Claire Schwartz (Châteauform’) : “La Culture d’entreprise, un terreau fertile pour la plantation des graines de RSE !”

Chaque mois, un.e membre du collège des Directeurs du Développement Durable partage avec la communauté de The Good son chemin vers l’impact. Quels ont été ses déclics ? A quels enjeux il/elle est confronté.e dans son quotidien professionnel ? Quelles sont ses fiertés ? Cette semaine, c’est Claire Schwartz, Responsable RSE du Groupe Châteauform’, qui prend la plume pour nous partager son expérience et la recherche d’alignement.

J’ai toujours été responsable RSE, et ce depuis mon premier CDI, chez Arpège (Groupe Elior), à l’issue de mes études en école de commerce à NEOMA et d’un master spécialisé en Management de la RSE à l’ISEADD.

J’ai eu la chance de commencer ma vie professionnelle immédiatement dans un métier de passion puisque la prise de conscience de la nécessité de faire changer les organisations de l’intérieur a eu lieu très tôt dans mon parcours. En effet, c’est lors de mon année de césure au cours de laquelle j’ai fait un stage chez Les 2 Vaches (Groupe Danone) que j’ai découvert pour la première fois une entreprise profondément engagée, un « yaourt avec une conscience » et la possibilité de faire du business en ayant un impact positif sur la planète et les humains.

Dès lors, j’ai su que je ne verrai plus jamais l’entreprise de la même manière et que mon chemin devait s’orienter vers le Développement Durable. Impossible pour moi de vendre des produits ou des services qui ne tiendraient pas compte de leur impact environnemental, social et sociétal. C’est ainsi qu’à l’issue de mon Master en Entrepreneuriat, je décide de poursuivre avec un Master Spécialisé en Management Durable à l’ISEADD, en alternance au sein du Groupe Elior.

Dans un premier temps, chargée de mission RSE sur le segment des cantines scolaires, je prends conscience de l’importance croissante du développement durable dans les municipalités. A l’époque, les enjeux principaux sont la mise en conformité avec la réglementation sur la valorisation des biodéchets et la pédagogie autour d’un sourcing plus local. En effet, en 2013, les critères environnementaux et sociaux émergent dans les marchés publics et la démarche de développement durable d’Elior Restauration est un argument commercial de plus en plus important.

A l’issue de mon alternance, en 2014, je suis embauchée en tant que Responsable RSE au sein d’Arpège, marque premium de restaurants d’entreprises parisiens. Les préoccupations environnementales et sociales sont déjà présentes depuis quelques années et la démarche RSE d’Arpège a déjà été structurée par une précédente Responsable RSE, en cohérence avec la démarche RSE du Groupe Elior. A cette époque, l’engagement RSE consiste à répondre à des demandes croissantes de clients eux-mêmes très engagés et moteurs dans la démarche. Fin 2016, on me propose de prendre en plus de la RSE la responsabilité de l’offre alimentaire et d’élargir mon périmètre de responsabilités : une belle opportunité d’intégrer la RSE en profondeur dans l’offre d’Arpège. Mais progressivement, le marketing a pris de plus en plus de place dans ma mission et dans mon agenda et j’ai eu du mal à garder l’alignement entre mes convictions et mon travail, pourtant si important pour moi.

Enrichie de cette expérience au sein d’un grand groupe avec une démarche de développement durable structurée, un reporting RSE formalisé et des projets très formateurs, je décide de quitter le groupe Elior en décembre 2018 et j’ai la chance immense d’être recrutée chez Châteauform’ au poste de Responsable RSE qui vient d’être créé. A l’époque, Châteauform’ n’a pas formalisé de politique RSE et si je sens l’envie profonde de la Direction de se lancer dans cette démarche en visant la certification ISO20121, je suis très loin d’imaginer à quel point le Comex va sponsoriser la démarche dans les années qui vont suivre.

Châteauform’ a depuis sa création mis l’humain au centre. Aussi, la formalisation des engagements vis-à-vis des talents n’est presque qu’une formalité. Respecter les talents, les développer, les faire grandir et leur permettre de s’épanouir dans l’entreprise est donc au cœur de la culture Châteauform’.

Mais en 2019, l’urgence de formaliser une politique RSE et d’obtenir une certification vient de la multiplication des demandes clients du Groupe de plus en plus soucieux d’avoir recours à des prestataires responsables capables de fournir des preuves de leurs engagements. Nous obtenons donc fin 2019 la certification ISO20121. Les années 2020 et 2021, dans un contexte de crise sanitaire, ont bouleversé l’entreprise avec du chômage partiel massif et la fermeture des maisons Châteauform’ la majorité du temps. La culture humaniste de Châteauform’ n’en a pourtant été que renforcée et c’est dans ce contexte qu’il nous est apparu essentiel de faire rayonner cette culture au sein de nos équipes et auprès de nos clients. On m’a alors donné la responsabilité de mettre en lumière cette culture si particulière.

Cet ADN qui met l’humain au centre, qui ne parle plus de BtoB mais de HtoH (Human to Human), qui prône un management par les valeurs et non par les règles, pour des talents heureux, épanouis et accomplis et qui prône notamment l’audace et l’initiative, la loyauté et l’honnêteté et le développement des Talents au service de la performance, est en total cohérence avec ce qui peut être attendu d’une entreprise responsable. C’est parce que la Direction de Châteauform’ incarne absolument cette culture que j’ai aujourd’hui la possibilité de proposer et de mettre en œuvre l’ensemble des projets RSE qui répondent tant aux attentes de nos clients, qu’à celles de nos Talents et au cadre réglementaire.

Selon moi l’enjeu du Responsable RSE c’est de réussir à créer l’alignement entre ses convictions profondes, la réalité du monde, les réglementations sociales et environnementales et la culture de l’entreprise dans laquelle il.elle évolue. En avril 2022, j’ai eu la chance d’ouvrir officiellement le dossier de la Société à Mission. Une nouvelle page de ma mission de Responsable RSE au sein du Groupe qui me permettra d’aligner sur le long terme la Culture, la RSE et notre promesse d’aider nos clients à révéler leurs Talents. C’est ainsi que l’implémentation de la RSE se fera de la manière la plus efficace et à tous les niveaux de l’entreprise parce qu’elle ne sera pas subie mais incarnée, vécue et comprise par chacun.e.

Les graines de RSE plantées sur un terreau fertile de culture d’entreprise vous surprendront par la vitesse de pousse ! Croyez-en mon expérience.

Dernières publications

« 2050NOW veut être un catalyseur de connaissances et de solutions », Corinne Mrejen (2050NOW, Les Echos-Le Parisien)

(contenu abonné) Dans le prolongement de sa stratégie RSE, déployée depuis cinq ans, le Groupe Les Echos – Le Parisien vient de lancer 2050NOW le 11 avril. Dotée du statut d’entreprise à mission et d’un modèle hybride, cette nouvelle activité est positionnée à côté des autres marques médias du Groupe.

5 conseils de Delphine Tagger (Eco CO2) pour réduire son impact numérique au bureau

Responsable équipe développements technologiques et membre de la Cellule Numérique Responsable chez Eco CO2, Delphine Tagger dévoile cinq gestes simples à intégrer au bureau comme à la maison, pour contribuer à réduire l’impact du numérique au quotidien.

IA et changement climatique au cœur de la 8e édition de VivaTech

Intelligence artificielle et changement climatique seront sur toutes les lèvres au salon VivaTech, plus grand événement européen de la tech, qui aura lieu du 22 au 25 mai à Paris.

Vous êtes invités au Sommet de la Mesure d’Impact le 18 avril au CESE à Paris !

Nous sommes ravis de vous inviter à la deuxième édition du Sommet de la Mesure d'Impact, qui se tiendra le 18 avril au CESE à Paris et dont The Good est partenaire !

Comment l’intelligence artificielle permet d’augmenter son impact social et environnemental ? Réponse… de ChatGPT

(contenu abonné) The Good interroge ChatGPT sur un sujet d'impact lié à... l'intelligence artificielle. Une réponse surprenante en six points. Jugez plutôt.