Laure Favre (cofondatrice de Spring) : notre approche directe par le digital permet de créer les bases de notre sincérité et d’incarner notre marque

Qui aurait pu imaginer acheter par internet de la lessive 100% environnementale en capsule livrée dans des étuis en carton recyclés directement dans sa boîte aux lettres ? Voilà le formidable défi que propose la nouvelle marque de lessive Spring. Fondée par des entrepreneurs aguerris Philippe Cantet (ex Shopmium et Innocent), Laure Favre et Benjamin Guerville, Spring a levé rapidement 2,1 millions d’euros. The Good rencontre sa cofondatrice Laure Favre qui nous explique avec talent comment le business model de Spring va disrupter le marché des géants de la lessive et des nettoyants ménagers en créant une connivence sincère avec les consommateurs.

TheGood : Quel est le business model de Spring ? Êtes-vous déjà une société à mission ?

Laure Favre : Nous sommes une DNVB (Digital Native Vertical Brand) qui vend de la lessive et des produits d’entretien clean et efficace uniquement en e-commerce. Nos produits sont dépourvus de matières controversées avec des formules qui sont meilleures pour la santé et l’environnement. Nous combattons les plastiques à usage unique. Notre business model est la livraison programmée hyperflexible de la lessive par la Poste (et non pas un abonnement annuel rigide). Le choix 100% digital nous permet de toucher une cible différente. Nous faisons connaître la marque Spring uniquement via les réseaux sociaux. Notre approche digitale nous permet d’expliquer beaucoup plus de choses et de mieux comprendre en un clic pourquoi et comment on fabrique nos produits dans une démarche résolument sincère. Il y a de plus en plus une grande défiance des consommateurs envers les grandes marques (détergents, alimentaires) avec une succession de petites trahisons au cours des dix dernières années. Les consommateurs ont un grand besoin aujourd’hui d’honnêteté, de transparence et de franchise. Notre chance est d’être en première ligne avec les consommateurs, avec la possibilité d’échanger en direct sur Instagram. Cela nous rend bien sûr très exposés. Nous ne pouvons pas mentir à nos consommateurs qui sont très bien informés et nous challengent souvent. Nous avons donc la formidable opportunité par cette approche directe de démontrer nos engagements et de créer les bases de notre sincérité et d’incarner notre marque. Nous n’avons plus la vieille défiance de l’américain au fin fond du Wisconsin. Nous ne sommes pas encore une société à mission. Nous sommes encore jeunes avec seulement un an d’existence et nous nous sommes d’abord concentrés sur le lancement de la marque, mais cela fait partie de nos objectifs.

TG : Pourquoi votre lessive est plus environnementale que les concurrents et pensez-vous que l’éco responsabilité est un levier déterminant pour acheter votre lessive Spring ?                                                                       

LF : Avec Spring, nous avons l’ambition de concevoir les meilleurs produits pour la santé et l’environnement. Nous avons un engagement fort sur l’innocuité de nos formulations. Nous nous engageons à produire nos lessives et nos produits d’entretien sans aucune matière controversée ou suspectée dangereuse : cancérogènes mutagènes reprotoxiques (CMR), perturbateurs endocriniens ou allergènes. Par exemple, nos parfums sont sans CMR. Sur le terrain de l’environnement, nous travaillons sur un cahier des charges européen et nous allons recevoir bientôt notre Écolabel européen qui est en cours de validation. En plus des critères d’innocuité, notre futur label intègre des critères d’impact environnementaux enrichis de nos propres critères d’exigence dans les formulations. Les grands lessiviers ont construit leur ADN de marque et leur notoriété sur la puissance et sur la chimie. Notre futur Écolabel a un benchmark d’efficacité fort qui est un gage de sécurité pour le réachat du consommateur.

TG : Quelle est votre stratégie RSE et avez-vous des indicateurs précis pour mesurer vos impacts environnementaux ?

LF : Notre engagement prioritaire est la réduction des plastiques à usage unique. Par exemple, nous proposons des kits de sprays ménagers avec une bouteille réutilisable à l’infini et des pastilles effervescentes (10% de matière active). Le consommateur n’a plus qu’à reconstituer la formule en remplissant le spray avec de l’eau du robinet. Grâce à ce mode d’usage, notre bilan carbone est extrêmement positif sur l’impact transport car 1 camion de sprays ménager Spring  =180 camions de sprays traditionnels (qui transportent surtout de l’eau). Pour nos lessives, nous avons une concentration 3 fois plus forte avec une dose de 14ml (vs 50ml pour les concurrents) et nous réduisons aussi le volume de transport en camions par 3. Nous sommes en train de finaliser notre première ACV pour compléter nos analyses d’impact et finaliser notre feuille de route de plan d’action. En parallèle, pour conscientiser nos salariés, nous avons mis en place un bilan carbone individuel avec l’outil de l’Ademe.

TG : Quels sont les labels de Spring. Envisagez-vous la certification B Corp ?

LF : Pour l’ensemble de la gamme de nos produits nous serons soit Écolabel soit Ecocert. Nous sommes en train de réfléchir à la certification B Corp dans le cadre du business plan d’impact.

TG : Quelles sont vos prochaines étapes pour 2022 ?      

LF : Nous avons lancé des lessives lave-vaisselle et des sprays nettoyants. Nous venons de lancer, il y a deux semaines, des compléments de soin du linge pour maximiser l’intensité d’usage des appareils et diminuer ainsi le nombre de machines. En 2022 nous allons poursuivre l’élargissement de la gamme sur l’ensemble des catégories de l’entretien de la maison.

Laurent Lafite
Expert en transformation digitale et environnementale depuis 20 ans. Spécialiste du marketing de rupture, des GreenTech et du développement durable, il est le fondateur de TransfoGreen et accompagne les entreprises dans leur transformation RSE.

Dernières publications

Charte #MaVilleVégétale : de la nécessité de rassembler les élus des collectivités françaises autour d’engagements forts en faveur de la nature en ville !

Favoriser le bien-être des citadins, lutter contre le réchauffement climatique, limiter le ruissellement des eaux de pluie, assurer la préservation de la biodiversité… il est indéniable que les plantes ont de nombreux bienfaits. Fortes de ce constat, les collectivités s’emparent progressivement de cet enjeu de société qu’est la Nature en ville. Mais, si nous ne pouvons que s’en féliciter, il faut aujourd’hui aller plus vite et plus loin ! Or, pour inciter un maximum d’élus locaux à prendre part à la Révolution Verte, il convient de les accompagner dans leur politique de verdissement, ce notamment en leur indiquant les premières actions fondamentales à mener. Ainsi, à quelques semaines des élections régionales, Merci Raymond a choisi de créer la toute première charte d’engagement à destination de ceux qui sont en mesure de faire réellement bouger les lignes (et fleurir les rues) dans nos villes : les élus locaux. En voici les 3 axes majeurs.

Antoine Hubert, Président et CEO d’Ÿnsect : « l’activité d’Ÿnsect est l’une des premières à être carbone négative en France »

Ÿnsect, startup spécialisée dans l’élevage et la transformation d’insectes pour l’alimentation animale est une championne de l’Impact. Après des levées de fonds spectaculaires atteignant 357 millions d'euros, Ÿnsectest en pleine phase de croissance et se place dans les starting-block pour produire des protéines à base d’insectes pour l’alimentation humaine. The Good rencontre le visionnaire Antoine Hubert, Président et CEO d’Ÿnsect, qui nous explique sa stratégie de développement et son engagement pour protéger l’environnement et la santé.

Léa Nature : récit d’une ETI à mission “impact native”

Première ETI à mission et fabricant français bio, Léa Nature entend démocratiser l’accès aux produits biologiques et naturels qui respectent les écosystèmes, la biodiversité, les ressources naturelles et le climat. C’est quoi au juste une entreprise « impact native » ? Pour en savoir plus, The Good rencontre Mireille Lizot Directrice des Engagements et Communication Institutionnelle chez Groupe Léa Nature.

Sylvain Breuzard (créateur de la Permaentreprise) : les entreprises restent les mieux placées pour bouger les lignes

Convaincu que les entreprises sont une force puissante au service du changement, Sylvain Breuzard, entrepreneur engagé, a créé un nouveau modèle de développement : la Permaentreprise. Une méthode inspirée de la permaculture, pragmatique, qui forme un chemin pour les entrepreneurs qui veulent agir. Une vision holistique, nourrie par les multiples casquettes de Sylvain Breuzard, Fondateur de l’Entreprise de Services Numériques Norsys, Président de Greenpeace France et co-créateur et Président du Réseau étincelle, association qui aide les décrocheurs à devenir entrepreneurs de leur vie.

[Événement] Emery Jacquillat au Club Edouard VII le 1er septembre

Le club Edouard VII réunit chaque mois chefs d’entreprises et cadres dirigeants pour un petit déjeuner débat autour d’invités prestigieux et inspirants. Son petit-déjeuner de rentrée sera consacré à l’entreprise à mission. Emery Jacquillat, président de la Camif et de la Communauté des entreprises à mission, interviendra sur le thème :