« Meaningful Transformations » : répondre aux enjeux du Good en 2021

Comment dompter l’incertitude ? Qu’est-ce qu’incarne la transformation ? Comment se fixer un cap en 2021 ? Face aux mutations technologiques et au bouleversement des business models, Havas éclaire ces enjeux dans un livre intitulé “Meaningful Transformations”. Keys learnings et réflexions avec Sébastien Emeriau, Head of Cortex Havas Group.

The Good : Pouvez-vous nous raconter en quoi « Meaningful Transformations » et la stratégie globale d’Havas incarnent-ils une communication « for Good » ? 

Sébastien Emeriau : Havas est au cœur de la société via les médias, les marques, et la création. Toute notre valeur ajoutée est donc à la croisée de l’art, du marketing et de la société. Grâce à notre étude Meaningful Brands, nous observons depuis plus de 10 ans l’attente grandissante des gens pour plus de « Good ». Cette étude nous a permis de comprendre, par exemple, que près du tiers de la valeur d’une marque provenait de bénéfices collectifs tels que l’éthique, la transparence, la contribution au local, à l’emploi, à la société ou à l’environnement. Rendez-vous compte, 29%, c’est énorme ! Ayant pris conscience avant les autres, nous avons développé une méthodologie aidant à construire des meaningful brands. De plus, nous sommes en mesure de bâtir des écosystèmes de meaningful media pour accompagner au mieux les marques auprès de leurs publics. Enfin, nous savons mesurer et ajuster l’empreinte carbone des créations et de leur diffusion. Toutes les marques qui veulent devenir Good peuvent s’appuyer sur ces outils pour y parvenir. 

The Good : Avec ce nouvel ouvrage, l’idée est en quelque sorte de répondre de manière concrète à « Comment communiquer en 2021 ? »

S.E. : Les mois que nous venons de vivre ont provoqué un bouillonnement stratégique chez nos clients. Tous arrivent à la conclusion qu’il faut se transformer. En agence, nous sommes habitués à travailler pour changer le regard des gens sur les marques mais face aux révolutions numérique, écologique, philosophique, les marques cherchent à se réinventer profondément. Nos échanges montrent ô combien les idées fusent, mais le principe de toute bonne stratégie est d’écrire des scénarios, les évaluer, faire des choix, et embarquer tout le monde dans la transformation. Or, en 2021 (et les années à suivre sans doute aussi), il faut mieux être « porteur de sens » pour embarquer les salariés, les clients, les actionnaires, les partenaires et toutes les parties prenantes. Ce n’est plus une option, c’est une obligation. Dans le livre, nous donnons toutes sortes de pistes de meaningful transformations.

The Good : Quels sont les défis RSE qui aujourd’hui et demain vous attendent ?

S.E. : Les États membres des Nations Unies ont établi une liste de 17 Objectifs de Développement Durable. Voilà les défis RSE pour les marques. Cela peut paraître déplacé ou ambitieux mais les marques ont prouvé depuis des années leur capacité à améliorer la vie des gens. C’est leur réussite qui pousse les gens à croire en elles et à leur demander plus. D’autant que cette année de confinement a donné raison aux consommateurs, beaucoup de marques ont su dépasser leur domaine de compétence pour apporter soutien et assistance aux populations. 

Mais le diable est dans les détails. Quand on descend dans chacun de ces ODD, on trouve des objectifs qui peuvent parfois scinder la société. On le voit notamment avec la vague woke qui submerge les Etats-Unis, provoquant des affrontements idéologiques dans lesquels les marques peuvent se perdre. Or il n’y a pas de consommateurs dans l’absolu, il n’y a que des relations, et le rôle des marques est de maintenir le lien entre tous au milieu de ces défis RSE.

The Good : Un conseil pour les communicants en quête de Good stratégie ?  

S.E. : Le Good est assez simple en fait. Il arrive bien souvent qu’en notre for intérieur, on sache ce qui serait « Good » dans telle ou telle circonstance. Mais il est parfois compliqué de se lancer, ou de convaincre les autres d’avancer avec nous. C’est pourquoi je recommande toujours d’écouter les gens : les citoyens comme les consommateurs, les clients comme les prospects, les pauvres comme les riches, les jeunes comme les vieux. 

Écouter ce qu’ils disent, comment ils le disent, pourquoi ils le disent.

Seule la compréhension fine des désirs humains permet de mener une transformation à bien.

Camille Lingre
Journaliste, ex rédac chef de The Good. Diplômée d’un Master en communication et journalisme, elle commence en agence de publicité chez DDB Paris puis intègre la rédaction d’INfluencia en 2017 et passe rédactrice en chef de The Good à son lanncement. Passionnée de littérature et engagée dans les luttes pour la justice sociale et la reconnaissance des minorités, elle est quitte en mai 2021 sa fonction de rédactrice en chef pour se consacrer au lancement de sa librairie.

Dernières publications

Les Jardins Collectifs de l’Ourika : un programme d’expérimentation éthique signé Yves Saint Laurent Beauté

Terre de cœur d’Yves Saint Laurent depuis 1966, le Maroc voit un nouveau projet expérimental naître sur ces sols. Après le Jardin Majorelle et le musée YSL Marrakech, les Jardins Collectifs de l’Ourika. Laboratoire d’observation et d’expérimentation, ces jardins accueillent des plantes cultivées par des femmes de la région, à partir desquelles sont façonnés les produits de la marque. Comment concilier le savoir-faire et l’artisanat ancestral des communautés locales avec les standards d’une marque cosmétique luxe ? Comment cette initiative s’inscrit-elle au cœur de la démarche RSE YSL Beauté ? Les cosmétiques peuvent-ils vraiment aspirer à un avenir responsable ? Comment s’organise la transition écologique sociale et solidaire d’YSL Beauté ? Et du secteur du luxe et de la cosmétique ? Rencontre avec Caroline Nègre, Directrice scientifique d'Yves Saint Laurent Beauté pour faire le point.

Good People de la semaine du 30/03

- 2050 : Olivier Mathiot à la tête du fonds 2050 de Marie Ekeland - Méridial : Bénédicte Monpert devient Directrice Générale du Green Impact Growth Fund - INGEROP : Coralie Balère devient responsable développement durable

Transition écologique : quels nouveaux enjeux pour la publicité ?

Au regard des rapports et congrès qui se bousculent, il semblerait qu’une industrie soit quelque peu pointée du doigt : la pub. À l’heure de la transition écologique, que fait-elle ? Ou plutôt, que doit-on en faire ? Si certains placent la publicité en grande responsable d’un monde capitalo-centré, d’autres font émerger des solutions concrètes pour faire durablement évoluer les mentalités, usant de la publicité comme un canal de sensibilisation à ne pas négliger. Dernier événement en date, les Assises de l’économie circulaire, organisées par l'Ademe les 7 et 8 septembre avec une table ronde dédiée au rôle de la publicité dans la transition écologique. Verdict : l’urgence est plus à la refonte de l’imagerie associée aux pratiques de consommation qu’à la censure.

Savéol : 40 ans de RSE dans les champs de tomates

Engagée depuis 40 ans dans une agriculture responsable et durable, la marque de Coopérative maraîchère de l’Ouest Savéol nous surprend de ces mille initiatives.

Quels changements derrière le brouhaha d’une « mode durable » ?

Découvert dans une récente trendsletter de l’agence créative Peclers Paris, le dernier rapport des Nations Unies "Durabilité et Circularité dans la Chaîne de Valeur Textile" nous questionne sur l’évolution de l’empire Mode dans sa conquête d’un horizon plus vert. Si depuis plus de 10 ans on entend parler de révolution à venir du prêt-à-porter et de la mode responsable, qu’en est-il vraiment ? Est-ce un leurre de penser qu’une telle industrie puisse réellement changer alors même que tout son succès se base sur des principes aux antipodes de ceux d’un monde durable ? Les jeunes pousses et autres pépites d’une mode Good doivent-elles suffire à nous convaincre ?