Haute valeur environnementale ou pas

Sept associations ont demandé ce lundi au Conseil d’Etat d’interdire le label agricole Haute valeur environnementale (HVE), accusé de greenwashing et de tromperie du consommateur. La requête vient de sept associations de défense des consommateurs, de défense de l’environnement et de promotion de l’agriculture biologique : Fédération nationale d’agriculture biologique, UFC-Que Choisir, SYNABIO, Générations futures, Bio consom’acteurs, Réseau environnement santé et Agir pour l’Environnement.

Le label HVE, créé en 2012 par l’Etat français, doit garantir, selon le gouvernement, que les pratiques agricoles d’une exploitation “préservent l’écosystème naturel et réduisent au minimum la pression sur l’environnement (sol, eau, biodiversité…)”. Il suppose par exemple une “réduction” de l’utilisation de pesticides, qui ne sont donc pas interdits, à la différence de l’agriculture biologique. Or ce n’est pas le cas comme le soulignent ces associations : « le label HVE n’interdit pas l’utilisation des pesticides les plus dangereux, pourtant officiellement reconnus comme nocifs pour la santé humaine“. Les critères permettant aux exploitations agricoles d’accéder à la certification avaient été renforcés l’an dernier face aux critiques de Bruxelles, mais cela “n’a pas amélioré la situation“.

Ce cas d’école rappelle combien les labels ne garantissent ni la qualité ni le meilleur choix à faire pour nos achats. Les labels bio n’ont par exemple pas de sens si les produits viennent de l’autre bout du monde (comme les kiwis bio de Nouvelle-Zélande). Ce cas d’école rappelle aussi combien les lanceurs d’alerte jouent un rôle essentiel pour l’intérêt général et la démocratie.

Emilie Kovacs
Emilie Kovacs
Rédactrice en chef de The Good, est tombée dans la marmite du développement durable il y a une dizaine d'année. Cette journaliste d'origine hongroise aime mettre en lumière les acteurs et actions à impact, celles et ceux qui font plutôt que celles et ceux qui disent, les solutions plutôt que les critiques. Eternelle optimiste, elle est convaincue que l'être humain pourra se sortir du pétrin écologique dans lequel il s'est fourré. #Team beurre demi-sel, coquillages et crustacés !

Dernières publications

En Egypte, les start-ups vertes s’attaquent au fléau du plastique

(contenu abonné) En Egypte, premier pollueur au plastique du Moyen-Orient et d'Afrique, de jeunes entrepreneurs tentent de transformer les millions de tonnes de plastique qui inondent le Nil, la Méditerranée et les décharges à ciel ouvert.

#GoodBook La fin des haricots ? Le réveil écologique c’est maintenant” de Thomas Guénolé publié le 2 février 2023 aux éditions Plon.

L’auteur est politologue et conseiller politique. Intellectuel engagé, il enseigne le changement climatique à l’IÉSEG School of Management.

CMA CGM cherche des start-up pour décarboner le transport maritime

L'armateur CMA CGM a annoncé lundi le lancement d'un appel à projets destiné aux "start-up et entreprises développant des solutions concrètes" et doté de 200 millions d'euros, pour accélérer la décarbonation de la filière maritime française.

Pour réussir la transition énergétique, plus de 60 milliards supplémentaires par an sont nécessaires (Bruno Le Maire)

Pour réussir la transition énergétique, "60 à 70 milliards d'euros supplémentaires par an" sont nécessaires, a chiffré le ministre de l'Economie Bruno Le Maire dans une interview au Journal du Dimanche (JDD).

Châteauform’ et Green Evénements proposent un livre blanc sur les « 13 mesures pour un événement LEAD à ambition durable »

Ce livre blanc est à destination des organisateurs d’événements qui donne des conseils concrets et mesurables pour créer des événements véritablement responsables.