L’art du Good, le Good de l’art

À l’occasion de son lancement, The Caring Gallery, première galerie d’art à impact, annonçait son partenariat avec Art for Change, le programme artistique de ChangeNOW. Une initiative qui nous interroge sur la place de l’art dans la transmission de valeurs plus responsables.

L’art a-t-il un rôle à jouer dans la transition écologique ? Dans l’évolution des normes sociales ?  Est-il un vecteur privilégié pour prendre conscience de ce qui se joue autour de nous ? On aurait tendance à dire oui, évidemment. Mais quand on parle d’impact positif de l’art, de quoi s’agit-il exactement et à qui s’adresse-t-il ? En amont de la Semaine européenne de réduction des déchets qui aura lieu fin novembre, la question de la place de l’art dans les stratégies de sensibilisation environnementale se pose. Heureusement, on se rend vite compte qu’une foule d’initiatives oeuvre déjà activement au changement.  

Dans son tout premier épisode de podcast, The Caring Gallery présente son manifeste, avec la voix de Florence Manuguerra, sa fondatrice. Cette galerie innovante propose de faire de l’art contemporain un levier d’action pour créer ensemble un monde plus juste et plus durable. Au-delà de la simple thématique de ses expositions, The Caring Gallery possède un modèle économique vertueux, reversant une partie de ses revenus à des associations caritatives partenaires. 

Parmi les acteurs de cette révolution, on rencontre aussi notamment Art of Change 21, qui relie l’art et les grands enjeux environnementaux depuis 2014 en mettant en valeur le rôle des artistes et de la créativité comme accélérateurs de la transition écologique. Misant sur la sensibilité, l’esthétique, le “faire ensemble” et les talents de chacun, Art of Change 21 touche et mobilise autrement la jeunesse et les citoyens, par une forte dimension visuelle et des pratiques créatives. L’objectif étant d’éveiller les consciences et de transformer chaque individu en acteur du changement, on retrouve sur leur plateforme tout une ribambelle d’actions solidaires usant de l’art pour parler pollution, réchauffement climatique, déchets, crise sanitaire et j’en passe.  

Dans une démarche plus individuelle, il est aussi important de noter la multiplication croissante des artistes basculant vers des formes d’expression plus éco-politiques et engageantes sur les sujets du Good. Qu’il s’agisse d’architecture, de peinture, d’illustration, de danse, de chant ou de cinéma, il semblerait qu’aucune industrie ne passe à la trappe face au virage vert. Un secteur qui mérite une plus profonde exploration.

Dernières publications

The Big Green, le rendez-vous d’affaires de l’économie solidaire et innovante

Du 12 au 14 octobre à l’Hôtel Royal Barrière situé à Deauville, le Groupe Meet&Com organise la seconde édition du salon The Big Green qui rassemble les acteurs B to B de la Responsabilité Sociale et Environnementale. Pendant 48 heures, 150 directeurs RSE, DRH de grands groupes, Office managers et CHO parleront solutions, retours d’expériences et bonnes pratiques pour faire bouger les lignes ! The Good est partenaire média de l’événement.

Solariser la France, une transition en cours

Réduire nos émissions de gaz à effet de serre passe inévitablement par une solarisation massive de nos infrastructures existantes. Des toits de friche, parking et bureau qui ont l’avantage d’exploiter les supports existants et de produire une énergie de proximité. Un photovoltaïsme tactique qui rassemble des acteurs divers comme SNCF Gares & Connexions, le grossiste alimentaire Metro et les métropoles de Nantes, Lyon et Saint-Etienne.

Quand la transformation digitale inspire la RSE 

Si les consommateurs se disent tous concernés et préoccupés par le changement climatique ou la lutte contre les discriminations, un écart fort subsiste quand il s’agit de passer à l’acte. Et si les entreprises s’inspiraient de la transformation digitale pour accompagner la transformation écologique et sociale des comportements ?

3 scénarios pour l’avenir économique des PME

Les TPE/PME/ETI indépendantes fabriquant les produits de grande consommation sont recherchées et privilégiées par les consommateurs et les citoyens. Ces PME des Territoires, locales (250 000 emplois directs) et industrielles (33 000 sites de production en France), sont aussi garantes de la souveraineté économique et alimentaire et de la transition écologique de l’Hexagone. Toutefois, en dépit de leur dynamisme, leur développement est aujourd’hui entravé par une réglementation pensée pour les multinationales. Un combat de David contre Goliath qui met à mal leur compétitivité et leur pérennité. Fort heureusement, il est encore temps d’agir ! Le quinquennat qui s’ouvre est décisif pour ces entreprises et donc pour l’avenir de la France.

Théorie du donut : modèle économique d’un futur durable désirable

La théorie du donut a la simplicité de la complexité. Car derrière cette image gourmande se niche rien de moins que l’intégration systémique des enjeux sociaux et environnementaux aux modèles économiques de demain. Un...