La mobilité verte bientôt recommandée avec des mentions obligatoires dans les publicités pour les voitures

“Pour les trajets courts, privilégiez la marche ou le vélo” “Pensez à covoiturer” ou encore “Au quotidien, prenez les transports en commun” : dès le mois de mars les publicités pour les véhicules à moteur devront afficher une de ces phrases peu importe le support utilisé. 

Tout comme les publicités alimentaires font la promotion d’une alimentation saine et équilibrée, celles pour le secteur automobile devront dès à présent encourager les automobilistes à se déplacer de manière plus écologique

Introduite par la loi d’orientation des mobilités de décembre 2019, cette mesure concerne tous les supports : la radio, la télévision, le cinéma, Internet, l’affichage. La mention d’une de ces trois phrases ci-dessus sera accompagnée du mot-dièse «#SeDéplacerMoinsPolluer » sauf pour les publicités passant à la radio. 

Cette mesure est le compromis trouvé avec des ONG écologistes qui demandaient l’interdiction des publicités pour les voitures. La Convention Citoyenne pour le Climat proposait quant à elle d’interdire la publicité pour les véhicules consommant plus de 4 litres aux 100 kilomètres et/ou émettant plus de 95 grammes de CO2/km. Les publicités pour les véhicules les plus polluants (plus de 123 grammes de CO2/km) seront tout de même interdites à partir de 2028. Ces mesures préparent les consommateurs à la fin du moteur thermique programmée pour 2035.

En cas de manquement, l’annonceur s’expose à une mise en demeure et, sans mise en conformité, à une sanction pécuniaire pouvant s’élever jusqu’à 50.000 euros par diffusion

À partir du 1er mars 2022, les constructeurs automobiles auront également l’obligation de faire figurer la classe d’émissions de dioxyde de carbone des véhicules promus, une nouveauté introduite en avril par les députés au sein de la loi climat.

Emilie Thiry
Emilie Thiry
Ex publicitaire reconvertie dans la communication corporate en 2011, puis dans la politique en 2015, Emilie est depuis juillet 2020 en charge du consulting et de la diversification des offres d’INfluencia. Elle dirige à ce titre The Good, la plateforme dédiée à la transformation écologique, sociale et solidaire des entreprises et des marques. Elle anime également un séminaire sur le monde de la communication en Master 2 Conseil éditorial à Sorbonne Université. Emilie est diplomée de l’IEP de Strasbourg et ancienne élève du CELSA.

Dernières publications

Législatives : le soulagement des ONG en faveur du climat

Pour le Réseau action climat (RAC), principale alliance d'associations environnementales, le résultat dimanche des législatives démontre un "refus de l'extrême-droite" tout comme un "refus de la politique" de la majorité présidentielle sortante, "encore bien trop peu ambitieuse sur la transition écologique".

Drive to Zero revient les 28 et 29 mai à l’Hippodrome de Longchamp (Paris)

Rendez-vous européen de la mobilité décarbonée, Drive to Zero permet aux acteurs privés et publics de trouver des informations et des solutions pour répondre aux challenges du déploiement de la mobilité décarbonée. L'événement grandit et organise sa deuxième édition à l’hippodrome de Longchamp à Paris pour plus de démonstrations concrètes.

Climat: engagements insuffisants pour les entreprises non cotées, pointe une ONG

Seules 40 des 100 plus grandes entreprises mondiales non cotées en bourse se sont fixé l'objectif de parvenir à zéro émissions nettes de CO2 (ou "net zéro"), beaucoup moins que les sociétés cotées, selon un rapport publié lundi par l'ONG Net Zero Tracker.

« Nous voulons dépasser les clivages et inspirer », Stéphanie Clément-Grandcourt, Gildas Bonnel et François Gemenne (Fondation pour la Nature et l’Homme)

(contenu abonné) À la tête de la Fondation pour la Nature et l’Homme, un trio : Stéphanie Clément-Grandcourt, Gildas Bonnel et François Gemenne. Leur ambition : dépasser les clivages, inspirer les courages pour faire des solutions écologiques la chance de tous...

Quatre tendances clefs pour le monde des affaires et la société en 2024

(contenu abonné) Dans quels domaines le monde des affaires peut-il avoir le plus grand impact, et quelles sont les barrières dressées sur son chemin en 2024 ?