Dans la lumière et dans l’ombre

François Gemenne, politologue à l’Université de Liège, professeur à Sciences Po Paris et auteur principal du dernier rapport du GIEC était l’invité du 8h20 de France Inter, le 1er novembre dernier. Auteur du livre “L’écologie n’est pas un consensus” aux éditions Fayard, il s’est indigné sur l’antenne rouge de Radio France : « des polémiques se focalisent sur des sujets symboliques qui monopolisent l’attention de la presse et des politiques ». Il a pris pour exemple les vandalismes à base de soupe dans les musées par des militants écolos, qui brouillent les messages.

Quelques jours avant, on apprenait que seuls une trentaine de députés sur 115 inscrits parmi les 577 avaient fait le déplacement à la conférence inaugurale du cycle de rencontres avec huit scientifiques spécialistes du climat et de la biodiversité pour être sensibilisés sur ces sujets.

Alors que la COP27 a démarré –sous une pluie de critiques– dimanche dernier, les espoirs quant aux issus positifs des travaux et négociations sont minces. Comme le rappelle très justement pour The Good, Elsa Bouly, étudiante à l’ENS en charge de suivre les sujets diplomatie, climat et santé publique à la COP27 : « Au sein de notre école, il persiste une forme de lassitude politique et un sentiment de non-attente de ces grands événements où l’on se demande quels seront les impacts sur notre quotidien alors que nous peinons à respecter la trajectoire de 1,5° ».

Et si les solutions se trouvaient du côté de quelques entreprises exemplaires comme Axionable qui a repensé intégralement sa politique d’achats ? (lire notre article ici) Comme le groupe Hyatt qui a développé un programme d’inclusion pour plus de diversité dans ses équipes ? (lire notre article ici) Si elles se trouvaient du côté des associations qui portent à bout de bras des projets utiles comme Emmaüs et sa collecte de dons aux entreprises contre la précarité numérique ? (lire notre article ici)

Tous les médias ne se focalisent pas sur les polémiques. The Good par exemple, se concentre sur celles et ceux qui agissent. Dans la lumière ET dans l’ombre.

Emilie Kovacs
Emilie Kovacs
Rédactrice en chef de The Good, est tombée dans la marmite du développement durable il y a une dizaine d'année. Cette journaliste d'origine hongroise aime mettre en lumière les acteurs et actions à impact, celles et ceux qui font plutôt que celles et ceux qui disent, les solutions plutôt que les critiques. Eternelle optimiste, elle est convaincue que l'être humain pourra se sortir du pétrin écologique dans lequel il s'est fourré. #Team beurre demi-sel, coquillages et crustacés !

Dernières publications

Mastercard et Nickel : modèles d’inclusion des transgenres et non-binaires

(contenu abonné) Les personnes transgenres et non-binaires peuvent affirmer plus facilement, en sécurité et sans jugement, leur véritable identité à travers l’utilisation de leur prénom choisi sur leur carte bancaire Mastercard chez Nickel, service bancaire pour tous disponible dans les buralistes.

ONG vs Lobbies

ActionAid France, Les Amis de la Terre France, CCFD-Terre Solidaire, FIDH, Éthique Sur l'Étiquette, Sherpa, Notre Affaire à Tous et Oxfam France ont signé communément un communiqué de presse le 23 novembre dernier pour alerter l’opinion sur une prise de position controversée de la France sur le devoir de vigilance des entreprises. Avec les derniers scandales de Teleperformance,

Comment Colgate-Palmolive aborde le handicap en milieu professionnel

(contenu abonné) Soucieuse d’améliorer la diversité et l’inclusion en interne, la filiale française de Colgate-Palmolive multiplie les efforts en faveur des collaborateurs en situation de handicap. Parmi ses enjeux : améliorer la connaissance des handicaps, libérer la parole et accorder les mêmes chances à tous.

Pourquoi Lyon soumet ses emprunts bancaires à des critères éthiques

(contenu abonné) La capitale de la région Rhône-Alpes intègrera désormais des critères sociaux et environnementaux dans ses choix de banques pour effectuer ses futurs emprunts.

Comment The North Face a conçu sa première collection circulaire

(contenu abonné) Pour la première fois de son histoire, The North Face a présenté cet automne une collection “circulaire” : chaque composant a été analysé et choisi par les designers pour limiter leur empreinte environnementale et garantir que ces modèles pourront être facilement recyclés à la fin de leur vie.