Jean-Pierre Letartre, World Forum : “C’est par le collectif que se jouera la « relance verte » de notre territoire”

Face aux restrictions sanitaires liées à la Covid-19 et à la multitude de rendez-vous du Good et de l’économie, Change4Good annonçait il y a quelques semaines sa solution : un lieu digital réunissant les quatre grands événements de l’automne des communicants dont le premier ouvre ses portes aujourd’hui : le forum mondial de l’économie responsable (World Forum). Au menu : du concret pour aider les entreprises à remodeler une économie dans une dynamique responsable, durable, sociale et solidaire. Pour en parler, quatre questions à Jean-Pierre Letartre, tête dirigeante du Réseau Alliances, de Change4Good et du World Forum

Soutenue par la Métropole Européenne de Lille, l’initiative Change4Good nous charme : un lieu digital réunissant La Soirée des Pépites IRD, le World Forum, l’Université des Entrepreneurs du Medef HDF et le Salon « Made in Hauts-de-France » de la Voix du Nord. Creuset de la convergence des bonnes pratiques, Change4Good se veut ainsi une plateforme digitale qui, au delà d’offrir un UX aux petits oignons, permet aux entrepreneurs de créer des ponts et de multiplier leurs chance de trouver réponses à leurs questions. Son mot d’ordre : du concret pour les dirigeants et managers dans leur quête de transformation de leur entreprise (mutations business, digitales, organisationnelles, RH et RSE). Un jeu collectif né sous l’impulsion de Jean-Pierre Letartre, ex-PDG EY, aujourd’hui à la tête du Réseau Alliances et du World Forum.

Pour entamer les festivités, le World Forum, forum mondial de l’économie responsable, démarre en fanfare pour sa 14ème édition ce jour même et jusqu’à jeudi, avec en tête l’accompagnement des entreprises vers une économie plus durable. Trois jours de conférences et rencontres promettant un accent business fort et des enjeux clairs. Nouveaux modes de gouvernance, transformation des métiers, coopération entre les acteurs, ce premier rendez-vous attire l’attention de la rédaction. A cette occasion, nous rencontrons l’expert RSE Jean-Pierre Letartre

The Good : Au-delà de réunir 4 événements sur une même plateforme, quelles sont les intentions concrètes de Change4Good ? 

Jean-Pierre Letartre : Notre ambition à travers ce parcours digital et apprenant est de jouer COLLECTIF. L’urgence est là ! La crise sanitaire nous propulse dans le monde « d’après ». Celui du sens, de la cohérence et de la coopération. Avec Change4Good, nous envoyons un signal fort : tous les acteurs du territoire se mobilisent pour accompagner les entreprises, entrepreneurs et leurs collaborateurs, dans la transformation durable de leur business. Le monde évolue vite, il devient vital pour les entreprises d’évoluer avec lui. 

Aussi, la notion d’apprentissage en continu est capitale dans le parcours Change4Good. Les participants, quels que soient leurs postes ou leurs responsabilités, ont la possibilité d’enrichir leurs connaissances et leurs savoirs sur les thématiques RSE / digital / marketing… et de demander une certification OpenBadge, à valoriser dans leurs expériences. Cette hybridation des connaissances, le partage des bonnes pratiques, et la valorisation de l’exemplarité sont au cœur de notre démarche.

The Good : Change4Good et ses 4 évènements visent à offrir des réponses et solutions concrètes aux dirigeants et à leurs managers dans leurs mutations en cours et à venir. Tête pensante de ce nouveau format et à l’initiative du World Forum, que préconiseriez-vous aux entreprises frileuses face à la transition ?

J.P. L. : Il y a urgence aujourd’hui à se transformer, sous peine de ne plus faire partie de ce monde d’après. Il n’est pas encore trop tard pour le faire mais c’est « the last chance », thème de notre édition du World Forum cette année. Il n’y a pas de petites ou grandes actions. Il y a des engagements, une vision, des défis à relever, collectivement. Chaque entreprise, quelle que soit sa taille, son histoire, son secteur d’activité peut mettre en place en son sein une dynamique RSE. Elles ont tout à gagner à être actrice du changement de notre modèle économique. Elles ont tout à gagner à coopérer, partager, apprendre les unes des autres. C’est pour cela que nous avons tenu à ce que l’édition du World Forum cette année soit maintenue – en format digital – car nous sommes sur une ligne de crête. Les lignes bougent, il faut bouger avec elles.

The Good : Cette 14ème édition du World Forum promet d’accentuer sa dimension business. Comment et pourquoi ? 

J.P. L. : Parce qu’il est indispensable d’équiper les entreprises pour qu’elles se transforment. Nous devons les accompagner via des méthodes clés en main et des solutions concrètes et adaptées. C’est pourquoi cette année, nous avons également développé des parcours métiers pour guider les collaborateurs dans les changements qu’ils ont à apporter, dans le rôle qu’ils ont à jouer, eux aussi, dans cette action commune. Je le rappelle : il y a urgence ! Urgence de mettre les nouveaux modèles économiques et les nouveaux modes de gouvernance au cœur de la transformation des entreprises; urgence de former les salariés à la transformation rapide de leurs métiers; et urgence de relancer l’économie en favorisant les coopérations entre acteurs de filières sur les territoires.

Bâtir une économie plus responsable, c’est avant tout transformer les entreprises et leurs modèles économiques pour les rendre compatibles avec les limites de notre environnement et de nos sociétés.

Pour cela, de nouveaux business models émergent. Qu’il s’agisse de découpler la création de valeur de l’extraction toujours plus grande de ressources naturelles avec l’économie circulaire, ou de remplacer la possession matérielle par l’usage avec l‘Économie de la Fonctionnalité, les entreprises peuvent désormais réinventer leurs propositions de valeurs pour rompre avec une économie linéaire et centrée sur la consommation de masse. Mais si ces modèles évoluent pour intégrer les impacts environnementaux et sociaux, la gouvernance doit se transformer aussi !

Pendant 3 jours, près de 200 speakers, français et internationaux, chefs d’entreprises et responsables RSE, acteurs politiques et institutionnels, sont là pour illustrer concrètement les actions qu’ils ont mis ou mettent en place pour effectuer leur transition. Tous ont décidé de partager leurs bonnes pratiques, leurs retours d’expérience avec les 4 000 participants du World Forum. C’est par ce jeu collectif, cette mobilisation générale dans un objectif commun et partagé que se jouera la « relance verte » de notre territoire.

The Good : Parmi la foule d’entreprises et d’initiatives qui seront présentées lors du World Forum comme sur le reste du parcours Change4Good, pouvez-vous nous citer quelques unes d’entre elles qui vous inspirent et illustrent avec brio cette transition écologique sociale et solidaire que chacun tente de mettre en place ? 

J.P. L. : Sur notre territoire, berceau de la révolution industrielle, et pilote de la Rev3, les exemples sont nombreux. Spontanément, je pense à Bonduelle, dont le Directeur Général Guillaume Debrosse sera présent sur la plénière d’ouverture. Cette entreprise centenaire et mondiale, implantée dans les Hauts-de-France est aujourd’hui engagée dans la démarche B-Corp avec pour ambition d’offrir un « futur meilleur par l’alimentation végétale ». Ou encore au Groupe Damartex, maison-mère de Damart, qui transforme son modèle à 360°, via l’accélération de sa digitalisation ou encore la confection pour la première fois de Thermolactyl à base de fibres recyclées. Mais il y en a tellement d’autres. En témoignent les 17 entreprises candidates aux Trophées de l’Economie Responsable – dont la remise est orchestrée au sein du World Forum. De Tape à l’œil et son ambition de proposer des produits traçables, durables et recyclables, aux Supermarchés Match et leur projet d’entreprise « Good Food », à de plus petites entreprises qui s’investissent dans le recyclage d’équipements sportifs (La Virgule), à des jouets fabriqués avec du bois du Jura issu de forêts durablement gérées (Sloli). Toutes ces entreprises sont à retrouver sur la chaîne YouTube du Réseau Alliances pour un shot d’inspirations ! 

The Good : Une conférence que vous ne voudriez pas manquer ?

J.P. L. : La conférence plénière d’ouverture de cette 14ème édition. C’est un moment d’échanges qui s’annonce passionnant. Ce mardi 13 octobre, la lumière sera braquée sur « ceux qui font » l’économie du good avec des exemples inspirants comme l’incroyable trajectoire d’Alexandre Mars, le grand témoin du World Forum 2020, entrepreneur « inclassable », à la tête du premier fonds d’investissement européen certifié B-Corp ; comme le Groupe Bonduelle. Cette soirée mettra également à l’honneur les Trophées de l’économie responsable, récompensant les entreprises et start-up à l’ADN RSE « made in Hauts-de-France ». 

Dernières publications

Théorie du donut : modèle économique d’un futur durable désirable

La théorie du donut a la simplicité de la complexité. Car derrière cette image gourmande se niche rien de moins que l’intégration systémique des enjeux sociaux et environnementaux aux modèles économiques de demain. Un...

Le Festival de l’Économie Engagée, un mois pour imaginer de nouvelles façons de produire et d’entreprendre

Le Festival de l'Économie Engagée débarque du 30 mai au 26 juin à Paris, Marseille et Biarritz pour nous amener à imaginer de nouvelles façons de produire et d’entreprendre plus respectueuses de la Terre...

Marseille capitale de l’économie de demain

The Good s’associe au Mouvement Impact France pour vous faire suivre son tour de France des Universités de l’économie de Demain. Retour sur la troisième étape qui s’est tenue le 10 Mars dernier à Marseille.

Caroline Renoux (Birdeo) : “Je vois notre passage en société à mission comme un investissement utile à notre innovation et à notre rentabilité économique”

Birdeo est le pionnier des cabinets de recrutement spécialisés dans le développement durable et l’Impact. S’il accompagne depuis 10 ans les entreprises engagées dans le recrutement de profils RSE, ce n’est que l’an dernier qu’il...

La décroissance est-elle synonyme de déclin ?

Retour à l’âge de pierre, crise économique, chômage de masse... Par sa connotation décliniste, la décroissance effraie. Pourtant ce concept ne souhaite ni réduire nos modes de vie, ni enterrer l’idée du progrès. Simplement modifier nos indicateurs pour que la croissance ne soit plus définie par l’économie, mais par la bonne santé des humains comme celle de la planète.