Et si la différenciation rendait le monde meilleur ?

Se dire aujourd’hui défenseur de la finance responsable ne suffit plus pour se démarquer. Certains labels non plus. Et si la recherche de différence de la part des acteurs de la finance permettait de rendre le monde meilleur ? Un grand oui, si cela s’accompagne de transparence.

Comme bon nombre de secteurs – la mode ou l’alimentaire n’en sont que des exemples – la finance n’échappe pas aujourd’hui à la nécessité de montrer patte blanche. Venue de ses clients, des incitations étatiques ou de l’impérieuse nécessité de faire bouger les choses pour la planète, nous assistons depuis quelques années à un véritable changement chez les asset managers. Si l’Investissement Socialement Responsable au début des années 2000 n’était réservé qu’à une minorité d’acteurs luttant tant bien que mal contre l’idée d’une finance servant à financer les mauvaises industries, il est passé aujourd’hui à un rang de must have. Comme le  bio nous direz-vous. A l’instar de ce dernier qui aura le mérite de contribuer à rendre son industrie plus sensée même si elle n’en gomme pas tous les excès, la question de la responsabilité dans la finance ouvre un champ nouveau : de par leur poids dans l’économie et la société, les marques financières peuvent-elle contribuer à un monde plus responsable ?

Des pionniers de la finance responsable…

Pour les acteurs financiers, à l’instar d’Ecofi, filiale du groupe BSPCE, qui ont accompagné l’émergence de la  finance responsable, ce positionnement a été un marqueur profond de différenciation. Tellement profond que cette différenciation a pu être perçue négativement par une large frange de leur écosystème. Comme il n’est jamais trop tard pour avoir raison, ces pionniers dans la finance bénéficient aujourd’hui d’une certaine avance, alors que tous les acteurs plus traditionnels de ce secteur essaient maintenant de se conformer à ces nouvelles tendances

…rattrapés par des engagements toujours plus nombreux et noyés dans la masse

Néanmoins, quelques questions se posent. Comment, en  tant  que marque, peuvent-ils continuer à asseoir leur position de first mover et de leader d’opinion alors que de nombreux acteurs de la finance se targuent maintenant d’avoir, chevillée à leur marque depuis toujours, leur engagement de proposer une finance toujours plus responsable ? Ces engagements suffisent-ils encore ? A quoi ça sert d’être labellisé ISR si tout le monde l’est ?

La clé : l’amélioration continue

Un chemin se dessine et nous avons envie d’y croire. Ce chemin vers un monde plus responsable va reposer sur l’appétit qu’auront les différents acteurs de la finance de continuer à se différencier dans leur démarche. Devenir une entreprise à mission pour marquer encore plus mon engagement et le faire adopter statutairement par toute l’entreprise ? Augmenter les contraintes liées à mes investissements pour montrer que je me comporte mieux que mon voisin ? Doter mes dashboards financiers d’indicateurs extra-financiers toujours plus précis…? Il y a fort à parier que le besoin de se démarquer pour assurer la pérennité du positionnement de ces acteurs financiers va alimenter une forte amélioration continue. 

Transparence et pédagogie

Néanmoins, cette utopie devra s’accompagner d’un gros sursaut de transparence et de pédagogie. Ces acteurs sauront-ils le faire par eux-mêmes ou devons-nous attendre l’arrivée d’un Yuka de la finance – comme pour l’alimentaire – pour réunir toutes les incitations nécessaires et mettre la finance en route ? Le monde meilleur n’est pas si loin tout compte fait, ce Yuka est arrivé en novembre. Merci Lita.co.

Julien Chantry, fondateur de Retrofutur

Dernières publications

“La révolution B Corp : Changer l’entreprise pour changer le monde”, le guide pour tout savoir sur la démarche B Corp

L’ouvrage “La révolution B Corp : Changer l’entreprise pour changer le monde” a été écrit par Elisabeth Laville et enrichi par une trentaine d’interviews de dirigeants d’entreprises labellisées grandes ou petites, B2B ou B2C, françaises ou étrangères. Ce dernier permet d’appréhender la richesse et la diversité du mouvement B Corp en plein essor, en s’inspirant des meilleures pratiques. S’y cachent également les résultats d’une étude exclusive sur la progression des entreprises certifiées.

“Écologie, le choix des mots : quel langage commun pour comprendre et agir?” 

Le 5 juillet de 18h30 à 20h à la Maison de l’Europe aura lieu un débat pour mieux envisager l’importance des mots dans les discours RSE. Il s’inscrit dans la série “Cultural Evenings” une série de débats trimestriels consacrés à la place de la communication dans les problématiques sociétales contemporaines en partenariat avec ViaVoice et Influencia.

WWF, Genesis, Rémy Cointreau et Moët Hennessy s’engagent pour la santé des sols

L’agence de notation de la santé des sols Genesis, les groupes de Vins et Spiritueux Rémy Cointreau et Moët Hennessy, et l’ONG environnementale WWF développent l’initiative “crédit environnemental” pour accompagner la filière agricole dans...

Day One publie son baromètre de l’engagement solidaire en entreprise avec l‘IÉSEG School of Management

Day One, start-up de la Tech for Good sort son baromètre sur l’engagement solidaire en entreprise avec Félix Burtman de l‘IÉSEG School of Management. Ce dernier mesure l'alignement entre les attentes des collaborateurs et...

Jérôme Cohen : “Le Grand Défi est une aventure démocratique et participative appliquée au monde économique. C’est ce qui fait sa force”

Inspiré de la Convention Citoyenne pour le Climat, le Grand Défi veut mobiliser les entreprises par l’intelligence collective pour créer un nouveau modèle économique afin de répondre au défi environnemental. Rencontre avec Jérome Cohen, président d’Engage et co-fondateur du Grand Défi avec Virginie Raisson-Victor, Présidente du Giec Pays-de-la-Loire.