’idée de créer le premier campus dédié aux métiers de demain vous est-elle venue ?

Annabelle Bignon : Maria Schools vient répondre au besoin criant de former en continu les adultes aux métiers du numérique. En effet, notre ère numérique est celle où tout change rapidement, en permanence, de manière totalement imprévisible. A partir de là, il faut savoir s’adapter. Ce qu’on a constaté, c’est que cela s’apprend peu importe son âge, ses connaissances, son passé. Notre autre conviction est alors que la formation est LE levier de réussite de la transformation des entreprises. Avec Maria Schools, nous voulons permettre à chaque individu de se réinventer, lui donner les moyens de maintenir son employabilité tout au long de sa carrière. Cela veut dire donner les moyens à chacun de choisir sa carrière et de ne pas la subir. La création du campus vient finalement répondre à ce besoin de se former en permanence à des compétences clés pour la transformation des entreprises, qui évoluent elles-mêmes en permanence ! En d’autres termes, c’est le campus pour apprendre à apprendre ! C’est d’ailleurs pour cela qu’on a choisi le mot campus parce que pour nous on peut apprendre à tout âge. Nous proposons une offre adaptée aux changements du monde professionnel et du monde en général. 

TG : Pouvez-vous nous parler de LION, MAESTRO et HERO, vos trois écoles ?

A.B. : D’abord il est important de comprendre que chacune de nos écoles repose sur un socle pédagogique commun avec pour objectif de mettre chaque élève dans la dynamique d’apprentissage continu. Pour nous, un programme est réussi si l’élève a compris qu’une fois le programme terminé ce n’est pas la fin de quelque chose mais le début de son apprentissage ! Notre pédagogie repose aussi essentiellement sur la pratique : c’est apprendre en faisant. On veut qu’elle soit pragmatique et avant-gardiste. On a donc 3 écoles. La première, LION, qu’on appelle l’école de l’ère entrepreneuriale a pour but de donner toutes les compétences et les états d’esprit des métiers qui émergent. Aujourd’hui des experts opérationnels issus des entreprises tech les plus innovantes vont enseigner par exemple les fondamentaux de la data, du marketing digital ou encore du web 3.0. Ensuite, MAESTRO est notre école de la Tech et du Produit qui forme au métier de product manager et au no-code. Chez MAESTRO, grâce à des formations intenses et pratiques, nous transmettons toutes les soft et hard skills du produit pour faire de nos élèves les talents que toutes les entreprises de la Tech vont s’arracher. Pour notre formation dédiée au no-code, la discipline reine qui est en train d’émerger, nous leur apprenons à développer un produit de A à Z. Enfin, notre 3ème école Hero est dédiée au storytelling parce qu’ il n’y a jamais eu d’héros sans belles histoires ! C’est l’école des nouvelles narrations qui vient répondre à l’émergence des nouveaux usages, des nouveaux médias et des nouveaux canaux de communication. On y enseigne le creative ou copywriting, on forme également à concevoir et lancer son podcast et nous avons une formation dédiée aux femmes : LoudHer. Cette formation a pour but de redonner le pouvoir aux femmes. Prendre le pouvoir avec et par les mots, par exemple en leur apprenant à se raconter et avoir une vraie voix dans le monde professionnel. 

On œuvre pour l’égalité des chances et l’accessibilité à la formation pour tous.

TG : Pourquoi avez-vous choisi de devenir entreprise à mission ?

A.B. : Devenir une entreprise à mission était assez logique compte tenu de notre objectif depuis le début : permettre l’employabilité à vie grâce à la réinvention de l’éducation des adultes, une éducation qui leur donne confiance et les rend chacun acteur de leur avenir professionnel. En 2021, c’est donc naturellement et pour renforcer notre raison d’être que nous avons modifié nos statuts pour y insérer notre mission : “Permettre à chacun de se réinventer grâce à la formation tout au long de la vie”. On œuvre pour l’égalité des chances et l’accessibilité à la formation pour tous. Tout le monde ne maîtrise pas les codes du numérique, or dans notre monde où tout change aussi rapidement cela nous semble crucial de non seulement faciliter l’accès à la formation mais aussi de former les individus à s’adapter en permanence pour qu’ils restent maîtres face aux changements du marché. Ce qui compte c’est d’apprendre en permanence pour ne pas être simplement spectateur du changement, de son avenir professionnel mais acteur. D’ailleurs nous nous employons à tutoyer chacun pour montrer que nous sommes tous égaux face à ce changement : nous sommes tous des “apprenants”. 

TG: Quelles évolutions espérez-vous pour Maria Schools ?

A.B. : Aujourd’hui on continue de développer notre offre et l’on construit notre produit en ligne qui permet à chaque individu passé chez Maria Schools de maintenir son employabilité à vie en réactivant en permanence ses compétences. On a la volonté d’ouvrir de nouvelles écoles, notamment une sur les problématiques RSE. On constate que de plus en plus d’entreprises s’engagent à se transformer sur les plans écologiques et sociétaux. On pense donc qu’il est important d’avoir une formation qui va dans ce sens. On cherche aussi à continuer d’adresser nos programmes à tous les publics où qu’ils soient. D’ailleurs on s’attache à proposer nos formations en ligne et la gratuité est un pilier de notre campus. Par exemple, existante depuis 2016, la formation « Lion du samedi » donne accès à plus de 200 élèves par an à l’écosystème des start-ups. En 5 mercredis soirs et 6 samedis, les élèves sont formés pour détenir les états d’esprits mais aussi les méthodes et outils pour travailler dans les entreprises de la Tech. Chez Maestro, nous proposons plusieurs fois par an une masterclass gratuite d’une journée pour former les équipes Tech au  « numérique responsable » et leur donner les clés pour comprendre leur responsabilité et détenir les outils pour agir ! Aujourd’hui notre plus grande force c’est notre communauté composée de 5 000 alumni, nous nous attachons à leur apporter toutes les clés pour continuer à apprendre et les invitons ainsi à devenir eux même professeurs car finalement, n’y-a-t-il pas meilleure manière d’apprendre que celle de transmettre ? Si on doit se projeter, on aimerait également s’implanter dans d’autres villes francophones en Europe comme Bruxelles.

Dernières publications

EVENT FOR GOOD by EVENTS DAYS

Les acteurs du monde de l'événementiel et de la communication s'engagent ensemble. Un seul objectif : Progressons ensemble ! Où ? sur EVENTS DAYS et c’est à Deauville du 12 au 14 octobre que la filière événementielle...

L’Oréal et Emmaüs Solidarité inaugurent un nouvel espace beauté pour tous

Partenaires depuis plus de 10 ans, L’Oréal et Emmaüs Solidarité se sont associés pour aller encore plus loin dans l’accompagnement des personnes en situation de précarité, en imaginant un espace spécifique dédié à l’estime...

L’IAB Europe se dote d’un comité développement durable

Le 21 septembre, l’IAB Europe a annoncé l’ouverture de son comité développement durable qui travaillera sur la réduction de l’empreinte carbone des campagnes numériques. L’IAB Europe a créé un nouveau Comité de durabilité le 21...

Les pêcheurs français en colère

Les pêcheurs artisans des Hauts-de-France et de Normandie sont en colère suite au maintien de la senne démersale, une technique de pêche industrielle dévastatrice pour les éco-systèmes marins. Jeudi 29 Septembre, les décideurs européens n’ont...

Grande collecte solidaire de livres dans les magasins FNAC

Jusqu’au 8 octobre, FNAC organise une collecte des livres dans ses magasins pour l’ONG Bibliothèques Sans Frontières. FNAC et Bibliothèque Sans Frontières récupèrent des livres d’occasion jusqu’au 8 octobre. L’opération « Grande Collecte Solidaire », menée en...