Marie-Anne Debay, membre du C3D et responsable RSE du Groupe Albéa : “Il faut éradiquer le déchet et donc réduire, recycler et réutiliser”

Sur le podium des industries à l’ADN pas franchement good, on compte évidemment celle du packaging. Heureusement, certains savent investir du temps et des moyens pour se transformer. Leader mondial du packaging beauté, Albéa s’engage depuis 15 ans dans une politique RSE solide visant à construire et pérenniser une économie circulaire autour de sa production. Pour en savoir plus sur le parcours de ce mastodonte de l’emballage qui fréquente le plastique, le luxe et leur mutation de très très près, nous rencontrons Marie-Anne Debay, membre du C3D (Collège des Directeurs du Développement Durable) et RSE & Change Communication Manager du Groupe Albéa.

A l’instar de la mode, de l’automobile ou de la pétrochimie, l’industrie du packaging se doit de se réinventer. Reconnue par CDP (Carbon Disclosure Project) et EcoVadis comme actrice du changement, Albéa a plus d’une corde à son arc et ne compte pas sur une simple communication léchée pour amadouer le marché. Via le déploiement de nouvelles gestions des ressources plastiques, le recyclage et l’upcycling, la collaboration, la mise en place d’un rapport Développement Durable, ou encore la signature d’accords et d’engagements responsables comme le New Plastics Economy Global Commitment proposé par la fondation Ellen MacArthur en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour l’environnement, Albéa fait son chemin vers l’économie circulaire et promet même 100% de packagings réutilisables, recyclables ou compostables d’ici à 2025. 

Rencontre confinée avec Marie-Anne Debay, membre du C3D (Collège des Directeurs du Développement Durable) et RSE & Change Communication Manager du Groupe Albéa pour mieux comprendre les enjeux de ce secteur, et la capacité des industries polluantes à se réinventer.

The Good : Comment s’imagine la transition écologique, sociale et solidaire d’un tel secteur sans passer par le greenwashing ? 

Marie-Anne Debay : Comme beaucoup d’autres secteurs, l’industrie du packaging doit accélérer sa transition durable, avec comme sujet central et prioritaire la gestion de la fin de vie des emballages. Il faut éradiquer le déchet et donc réduire, recycler et réutiliser. La réduction est bien amorcée avec l’allègement généralisé des emballages depuis 15 ans et l’utilisation de plus en plus systématique des outils d’analyse de cycle de vie et d’éco-conception. La réutilisation nécessite de repenser les usages, tout en continuant d’assurer la sécurité des consommateurs (contamination, etc), de casser les codes (le secteur du luxe par exemple) et de trouver des business models économiquement viables.

Concernant le recyclage, la loi Agec promet d’imposer le recyclage pour tous les emballages dont plastique d’ici à 2025, soit demain. Pour le secteur des emballages pour l’industrie de la beauté et de l’hygiène, l’enjeu est bien que les packagings beauté soient donc non seulement recyclables mais effectivement recyclés à échelle ! Des contraintes à prendre en compte dès la conception des packagings (ex : partie métallique à supprimer, encres noires qui perturbent le tri, etc). Pour d’autres emballages, il faudra repenser les usages, les designs, les outils de tri ou encore créer de nouvelles filières de recyclage.

Concernant l’utilisation de matières premières recyclées, il y a encore un gros travail de réglementation, de choix des matières et de définition des standards de matières recyclées qui est à mener. Et c’est particulièrement le cas pour le secteur de l’emballage beauté. Elipso, l’association professionnelle française des fabricants d’emballages plastiques et souples, estime à 80 millions d’euros sur 5 ans l’investissement nécessaire à la transition durable des usines basées en France de production d’emballage plastique du secteur de la beauté.

Tout ceci demande également un énorme effort de formation des collaborateurs, sur les sujets du développement durable, de l’éco-conception, des nouveaux usages et des nouveaux matériaux durables. Chez Albéa, en 2019 nous avons formé plus de 200 experts ACV dans les 14 pays où nous sommes implantés. Et également, auprès des clients pour les conseiller sur des choix d’emballages durables pertinents sur le long terme ! Nous travaillons de plus en plus sur le mode de l’entreprise étendue avec nos clients. Et cela se traduit par des co-développements innovants comme le tube laminé tout plastique recyclable avec Colgate, le tube à base de carton avec L’Oréal ou plus récemment le tube incorporant du plastique recyclé chimique avec Estée Lauder et Sabic.

The Good : Reconnue par CDP et EcoVadis, la politique RSE d’Albéa s’étoffe depuis plus de 15 ans déjà. Quels ont été les principaux enjeux et solutions concrètes y répondant, qui ont rythmé le déploiement de votre transition ?

M-A. D. : Chez Albéa, la RSE a d’abord pris racine au niveau local. Nos 32 usines sont très ancrées dans leur région et dynamiques au sein de leur communauté. Elles s’impliquent sur des enjeux sociétaux qui font du sens localement : l’accès à l’emploi pour les mères célibataires au Mexique, la formation des jeunes en France, ou encore la pollution de l’air en Chine.

Puis à partir des années 2000, le groupe a commencé à structurer une ambition RSE plus globale qui s’est traduite par la mise en place d’initiatives transversales comme l’éco-conception des emballages (2002), la charte achats responsables (2008), le code de conduite (2006) et notre 1ère feuille de route RSE en 2010.

The Good : Pour une transition effective et pérenne de nos industries, les outils de mesure de la performance doivent suivre. Avez-vous des résultats chiffrés et retours d’expérience à nous communiquer ?

M-A. D. :  Depuis 2 ans, nous publions de manière volontaire notre rapport RSE afin de communiquer de manière transparente sur nos objectifs, nos actions, notre progression et aussi nos difficultés. Aujourd’hui, réussir notre transition à 2025 vers l’emballage 100% responsable est notre priorité. Il s’agit ni plus ni moins que de réinventer toute offre produits : en clair, s’assurer que nos emballages soient valorisés en étant recyclés ou réutilisés, et ne deviennent pas des déchets. Nous parlons de 300 nouveaux produits lancés par an et d’un portefeuille de milliers d’emballages standard. 

En 2019, 13% de nos emballages produits étaient recyclables ou réutilisables et notre offre standard d’emballages durables a progressé de 62%. En 2020, nous avons investi près de 30 millions de dollars dans notre transformation durable. La route est encore longue. Nous étudions beaucoup de pistes d’innovation. Il n’y a pas de solution miracle. Certaines qui pourraient être des bonnes idées a priori s’avèrent de mauvais choix car les ACV montrent qu’elles sont au final plus émettrices de CO2 que prévu. D’autres nécessitent de travailler étape par étape, en boucles itératives pour trouver un vrai emballage responsable qui fasse du sens sur le long terme. Ce qui est sûr c’est que l’approche systémique, la collaboration et les co-développements avec des clients permettent d’avancer plus vite en termes d’innovations durables.

Bien sûr, nous continuons de ne faire aucun compromis sur nos fondamentaux que sont la sécurité et la santé de nos employés, les droits humains et l’éthique des affaires. La santé et la sécurité de nos salariés est depuis toujours la priorité. C’est un travail de longue haleine mené par le réseau des équipes EHS sur chaque implantation et en central. Leur travail nous a permis d’atteindre le zéro accident sur 30 de nos 32 usines en 2019.

Les acteurs de l’emballage, en particulier sur notre secteur, sont souvent beaucoup plus petits que leurs clients, moins internationaux. Nous disposons généralement de moins de ressources. Pour autant, nous sommes animés par des valeurs fortes, porteurs d’expertises et héritiers de longues histoires industrielles. Animer un système performant et durable demande des investissements importants qu’il n’est pas toujours facile de valoriser sur le marché aujourd’hui.

The Good : Quel impact peut-on observer de ces engagements sur l’aspect économique des marques que vous accompagnez ? 

M-A. D. : Aujourd’hui, les politiques d’achats des marques ne valorisent pas encore vraiment la performance RSE de leurs fournisseurs dans les appels d’offres. Au fur et à mesure que les contraintes réglementaires et légales se mettront en place, que les attentes des consommateurs seront de plus en plus pressantes, cela deviendra certainement bien plus le cas. Et bien sûr, les marques devront également traduire dans les faits leurs engagements pris comme les Science-Based Targets ou ceux de la New Plastics Economy de la fondation Ellen McArthur. Il est donc important pour nous, en tant que fournisseur, de nous assurer que les marques connaissent, comprennent et valorisent nos solutions durables et notre stratégie d’entreprise responsable car nous contribuons à leur propre performance RSE.

The Good : En 2020, quels sont vos objectifs et les mesures concrètes que vous comptez mettre/ou mettez déjà en place pour les atteindre ?

M-A. D. : Nous avons 11 initiatives RSE prioritaires pour 2020-2025 que nous avons identifiées en menant une analyse de matérialité auprès de clients, fournisseurs et salariés en 2018. Notre stratégie RSE 2020-2025 consolide les feuilles de route de ces 11 initiatives. Elle fixe des objectifs précis, des plans d’action et au minimum un indicateur de performance qui nous permet de suivre notre performance. 2020 sera notre première vraie année de reporting. Nous attendons les résultats avec impatience. La crise sanitaire aura bien sûr un impact sur nos prévisions. Certaines initiatives seront adaptées et d’autres accélérées mais nous faisons tout pour maintenir le cap.

Nos équipes et nos expertises sont mobilisées pour augmenter notre taux d’emballage plastique recyclable. Et nous continuons de renforcer nos mesures pour maintenir notre notation EcoVadis Gold.

The Good : Parmi les marques avec qui vous travaillez, quelles sont celles qui incarnent au mieux une profonde envie de transition ? Comment ? 

M-A. D. : Tous nos clients et leurs marques sont aujourd’hui engagés dans la transition durable par les engagements qu’ils ont pris ou formulés, par les réglementations qui évoluent, par l’attente des consommateurs, des investisseurs et de leurs employés. La relation client-donneur d’ordre évolue vers une relation plus partenariale. Cela se traduit pour nous par les co-développements vertueux avec les marques comme Estée Lauder, L’Oréal, Colgate ou Henkel par exemple.

Camille Lingre
Rédactrice en Chef The Good. Diplômée d’un Master en communication et journalisme, elle commence en agence de publicité chez DDB Paris puis intègre la rédaction d’INfluencia en 2017 et passe rédactrice en chef adjointe en 2020. Passionnée de littérature et engagée dans les luttes pour la justice sociale et la reconnaissance des minorités, elle est co-fondatrice d’une club de lecture et podcast féministe et membre de l’association de journalistes AJL.

Dernières publications

Clubhouse : déceler le Good d’une plateforme qui crée le débat

Tout le monde en parle, tout le monde s’y met, tout le monde la questionne : comment expliquer la bipolarité de Clubhouse entre extrême popularité et vives critiques ? Une plateforme comme celle-ci est-elle selon vous durable ? Quelles opportunités cette plateforme représente-elle pour les marques et influenceurs en termes de Good ? Réflexion matinale sur ces questions en vrac avec Guillaume Doki-Thonon, CEO & co-fondateur de Reech.

Au CES 2021, les “Greentech” s’immiscent en catimini

Chaque année, le CES prend des allures de concours Lépine, avec son lot d’innovations plus ou moins utiles, en provenance du monde entier. Autant l’avouer tout de suite : le développement durable, l’écologie et la sobriété énergétique sont rarement au cœur des préoccupations des participants. Pourtant, ces sujets gagnent chaque année un peu de terrain. The Good vous présente quelques exemples récompensés lors des “Innovation Awards” de cette édition 2021 qui se tenait exclusivement en ligne.

Faut-il envisager la reconversion écologique du secteur aérien ?

Face à la pire crise économique de son histoire, le secteur aérien envisage des plans sociaux massifs. L’occasion pour ses 300 à 450 000 salariés français de réfléchir à une reconversion écologique dans des secteurs frontaliers comme le ferroviaire. Une manière de préserver l’emploi tout en agissant pour le climat.

Jean-Philippe Courtois, Live For Good : “ Il faut savoir faire preuve de résilience face aux montagnes russes de l’entrepreneuriat social”

L’état des lieux est sans appel : un marché du travail ultra saturé, une jeunesse diplômée ambitieuse, une multiplication des innovations digitales, une croissance continue des capacités et de la maîtrise de la data, et une urgence écologique, sociale et solidaire. Partant de ce quadruple constat, Live For Good s’engage depuis 2015 dans l’entrepreneuriat social et l’accélération de la révolution technologique via l’incubation de projets vertueux portés par les moins de 30 ans. Dans un contexte de crise sans précédent, quels impacts sur ces projets florissants ? Rencontre avec Jean-Philippe Courtois, co-fondateur de Live for Good.

Rétrofutur : quand les innovations du passé répondent aux enjeux actuels

L’histoire des technologies et de l’innovation recèle de savoir-faire méconnus qui s’avèrent cruciaux dans la transition énergétique actuelle. Des low-tech antiques à énergie renouvelable qui démontrent les intérêts de la rétro-innovation.