Nature & Découvertes, un engagement sans faille dans l’éco-conception depuis 30 ans

Comment innover de façon durable en restant fidèle à ses engagements écologiques ? Face à l’érosion de la biodiversité, comment concevoir de nouveaux produits éco-responsables ? Pourquoi impliquer tous les fournisseurs dans une démarche responsable ? Rencontre avec Valérie Virassamy, directrice du pôle innovation durable de Nature & Découvertes depuis juillet 2020. Elle nous expose sa vision engagée pour The Good.

Nature & Découvertes qui a fêté ses 30 ans est la deuxième entreprise française pionnière certifiée B Corp depuis 2015. Avec Frédérique Giavarini, DRH du groupe Fnac Darty, qui succèdera en mars prochain au visionnaire Antoine Lemarchand en tant que DG, Nature & Découvertes poursuit son ascension vers des horizons toujours plus verts. 

A la direction du pôle innovation durable, Valérie Virassamy challenge chaque jour avec détermination l’ensemble des équipes produits, packaging et R&D pour proposer une offre encore plus respectueuse de l’environnement en 2021. Questions-réponses. 

The Good : Comment affirmez-vous vos engagements écologiques chez Nature et Découvertes ?

Valérie Virassamy : Nous avons plusieurs axes d’engagement : 

  • Pour protéger la biodiversité nous consacrons 10% de nos bénéfices nets annuels à notre Fondation Nature & Découvertes. Nous avons d’ailleurs déjà accompagné 2 700 projets pour un montant de 13,2 millions d’euros.
  • Pour chaque tonne de CO2 réduite, 50 € sont versés sur un fond carbone pour financer des projets à impact positif. 
  • Nous accélérons notre engagement interne avec une centaine de salariés « réseaux verts » au sein des magasins, du siège social, de l’entrepôt. Ces ambassadeurs des bonnes pratiques tissent de véritables liens avec les associations locales pour porter leurs projets en comité de la Fondation. 
  • Nous sommes très actifs dans notre communication engagée en relayant les pétitions citoyennes comme celle de Hugo Clément sur le bien-être animal.
  • Nous avons aussi construit notre micro ferme urbaine située à 100 mètres de notre siège social dans les étangs de Gobert, une ancienne friche du château de Versailles. C’est un formidable espace expérimental, de production, d’inspiration et d’apprentissage de la permaculture. Nous en avons fait un lieu d’innovation, de partage et de formation pour tous les employés.
  • Par ailleurs, comme vous le savez, notre certification B Corp acquise en 2015, puis renouvelée en 2017, est un label qui n’est jamais définitivement acquis et doit toujours s’inscrire dans une démarche d’amélioration continue. C’est d’ailleurs tout l’enjeu de notre nouveau pôle innovation durable. 

The Good : Quels sont les objectifs du nouveau pôle innovation durable que vous dirigez, notamment dans votre démarche d’amélioration continue des produits Nature et Découvertes ? 

V.V. : Nous avons trois objectifs complémentaires : 

  • Accélérer les actions sur la durabilité des produits,
  • Limiter l’impact environnemental de l’offre produit de sa conception à sa consommation, 
  • Favoriser l’économie circulaire. 

Nos équipes sont très impliquées pour trouver des matériaux plus durables, permettre une meilleure circularité et une bonne « réparabilité » des produits. Nous cherchons à réduire l’impact des packagings pour s’orienter vers une consommation plus responsable. Certains collaborateurs sont chargés de l’aspect règlementaire et de la conformité, de la réduction d’impact et de la seconde vie des produits. Pour réussir ces enjeux, nous nous attachons à analyser le produit tout au long de son cycle de vie afin de mieux limiter son impact. Par exemple, chez Nature & Découvertes, nous n’utilisons pas le transport aérien mais privilégions plutôt la circulation maritime. 

The Good : Comment impliquez-vous vos fournisseurs dans votre démarche environnementale ? 

V.V. : Notre plus gros challenge est bien sûr d’embarquer nos fournisseurs dans notre démarche d’éco-conception et nous souhaitons aller encore plus loin. Par exemple, pour nos jouets d’éveil à destination des tout-petits, nous utilisons uniquement du coton bio et nos jouets en bois sont issus de forêts gérées durablement avec le label FSC. D’ailleurs certains de nos fournisseurs se sont engagés dans l’obtention de ce label pour répondre à nos nouveaux critères d’exigence. Nous allons sortir en avril prochain une collection 100% origine France comme par exemple un transat chilien fabriqué à partir de textile 100% recyclé et en bois de hêtre certifié FSC ou le coussin Artiga en toile basque de coton issu de l’Agriculture Biologique. Nous avons aussi éco-conçu un jokari qui s’appuie sur le savoir-faire de Vilac dans la fabrication de jouets en bois 100% made in France.

Une autre preuve concrète de notre engagement : nous avons confié à l’équipe chargée de la création de nos senteurs, la totale formulation d’un parfum en 100% naturel. 

Grâce à nos engagements nous avons déjà obtenu des résultats très significatifs : ar exemple 90% de nos packagings sont maintenant recyclables. Le papier bulle autour de nos théières a été remplacé par du papier recyclé. Nous limitons au maximum les fenêtres en plastique sur nos packagings, en les remplaçant par du RPET*.  Un dernier exemple : les infusettes de nos tisanes de notre fournisseur Comptoir d’Herboristerie sont désormais en PLA tissé (matériau compostable et biodégradable). Et bien évidemment nous ne souhaitons pas nous arrêter là et de nombreuses innovations écoresponsables sont à venir en 2021. 

* Recycled Polyethylene Terephthalate

Laurent Lafite
Expert en transformation digitale et environnementale depuis 20 ans. Spécialiste du marketing de rupture, des GreenTech et du développement durable, il est le fondateur de TransfoGreen et accompagne les entreprises dans leur transformation RSE.

Dernières publications

Reconditionnement : le pied de nez durable à l’obsolescence programmée ?

Bonne nouvelle, il semblerait que le reconditionnement soit LA tendance 2021. Entre le lancement de RecQ -1er label européen dédié aux produits reconditionnés-, et l’étude de Coverd -insurtech française spécialisée dans la couverture de smartphone- sur les comportements citoyens en matière de consommation d’électronique, tout pousse à croire que la collection d’IPhones et autres Huawei cassés au fond de nos tiroirs pourrait bientôt s'alléger.

Actualités et chiffre de la semaine du 15/12

- LVMH lance la LVMH Climate Week - Les médias TV et Radio s’engagent en faveur de la transition écologique - L’Allemagne interdit les comités de direction sans femme - Jas Hennessy & Co s’associe à Neoline pour réduire son impact environnemental - Atlassian publie son 2ème rapport annuel sur le Développement Durable - Coca-Cola European Partners veut atteindre la neutralité carbone d’ici 20 ans

Comment devenir une entreprise contributive ? THE GOOD FORUM #1

Le 09 mars dernier se tenait la 1ère édition de #TheGoodForum, une série de conférences dédiées à la Good Economie. Ce premier rdv sur la thématique de l'entreprise contributive réunissait trois leaders de la transformation durable : Fabrice Bonnifet (Président du C3D et Directeur du Développement Durable et QSE du Groupe Bouygues), Hélène Valade (Présidente de l'ORSE et Directrice développement environnement de LVMH) et Marie Georges (Associée Lead Partner Sustainability chez Deloitte). Une conférence animée par Laurent Lafite, Président de TransfoGreen et contributeur régulier de The Good Newsletter.

Timberland : la mode à impact positif est-elle possible ?

Dans la même dynamique de passage au “faire” que Patagonia qui s’investit dans l’agriculture régénératrice via la création de son propre label ROC (Regenerative Organic Certified), Timberland dévoile son plan d’attaque. Au menu pour 2030 : 100% de ses produits conçus pour être compatibles avec l’économie circulaire, 100% des matériaux naturels de ses produits issus de l’agriculture régénératrice, le tout pour un impact non pas moins lourd, mais carrément positif. Derrière les coups de com’ qui s’additionnent et nous lassent, l’industrie de la mode pourrait-elle réellement prendre le virage du Good, sans faux semblants ? Rencontre riche en enseignements avec Elisabetta Baronio, directrice RSE EMEA de Timberland.

Les marques doivent-elles craindre les collectifs écologistes ?

De plus en plus de collectifs tentent d’entraver les activités économiques des marques afin de les mettre face à leurs responsabilités environnementales. Dernier cas en date, le groupe « La Ronce » dont les militants ont dérobé des milliers de bouchons de paquets de sucre pour dissuader les producteurs d’employer des insecticides tueurs d’abeilles. Une riposte redoutable contre laquelle les marques n’ont d’autres choix que de dialoguer.