Le rapport du GIEC débarque dans le métro

Le collectif d’étudiants et jeunes diplômés “Pour un réveil écologique” lance une campagne d’affichage dans le métro parisien (grâce à la régie publicitaire Médiatransports) pour offrir au dernier rapport du GIEC la visibilité et l’attention qu’il mérite. L’objectif est de faire comprendre au grand public que la planète n’a plus notre temps.

Cette campagne est une réponse face à l’inconsidération des médias et des institutions pour le dernier rapport du GIEC. Elle vise à pointer du doigt l’insuffisante mobilisation de ces derniers à son égard. Alors que le rapport insiste sur le rôle essentiel des médias dans la diffusion des contenus scientifiques, ces derniers ont, en majorité, répondu absents. Pour un réveil collectif a décidé de prendre les choses en main en détournant les codes de la publicité traditionnelle pour présenter une synthèse en 10 points-clés du rapport et proposer au travers d’un QR Code un renvoi vers ce dernier. 

Pour Théo Miloche, coordinateur de cette campagne chez Pour un réveil écologique, “c’est une fierté de contribuer à la visibilité des publications du GIEC. Mais il est regrettable qu’en 2022, ce soit encore les jeunes qui doivent se mobiliser face au manque d’écho médiatique pour faire connaître un rapport aussi crucial.” 

De son côté Céline Guivarch, directrice de recherche au CIRED et rédactrice du dernier rapport du GIEC déclare “Le collectif Pour un réveil écologique met en pratique une des conclusions du rapport du GIEC qui montre que les médias façonnent les discours sur le changement climatique et les normes sociales, et in fine les possibilités d’action face au changement climatique. Ils se font le relais des connaissances scientifiques sur les solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Merci pour cette action d’utilité publique !”

Le collectif n’en est pas à sa première action pour alerter sur l’urgence d’informer et d’agir face à la situation climatique. Les étudiants et jeunes diplômés s’étaient notamment rendus devant les locaux de TF1, pour inciter les journalistes de la rédaction à s’emparer davantage du sujet. 

Retrouvez donc du 16 au 23 mai l’affiche sur les quais de 108 stations dans un format 4X3 !

Dernières publications

Le palmarès de la 17ème édition du Prix Jeunes pour l’Environnement EPE-TF1/LCI est sorti

L’ EPE (Entreprises pour l'environnement) et TF1/LCI ont lancé la 17ème édition du Prix Jeunes pour l’Environnement en ce début d’année en s’adressant aux moins de 30 ans. Le thème de cette année était...

Castorama s’associe à MagicPallet pour optimiser le réemploi des palettes

Pour renforcer ses initiatives en faveur du verdissement de sa supply chain et respecter les engagements en termes de réduction des émissions carbone du groupe Kingfisher, Castorama s’associe à MagicPallet, première plateforme collaborative d’échange...

Gaëlle Ouari (Labeyrie Fine Foods) : “Notre rôle est de faire de la responsabilité un exhausteur de plaisir”

Acteur majeur de l’agro-alimentaire français, le groupe Labeyrie Fine Foods (Labeyrie, Blini, L’Atelier Blini, Delpierre, Père Olive,…) se transforme au quotidien pour répondre aux enjeux écologiques, sociaux et sociétaux. Il n’oublie pas pour autant son ADN- la démocratisation des produits d’exception- et prône désormais un plaisir responsable, un hédonisme engagé. Rencontre avec Gaëlle Ouari, Directrice de la communication, Digital et RSE Groupe.

Gautier Picquet (Publicis Media) : « Nous devons expliquer aux citoyens, aux régulateurs et aux acteurs politiques l’utilité de la publicité pour les transitions...

Pour Gautier Picquet, CEO de Publicis Media, l’un des partenaires majeurs de The Good Forum qui s’est tenu le 22 mars dernier, le collectif doit primer sur les individualités dans la transformation positive du secteur de la publicité. Un nouvel équilibre doit être trouvé pour qu’ensemble, media, annonceurs et agences bâtissent la communication responsable de demain.

Une situation environnementale plus qu’alarmante soulignée par le nouveau rapport du GIEC 

Le deuxième volet du sixième rapport du GIEC intitulé “Changement climatique 2022 : impacts, adaptation et vulnérabilité” a été publié lundi 28 février. Ce dernier se concentre sur les impacts du changement climatique sur les populations, leur vulnérabilité face à la situation et les moyens de s’y adapter. Il vient confirmer les prédictions du premier volet publié en août 2021 sur l’évolution du climat. Mauvaise nouvelle : la situation change plus vite qu’on ne le craignait.