Reconditionnement : le pied de nez durable à l’obsolescence programmée ?

Bonne nouvelle, il semblerait que le reconditionnement soit LA tendance 2021. Entre le lancement de RecQ -1er label européen dédié aux produits reconditionnés-, et l’étude de Coverd -insurtech française spécialisée dans la couverture de smartphone- sur les comportements citoyens en matière de consommation d’électronique, tout pousse à croire que la collection d’IPhones et autres Huawei cassés au fond de nos tiroirs pourrait bientôt s’alléger.

Tandis que les géants de l’électronique s’attèlent à une obsolescence programmée toujours plus pour augmenter leurs profits, les Français sont non seulement lassés, malins, et de plus en plus économes. Résultats, le reconditionnement a le vent en poupe. Lorsque l’on sait qu’un smartphone neuf -dont le coût moyen environne les 450 euros, jusqu’à atteindre les 1000 euros chez Apple- a une durée de vie moyenne de 15 à 24 mois, le reconditionnement n’est pas une option à laisser de côté. C’est en tout cas l’avis de 84% des Français, qui se disent favorables au reconditionné selon la dernière étude menée par Coverd, la première insurtech française spécialisée dans la couverture de smartphone, qui a décidé de s’intéresser à ces nouveaux comportements. En décryptant son compte rendu, on note aussi que si les téléphones sont les premiers concernés (64,2%), ce sont aussi les ordinateurs et l’électroménager qui voient leurs modes d’achat se réinventer. 

Loin d’être un phénomène de mode, cette situation est largement due à deux facteurs dont l’un nous réjouit. Le prix d’abord pour 72% des sondés. En effet, le reconditionnement permet d’obtenir un produit comme neuf pour 30 à 50% moins cher. Second facteur de séduction : l’aspect éco-responsable, pour 72,7% des français. Avec 2,2 millions de téléphones reconditionnés vendus l’an dernier selon Kantar (pour un total de 20 millions de smartphones vendus), le corps citoyen-consommateur est déjà conquis par l’idée. Aux politiques désormais de s’engager dans le mouvement en permettant à cette lutte contre le gaspillage et l’obsolescence programmée de faire loi parmi les géants de l’électronique !

Dernières publications

Isère : La piscine Alice Milliat, un modèle de transition énergétique 

Le 5 octobre dernier, la piscine Alice Milliat de Bourgoin Jallieu (Isère) ouvrait ses portes au public. Première de son secteur à obtenir la certification bâtiment à énergie positive (BEPOS), elle fait figure de modèle en matière de transition énergétique.

Agissons aujourd’hui pour construire ensemble l’aide alimentaire de demain

Inflation, crise sanitaire et de l’énergie, prévision de croissance revue à la baisse pour 2022… Cette situation économique et sociale dégradée impacte l’ensemble des Français, mais pèse davantage encore sur les populations fragiles. Certains...

Ralentir ou périr. L’économie de la décroissance, l’essai de Timothée Parrique qui casse le mythe de la croissance verte

Ralentir ou périr. L’économie de la décroissance de Timothée Parrique sortira vendredi 16 septembre. Dans cet essai d’économie accessible à tous, l’auteur et chercheur en économie écologique vient déconstruire l'un des plus grands mythes contemporains : la poursuite de la croissance infinie et verte.

Entreprise sobre, comment te dessines-tu et avec quels outils ?

La sobriété est LE sujet good de la rentrée. Mise à l’honneur lors des quatrièmes Universités d'Été de l'Économie de Demain portées par le Mouvement Impact France, la sobriété est l’enjeu auquel les dirigeantes et dirigeants d’entreprises ont décidé collectivement de faire face. Comment l’entreprise sobre se dessine-t-elle ? Quels acteurs peuvent l’aider pour être plus sobre ? The Good vous fait un récap de ces questions posées pendant ce temps fort de l’impact.

Waitrose lutte contre le gaspillage alimentaire

Les supermarchés britanniques Waitrose ont décidé de retirer les dates de durabilité minimale (“à consommer de préférence avant le”) sur près de 500 produits. Les dates de consommation sont responsables de 10% du gaspillage...