Esus or not Esus

Mais que peut-il bien se passer du côté du Mouvement Impact France (MIF) à quelques jours de son changement de présidence ? Un vent de protestation souffle depuis quelques temps à l’intérieur du MIF (ancien Mouves), en provenance de quelques anciens présidents et membres fondateurs. Étrange dans un monde où la solidarité et l’impact positif sont prônés. Et ça commence à faire du bruit : quelques billets chez nos confrères du Canard Enchaîné par-ci, une tribune dans le JDD pour annoncer la création du Collectif des Entrepreneurs Sociaux par-là. « Ça va se tasser », temporise Philippe Zaouati, CEO de Mirova et administrateurs du MIF, avant de piquer « ce n’est pas en se recroquevillant sur l’économie sociale et solidaire que l’on arrivera à transformer l’économie » et de regretter des « attaques » sur le salaire de Pascal Demurger, DG de la MAIF, l’un des deux futurs (et seuls) candidats à la présidence du MIF, avec Julia Faure, co-fondatrice et dirigeante de Loom. On sent le sujet sensible. 

Mais qui sont ces irréductibles gauloises et gaulois qui sèment le trouble dans l’eau d’apparence limpide des entrepreneurs à impact ? Réponse avec Jonathan Jérémiasz, ancien président du MIF, et porte-parole du tout nouveau Collectif des Entrepreneurs Sociaux (également à la tête de Comme les autres, Handiamo, l’Agence Solidaire et Voix Publique). « Les statuts du Mouvement Impact France stipulent que tous nos membres  du collège des entreprises sociales et écologiques – dont les coprésidents doivent être issus – doivent être « notamment reconnus par l’agrément ESUS (Entreprise solidaire d’utilité sociale) qui stipule que « la rémunération versée au salarié le mieux payé ne doit pas excéder un plafond annuel fixé à 10 fois le Smic » or le DG de la MAIF touche plus de 30 fois le Smic et ne correspond doncpas à cette définition ». Ce dernier serait donc entré comme le loup dans la bergerie, ce qui a été vécu comme « une trahison de nos principes éthiques et démocratiques », ajoute Jérémiasz. Avant de clamer « Nous ne sommes pas des extrémistes mais des militants exigeants de la traduction dans l’entreprise d’une cause qui est de vivre dans la justice sociale sur une planète habitable ». Et d’affirmer que son collectif « ne s’en tiendra pas à ça ».

A l’heure où la RSE se radicalise, comme on le souligne dans les couloirs de l’Observatoire de la RSE, et où le  greenwashing et le greenhushing se renvoient la balle, on ne peut que regretter ces querelles internes quand on voit l’importance du collectif pour agir en faveur d’une économie régénératrice. Néanmoins, on ne pourra réussir que si une poignée d’irréductibles -perçus pour radicaux pour certains- se battront corps et âmes pour révolutionner le monde avec exigence, pertinence et droiture dans leurs valeurs. Et n’oublions pas que la transition économique ne se fera pas sans justice sociale.

Emilie Kovacs
Emilie Kovacs
Rédactrice en chef de The Good, est tombée dans la marmite du développement durable il y a une quinzaine d'année. Cette journaliste d'origine hongroise aime mettre en lumière les acteurs et actions à impact, celles et ceux qui font plutôt que celles et ceux qui disent, les solutions plutôt que les critiques. Eternelle optimiste, elle est convaincue que l'être humain pourra se sortir du pétrin écologique dans lequel il s'est fourré. #Team beurre demi-sel, coquillages et crustacés !

Dernières publications

4 conseils de Frédéric Guiral de Haas (Airplum) pour favoriser le “made in France” en 2024

Le "Made in France" en 2024 est une question d'adaptation stratégique et d'affirmation sur la scène internationale selon Frédéric Guiral de Haas, copropriétaire d’Airplum.

Rapport Orée/CGDD/DGEC sur l’appropriation stratégique de la sobriété par les entreprises

Ce rapport est le fruit de réflexions menées avec et pour les entreprises afin que la sobriété passe du concept à la mise en œuvre opérationnelle. Il vise à dresser un état des lieux de la sobriété en France, à présenter la place de celle-ci dans les stratégies et les actions des entreprises à l’heure actuelle, à faire état des indicateurs de suivi mobilisés et à dessiner des perspectives pour accélérer sa mise en œuvre concrète.

Votre fonds est “durable”? Voilà comment le justifier, selon le gendarme européen des marchés

L'Autorité européenne des marchés financiers (Esma) a publié de nouvelles règles pour empêcher l'écoblanchiment dans la finance en imposant des critères pour les fonds se revendiquant durables.

Le collectif “Pour un réveil écologique” en campagne pour mobiliser les jeunes aux élections européennes

Cette campagne du collectif d'étudiants "Pour un réveil écologique" s'associe à une journée de mobilisation le dimanche 26 mai. L’objectif est d’informer les jeunes sur le rôle et l’importance de l’Union Européenne pour accélérer la transition sociale et écologique.

Etude Wenabi : l’engagement solidaire de plus en plus plébiscité par les salariés

Wenabi, acteur expert de l'engagement solidaire qui connecte entreprises et associations pour l'intérêt général, a réalisé une étude qui met en lumière les grandes tendances de l’engagement solidaire en entreprise en 2024.