More

    Grenoble : la première ville à lancer sa « convention citoyenne » sur le Covid-19

    En réponse au gouvernement et à sa gestion de la crise sanitaire jugée trop verticale, le maire écologiste de Grenoble Éric Piolle expérimente un « comité de liaison citoyen ». Des dizaines d’associations et 250 citoyens tirés au sort pour mieux saisir les besoins locaux de la ville. Zoom sur ce nouvel instrument de démocratie sanitaire qui pourrait bien s’exporter ailleurs en France avec Annabelle Bretton, adjointe au maire. 

    Nous avons tous observé le casse-tête auquel le gouvernement s’est confronté ces dernières semaines. Ouvrir ou fermer les librairies, réguler ou pas les grandes surfaces, assouplir ou renforcer les restrictions de circulation… Des questions d’autant plus difficiles à trancher dans un pays très centralisé où la démocratie locale se taille une place encore timide. C’est dans ce besoin d’une nouvelle vitalité démocratique au sens de Pierre Rosanvallon que le maire EELV de Grenoble Éric Piolle a lancé début novembre sa « Convention Citoyenne Covid-19 ». Un clin d’oeil à la Convention Citoyenne pour le Climat qui reprend dans les grands traits sa forme : un organe consultatif expérimental et participatif avec des citoyens tirés au sort. L’enjeu étant que cette consultation intervienne au coeur d’une deuxième vague plus inquiétante que prévue.

    « Nous répondons à une demande formulée par le conseil scientifique »

    Jointe au téléphone, l’adjointe au maire de Grenoble Annabelle Bretton, spécialisée sur les questions d’éducation populaire, de jeunesse et de démocratie locale, précise que cette initiative, c’est celle qu’Emmanuel Macron a écartée. « Lorsque le conseil scientifique a suggéré dès avril 2020 d’associer la société civile à la gestion de la crise sanitaire, le silence du Président a renforcé notre détermination dans l’idée d’une convention citoyenne sur le Covid-19. De sorte que dès le mois d’août, avant l’idée d’une quelconque deuxième vague, on a planché dessus ». Il s’agit ainsi de la première convention citoyenne de ce genre en France. Si son nom officiel est le comité de liaison citoyen, c’est pour faire référence « à la demande formulée en ces exacts mots par le conseil scientifique », souligne Annabelle Bretton. Un nom néanmoins austère qui mène l’adjointe au maire à privilégier le terme de convention citoyenne. 

    « Une double consultation par échange de mails et assemblées plénières »

    Pour mettre en place cette convention citoyenne d’un nouveau genre, la mairie de Grenoble a travaillé sur une méthode de sélection la plus juste et démocratique possible. « On a tiré au sort 200 personnes sur liste téléphonique avec une parité de genre, d’âge et de géographie. Ce qui signifie autant d’hommes que de femmes, dont 30% ont moins de 25 ans. On a en parallèle demandé à toutes les associations de la ville (culture, sport, insertion…) de désigner chez eux une femme et un homme destinés à intégrer un panel associatif. Ce qui donne deux groupes, l’un citoyen, l’autre de la société civile, d’environ 250 personnes ». Un groupe représentatif de la population qui est d’ores et déjà consulté de deux façons. « Nous avons commencé par un échange en distanciel avec des allers-retours par mail visant à comprendre les problèmes nés de la crise sanitaire. Puis nous avons organisé une première réunion en présentiel limitée à une trentaine de personnes, laquelle se tient un samedi matin par mois. Une double consultation par échange de mails et assemblées plénières en somme ». L’adjointe au maire précise qu’aucun service de la ville ni élu n’est présent durant la réunion. « Nous avons un animateur extérieur à la mairie qui se charge de mener le dialogue avec une prise de parole libre ».

    « Il est primordial d’expliquer pourquoi certaines suggestions ne seront pas prises en compte »

    Parmi les sujets abordés durant la première plénière, les marchés extérieurs. « Les citoyens présents ont exprimé leur désapprobation quant à des contraintes supplémentaires concernant les marchés extérieurs. Bien que l’avis soit consultatif, nous l’avons pris en compte ». La question de l’isolement et du lien social ont également été abordés. « On s’est rendu compte que les étudiants sont pour certains tout autant isolés que les personnes âgées ». Pour les prochaines assemblées, Annabelle Bretton confie que l’ordre du jour se penchera davantage sur les services d’espace public comme les rénovations et le quartier prioritaire de Villeneuve. Un élargissement des objectifs sanitaires de la convention citoyenne. « Nous voulons insister sur des sujets concrets et éviter des débats trop généraux. La participation citoyenne est un fil bien particulier et nous avons conscience que sur les plénières, il sera primordial d’expliquer aux citoyens pourquoi certaines de leurs suggestions ne seront pas prises en compte. Je précise que tous les rapports seront mis à disposition après chaque rencontre pour informer les Grenoblois des échanges et des remontées qui seront donnés aux élus ».

    « Marseille, Bordeaux, Tours, Strasbourg et Chambéry sont intéressées »

    De nombreuses villes ont d’ores et déjà contacté la municipalité de Grenoble pour profiter de leur temps d’avance sur les questions de démocratie participative. « Les mairies de Marseille, Bordeaux, Tours, Strasbourg et Chambéry nous ont contacté pour mieux saisir l’organisation de cette convention citoyenne ». Il faut dire que Grenoble est rompu à l’exercice. « Nous avons la chance d’avoir une culture de la démocratie locale, et donc des prestataires habitués à faire des tirages au sort ciblés, des votes en ligne, des animations citoyennes… ». Un avantage qui incite la ville a lancer à l’échelle locale sa propre Convention Citoyenne pour le Climat à horizon 2021. « Mais avec la pandémie, nous allons probablement devoir retarder le calendrier », précise Annabelle Bretton. 

    Romain Salas
    Journaliste. Après une licence de droit à la Sorbonne et un master en médias et communication au CELSA, Romain tombe dans les charmes du journalisme et de l'écriture. Avec un tropisme fort pour l’écologie et la justice sociale, il imprègne dans ses choix éditoriaux un parfum d'engagement à la mesure des urgences de notre temps.

    Dernières publications

    Quand la nature aide la nature : grand bain dans les énergies marines

    Si l'exploitation de l’eau pour produire de l’énergie renouvelable n’est pas nouvelle, ses méthodes se sont focalisées jusqu'à présent principalement sur l'hydroélectricité des rivières avec le leadership de la Chine, du Brésil ou du Canada. En revanche, les énergies marines sont encore sous exploitées. Marémotrice, hydrolienne, houlomotrice ou thermique, les énergies marines apparaissent aujourd’hui comme des ressources inépuisables capables de répondre aux problématiques environnementales actuelles. Petit tour d’horizon des nouvelles solutions qui permettent d’utiliser la mer comme une source d’énergie.

    Jean-Philippe Courtois, Live For Good : “ Il faut savoir faire preuve de résilience face aux montagnes russes de l’entrepreneuriat social”

    L’état des lieux est sans appel : un marché du travail ultra saturé, une jeunesse diplômée ambitieuse, une multiplication des innovations digitales, une croissance continue des capacités et de la maîtrise de la data, et une urgence écologique, sociale et solidaire. Partant de ce quadruple constat, Live For Good s’engage depuis 2015 dans l’entrepreneuriat social et l’accélération de la révolution technologique via l’incubation de projets vertueux portés par les moins de 30 ans. Dans un contexte de crise sans précédent, quels impacts sur ces projets florissants ? Rencontre avec Jean-Philippe Courtois, co-fondateur de Live for Good.

    Siga ou le pari de faire fléchir les géants de l’agro-industrie

    On ne compte plus le nombre d’applications qui prétendent réformer l’industrie agroalimentaire par un simple coup de scan à la méthodologie incertaine. Face à ce constat, la plateforme Siga élabore son propre indice d’évaluation de la transformation des produits, une première en France qui pourrait bien transformer les pratiques du secteur.

    Veolia, leader mondial français de la transformation écologique : à quel prix ?

    A l’ère de la transition écologique et solidaire, les entreprises sont confrontées à un véritable casse-tête : trouver un chemin de crête entre la préservation des intérêts écologiques et les contraintes économiques exacerbées par la montée de la concurrence mondiale. La course à la taille apparaît comme une solution à cette équation difficile. C’est dans ce contexte que le PDG de Veolia, Antoine Frérot, a annoncé le projet de Veolia de racheter son concurrent historique, Suez, pour créer le leader mondial français de la transformation écologique.

    Quels changements derrière le brouhaha d’une « mode durable » ?

    Découvert dans une récente trendsletter de l’agence créative Peclers Paris, le dernier rapport des Nations Unies "Durabilité et Circularité dans la Chaîne de Valeur Textile" nous questionne sur l’évolution de l’empire Mode dans sa conquête d’un horizon plus vert. Si depuis plus de 10 ans on entend parler de révolution à venir du prêt-à-porter et de la mode responsable, qu’en est-il vraiment ? Est-ce un leurre de penser qu’une telle industrie puisse réellement changer alors même que tout son succès se base sur des principes aux antipodes de ceux d’un monde durable ? Les jeunes pousses et autres pépites d’une mode Good doivent-elles suffire à nous convaincre ?