En France, on a encore trop de pétrole, mais on a des idées !

Après la semaine « tech for good », bienvenue dans la quinzaine « économistes for good ».

Car en quelques jours, c’est la crème de la crème des fées économistes qui se penchent sur le berceau du Good.

Mercredi 23 juin, deux des plus grands économistes français, le nobélisé Jean Tirole et l’ex Chief Economist du FMI, professeur au MIT Olivier Blanchard, remettaient au Président Emmanuel Macron les 500 pages du rapport de leur commission portant sur « Les grands défis économiques de la France ». Ô surprise (enfin, moins pour vous chers lecteurs), les trois grands défis évoqués sont le réchauffement climatique, les inégalités et le vieillissement…Malheureusement déjà réduite au « retour de la taxe carbone et autres mesures impopulaires », la réflexion académique qui est apportée permettra on l’espère de nourrir les réflexions de l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle. Car s’il s’agit d’un travail de prospective sur les défis qui nous attendent à long terme, il pointe néanmoins les risques de l’attentisme des politiques et la nécessité de prendre sans tarder un ensemble de mesures. Des solutions « holistiques » plutôt qu’une solution miracle…le socle d’une refonte en profondeur de nos dogmes économiques (ou à défaut le programme du candidat Macron) ?

500 pages qui seront peut-être lues dans les trains à destination d’Aix en Provence, où se tiennent Les Rencontres Économiques, les 2, 3 et 4 juillet prochain. Là encore, des grands noms de l’Économie – on y retrouve Philippe Aghion et Laurence Boone, membres de la commission Tirole-Blanchard, mais aussi Esther Duflo, Valentina Bosetti, Patrick Artus pour ne citer qu’eux – et près de 350 intervenants débattront des grands enjeux économiques, politiques et sociaux sur le thème « saisir l’avenir ensemble ». 3 grandes questions y seront posées : Comment reconstruire nos sociétés dont la crise a accru les fractures ? Quel nouveau modèle pour le capitalisme ? Comment notre pays peut-il remonter la pente ? 

Nous suivrons avec attention ces trois journées de débats et la déclaration finale du Cercle des économistes (organisateur de ces rencontres), afin d’y scruter les solutions et idées des économistes au service du bien commun.

Emilie Thiry
Ex publicitaire reconvertie dans la communication corporate en 2011, puis dans la politique en 2015, Emilie est depuis juillet 2020 en charge du consulting et de la diversification des offres d’INfluencia. Elle dirige à ce titre The Good, la plateforme dédiée à la transformation écologique, sociale et solidaire des entreprises et des marques. Elle anime également un séminaire sur le monde de la communication en Master 2 Conseil éditorial à Sorbonne Université. Emilie est diplomée de l’IEP de Strasbourg et ancienne élève du CELSA.

Dernières publications

Marseille capitale de l’économie de demain

The Good s’associe au Mouvement Impact France pour vous faire suivre son tour de France des Universités de l’économie de Demain. Retour sur la troisième étape qui s’est tenue le 10 Mars dernier à Marseille.

Showroomprivé et Easy Cash redonnent une seconde chance aux produits tech délaissés

Showroomprivé, avec Easy Cash, offre la possibilité à ses 25 millions de membres de donner une seconde vie à leurs produits électroniques (consoles, tablettes, smartphones, jeux vidéos) grâce à un site dédié sur lequel...

Romain Trébuil (Circle) :  » Il y a deux modèles pour allier économie et écologie, d’un côté la décroissance et de l’autre, l’économie circulaire. »

Circle est la marque française éco-responsable qui bouscule les codes du sportswear. Fondée par Romain Trébuil et Alex Auroux, qui se sont rencontrés sur les bancs de Kedge Business School, Circle opère deux ans après sa création une nouvelle levée de fonds d’un montant de 2.5 millions d’euros. Circle - nommée ainsi en référence à l’économie circulaire et aux anneaux olympiques - est aussi le témoin qu’un cercle vertueux est possible quand il s’agit de combiner économie et écologie. Rencontre avec Romain Trébuil.

« Passe climatique » : un filtrage écologique des décisions pour muscler l’action publique

Faire passer chaque décision gouvernementale et législative au tamis d’indicateurs écologiques, c’est ce que propose la WWF France pour changer la façon dont la loi est fabriquée. Une façon de sortir des « petits gestes » de l’écologie individuelle et de sensibiliser les élus à la nécessité d’une politique environnementale ambitieuse. Car pour le moment, rien ne les y oblige.

Caroline Renoux (Birdeo) : “Je vois notre passage en société à mission comme un investissement utile à notre innovation et à notre rentabilité économique”

Birdeo est le pionnier des cabinets de recrutement spécialisés dans le développement durable et l’Impact. S’il accompagne depuis 10 ans les entreprises engagées dans le recrutement de profils RSE, ce n’est que l’an dernier qu’il...