« Les PME et les ETI seront les fers de lance de la transformation des nouveaux modèles d’affaires sur les territoires », Marc Jacouton (CEPOVETT Group et C3D)

Rien ne me prédisposait à consacrer 15 ans de ma vie aux sujets RSE. J’ai commencé ma carrière dans la communication, après des études de commerce et marketing. Je suis tombé dans la « marmite » du développement durable en 2007 par accident, lors d’un voyage professionnel au Bangladesh où j’ai vu des gens mourir au bord des routes. Véritable déclic, cette expérience a fait naître en moi l’envie de donner du sens à mon action et un nouveau tournant à mon parcours professionnel.

Très vite, je me suis forgé la conviction que ma place se situait du côté des PME-ETI, ancrées dans les territoires et fournisseurs des grands groupes. J’ai commencé ce métier avec la conviction qu’il fallait faire preuve de pédagogie et d’abnégation pour convaincre les dirigeants de s’engager de façon volontariste dans la voie du développement durable et d’en faire un sujet de création de valeur, de compétitivité, de différenciation, sans dogmatisme ni intégrisme vert.

C’est presque sur une terre inconnue que je me suis lancé aux cotés de dirigeants engagés de PME et ETI pionnières, fondant en 2010 le cabinet de conseil en stratégie – RSE DEVELOPPEMENT – alors que la norme internationale ISO 26000 venait d’être créée et l’acronyme RSE de naître. En tant que directeur du développement durable auprès de PME et d’ETI, j’ai expérimenté le concept de fonction RSE externalisée en temps partagé. Dans ce cadre, j’accompagne les entreprises à intégrer ces nouveaux sujets au cœur de leurs processus métier en leur donnant les outils adéquats et une méthode collaborative pour construire une stratégie RSE dans le temps, à leur rythme. Pour asseoir ces fondamentaux et illustrer les méthodologies de ma démarche, j’ai co-écrit en 2011 un ouvrage de référence « Performance économique responsable » publié aux éditions Démos. Aujourd’hui membre du conseil d’administration du Collège des Directeurs du Développement Durable (C3D) et du comité exécutif de la Fédération de la Mode Circulaire, je réfléchis à l’évolution de la fonction RSE et à l’accélération de l’économie circulaire dans les organisations, ainsi qu’à la place de l’entreprise régénérative dans la société.

Au fil du temps, je constate souvent que ma feuille de route personnelle n’a pas changé depuis toutes ces années et que le leitmotiv de mes combats auprès des dirigeants reste le même : décarboner, déplastifier, protéger le vivant et plus que jamais décélérer. Tel un évangéliste, je continue à exprimer à qui veut l’entendre l’urgence de produire, d’acheter, de vendre et de travailler autrement. Nous entrons dans une séquence d’accélération et du changement d’échelle de la RSE par les PME et les ETI sur les territoires. Un seul crédo s’impose : mieux et moins.

« Les PME et les ETI ont, dans leur ADN, toutes les qualités requises pour assurer la transformation radicale de leur modèle : s’adapter pour survivre. »

Une chose est sûre :  la majorité des entreprises ne s’engageront pas par conviction dans une démarche RSE mais parce qu’elle représente un véritable levier de business, d’économies, voire de nouveaux business qu’on imagine tout juste aujourd’hui. Initiées par des PME pionnières et incarnées par des dirigeant éclairés, les démarches RSE sont passées de l’engagement volontaire à des démarches de progrès structurées et de la mesure d’impact grâce à des engagements ambitieux dans la durée. La compétitivité est l’élément clé qui pousse à mettre la RSE au service de la performance globale d’une organisation, notamment sous l’impulsion de ses clients et grands donneurs d’ordres. Les dirigeants de PME-ETI utilisent beaucoup la RSE comme un levier de mobilisation, à travers des projets porteurs de sens et de valeur, pour les collaborateurs et les clients.

Et puisqu’aujourd’hui, nous sommes dans une époque où la question est “comment” générer une stratégie d’actions positives, je défends l’idée d’une RSE plus radicale dans les PME et les ETI qui ont, dans leur ADN, toutes les qualités requises pour assurer une transformation profonde. Le modèle économique de ces entreprises est compatible avec la RSE devenue incontournable. L’économie circulaire, par des solutions de réemploi, de réparabilité et de recyclage innovants de ses vêtements, constitue indéniablement une réponse efficace et compétitive aux enjeux contemporains auxquels nous sommes collectivement confrontés : préserver les ressources, protéger l’environnement, dynamiser le développement économique et industriel des territoires, réduire les déchets et le gaspillage.

L’urgence écologique a fait naître un nouveau combat, auquel les 3 millions de PME-ETI française apporteront leur contribution, à la hauteur de leurs moyens : celui de l’entreprise protectrice de la planète et régénératrice du vivant. Cela implique une nécessaire adaptation et transformation pour passer de l’entreprise responsable à l’entreprise regénérative. Le défi, pour les dirigeants d’entreprise, est vertigineux. Ils doivent inventer de nouveaux modèles d’affaires, engager durablement leurs collaborateurs et piloter leur stratégie dans une conjoncture de plus en plus incertaine, en tenant compte d’un monde aux ressources finies. En résumé : s’adapter pour durer. En cela, la RSE et les nouveaux récits – plus émotionnels que rationnels – contribuent à accélérer la transformation concrète des entreprises et de nos comportements en nous projetant vers un monde plus durable et désirable.

Dernières publications

Maker Week : une semaine pour agir positivement grâce au digital

Du 10 au 14 juin, les étudiants en mastère de Digital Campus ont une semaine pour s’initier à de nouvelles technologies et proposer des solutions digitales au bénéfice de structures ayant une action positive sur l’environnement ou la société.

Communiquez moins… mais mieux !

En s’appuyant sur des études, des mesures, des expérimentations menées, les marques peuvent orchestrer 3 dimensions pour ainsi communiquer moins mais mieux !

“Adapter son business dans un monde en déconsommation” de Frédéric Canevet, publié le 02/05/24 aux éditions Eyrolles

Nous commençons à ressentir les premiers effets du changement climatique, de l’inflation, des tensions sociales… Malheureusement, ce ne sont que les prémices d’un ralentissement économique plus global qui devrait toucher l’ensemble de la société...

Leadership : les 5 soft skills qui font la différence selon Frédéric Jutant (Icarus Media Digital)

Dans le monde du travail contemporain, le leadership ne se résume plus à des compétences techniques. Ce qui fait vraiment la différence, ce sont les qualités humaines : la capacité à comprendre les autres,...

Agir pour l’Egalité se mobilise pour plus de femmes dans les métiers de la transition écologique

Le think and do tank Agir Pour l'Egalité, fondé par le groupe Marie Claire, a organisé le 2 avril dernier une matinée de conférences et d'échange avec des femmes issues des métiers de la transition écologique et avec Christophe Béchu, Ministre de la Transition Écologique et de la Cohésion des Territoires.