More

    Faut-il envisager la reconversion écologique du secteur aérien ?

    Face à la pire crise économique de son histoire, le secteur aérien envisage des plans sociaux massifs. L’occasion pour ses 300 à 450 000 salariés français de réfléchir à une reconversion écologique dans des secteurs frontaliers comme le ferroviaire. Une manière de préserver l’emploi tout en agissant pour le climat.

    Le samedi 3 octobre dernier, des militants écologistes des collectifs Alternatiba et ANV-Cop 21 s’infiltraient sur un tarmac de Roissy-Charles-de-Gaulle, parvenant à bloquer le décollage d’un avion. Parmi les revendications, les 15 milliards d’euros attribués par le gouvernement à l’aéronautique sans contreparties écologique ou sociale. Un chèque en blanc selon les militants qui rend injustifiables la suppression de 7 500 postes chez Air France d’ici 2022 et le plan de départ de 5 000 salariés d’Airbus en France. De leur côté, les patrons rappellent que les pertes de l’industrie mondiale dépassent déjà les 72 milliards d’euros cette année et qu’il n’y a pas d’alternative. Face à cette hécatombe économique, plusieurs groupes de réflexion proposent des pistes de reconversion massives pour les 300 000 à 450 000 travailleurs de l’aéronautique et de l’aviation. Une question cruciale pour préserver l’emploi et le climat.

    La reconversion écologique, un levier inédit pour le climat

    Corinne Le Quéré, présidente du Haut conseil pour le climat, déclarait il y a quelques semaines que « des aides (formation, reconversion) aux travailleurs des secteurs très émetteurs peuvent parfois être préférées à une aide sectorielle ». C’est aussi le regard de la Convention citoyenne pour le climat qui aspire à ce que « chaque entreprise, chaque organisation et chaque personne soient accompagnées pour faire évoluer leurs activités, voire en changer si elle devait disparaître, et ainsi contribuer à diminuer les émissions de gaz à effet de serre ». Une façon d’anticiper les licenciements secs et le drame des plans sociaux.

    C’est ainsi qu’en mai dernier, le think-tank The Shift Project a publié des propositions de contreparties à l’aide publique du secteur aérien. Parmi ces pistes, l’aide à la reconversion et à la formation sont encouragées. Grégoire Carpentier, bénévole pour The Shift Project, explique au média les atouts dont dispose l’industrie aéronautique : « il peut y avoir le capital humain (avec ses connaissances et ses savoir-faire), le capital collectif (avec des équipes qui ont l’habitude de travailler ensemble depuis longtemps), les syndicats, l’infrastructure de production et de distribution, l’efficience organisationnelle, le maillage territorial, les datas dont dispose l’entreprise… ». Tout une série de valeurs ajoutées qui pourraient bénéficier à la transition écologique.

    Sous l’aviation, le ferroviaire 

    The Shift Project prend notamment l’exemple d’Air France et de sa potentielle reconversion dans le secteur ferroviaire. « L’appareil commercial, l’organisation du voyage, l’assistance aux voyageurs, la gestion de la sécurité, ce sont des choses que les salariés ont l’habitude de faire, et ils peuvent le reconvertir dans un autre moyen de transport, ce n’est pas attaché à l’aérien », précise Grégoire Carpentier. La porosité des deux secteurs et la similitude de leurs activités pourraient ainsi favoriser un transfert de compétences inédit. 

    Même son de cloche pour l’aéronautique. Une tribune publiée dans Le Monde par 700 étudiants en aéronautique appelait en mai 2020 à une transformation profonde de l’industrie. « Les matériaux d’un avion sont aussi ceux des éoliennes, des nouveaux bâtiments de construction. Faire un avion, c’est faire quelque chose de solide et de léger, c’est une contrainte forte qui peut être déclinée pour plein d’autres applications ». Une reconversion industrielle et écologique d’envergure nationale afin de promouvoir les énergies renouvelables et le BTP responsable. 

    Un appel à la régulation tracté par la base

    Notons que la défense d’un projet de reconversion des salariés n’est plus l’apanage de quelques collectifs écologiques, mais bien de tout un pan de la population concernée. La tribune des étudiants qui en appelle à la reconversion de leur futur métier en témoigne vivement. Autre exemple, celui du collectif Icare, composé de salariés de l’aéronautique qui souhaitent changer l’industrie pour qu’elle soit en accord avec les contraintes environnementales de notre époque. Il semblerait qu’une partie de la base du secteur aéronautique soit prête à envisager le déclin de sa propre industrie, là où ses dirigeants parient sur l’avion à hydrogène. 

    En marge de ces dissensions, certains privilégient la créativité sur le débat. C’est le cas de Vincent Bernatets, fondateur de Airseas, une startup toulousaine qui transpose des techniques de commande de vol en navigation maritime. Résultat, son aile automatisée, installée sur le mât des bateaux, permet de le tracter et d’économiser 20% de carburant en moyenne. Une reconversion peu commune qui donne de l’espoir : Airseas vient de signer un contrat avec le plus gros armateur du Japon.

    Romain Salas
    Journaliste. Après une licence de droit à la Sorbonne et un master en médias et communication au CELSA, Romain tombe dans les charmes du journalisme et de l'écriture. Avec un tropisme fort pour l’écologie et la justice sociale, il imprègne dans ses choix éditoriaux un parfum d'engagement à la mesure des urgences de notre temps.

    Dernières publications

    Les Jardins Collectifs de l’Ourika : un programme d’expérimentation éthique signé Yves Saint Laurent Beauté

    Terre de cœur d’Yves Saint Laurent depuis 1966, le Maroc voit un nouveau projet expérimental naître sur ces sols. Après le Jardin Majorelle et le musée YSL Marrakech, les Jardins Collectifs de l’Ourika. Laboratoire d’observation et d’expérimentation, ces jardins accueillent des plantes cultivées par des femmes de la région, à partir desquelles sont façonnés les produits de la marque. Comment concilier le savoir-faire et l’artisanat ancestral des communautés locales avec les standards d’une marque cosmétique luxe ? Comment cette initiative s’inscrit-elle au cœur de la démarche RSE YSL Beauté ? Les cosmétiques peuvent-ils vraiment aspirer à un avenir responsable ? Comment s’organise la transition écologique sociale et solidaire d’YSL Beauté ? Et du secteur du luxe et de la cosmétique ? Rencontre avec Caroline Nègre, Directrice scientifique d'Yves Saint Laurent Beauté pour faire le point.

    2021 : après les voeux, parlons des enjeux

    Dans la poursuite d’une démarche d’accompagnement des marques et entreprises vers un horizon plus vert, The Good a réfléchi aux enjeux que l’année semble leur réserver. Actrices du changement au même titre que les institutions dirigeantes officielles de notre société, elles ne sont plus seulement “encouragées” au virage vert dans l’idée de garder la cote auprès d’un public citoyen engagé et soucieux de l’environnement, mais bien sommées d’y prendre part sous peine de lourdes représailles. Coup d'œil sur un programme du Good à sens unique.

    Yann Arthus-Bertrand, GoodPlanet : « Ce ne sont pas aux enfants de porter le poids du monde pour nos actes passés”

    Alors que son dernier film Legacy rencontre un franc succès, Yann Arthus-Bertrand signe une collaboration GoodPlanet x La Poste. Dans la continuité de ses engagements de sensibilisation de ses salariés et de ses clients, La Poste s’engage avec la Fondation GoodPlanet pour des projets variés mêlant éducation, création, finance et art. Interview croisée avec Yann Arthus-Bertrand, président de la Fondation GoodPlanet et Philippe Dorge, DG Services-Courrier-Colis de La Poste.

    Carine de Boissezon, DDD Groupe EDF : « Raison d’être et stratégie d’innovation sont les pièces d’un même puzzle »

    Le 1er décembre aura lieu le grand événement Electric Days d’EDF. Un rendez-vous complètement repensé autour du digital, qui fait la part belle à l’innovation sous toutes ses formes et à la RSE, au cœur de l’événement. Neutralité carbone, changement climatique, intelligence artificielle, nouveaux usages électriques : l’agenda riche en thématiques Good des Eletrics Days nous donne l’occasion de faire le point sur la stratégie RSE de l’énergéticien. Rencontre avec Carine de Boissezon, Directrice du Développement Durable du groupe EDF.

    Vinted : comment une anecdote est devenue un modèle de consommation

    A l’heure où Vinted inaugure son nouveau siège à Vilnius, bâtiment économe en énergie, équipé de 100 places de stationnement pour les vélos, dans le respect de la réduction des déchets alimentaires, de la moindre consommation de plastique, et de l’utilisation de meubles recyclés, sa créatrice Milda Mitkute et son CEO, Thomas Plantenga nous racontent l’aventure Vinted. Au passé et au futur.