Biocoop souhaite transformer nos assiettes

Aujourd’hui plus de 70% de l’offre alimentaire emballée disponible en rayon dans les surfaces de grande distribution est ultra-transformée. Le champion toute catégorie ? Le cordon-bleu avec pas moins d’une dizaine d’additifs. Ces produits sont nocifs pour l’environnement mais aussi pour notre santé ; ils entraînent de la prise de poids, des maladies chroniques, etc… 

Biocoop souhaite changer de trajectoire. L’enseigne s’engage à produire des aliments plus sains pour une alimentation bio toujours plus exigeante.  

L’enseigne s’est associée à Siga pour définir plusieurs pistes d’optimisation : 

  • retirer les poudres à lever avec du phosphate monocalcique dans les biscuits ;
  • enlever les amidons dans les soupes, ainsi que dans les sirops de glucose, fructose, sirop de blé, sirop de maïs ; 
  • rechercher des chocolats sans lécithines ; 
  • organiser une réflexion autour de la charcuterie et de sa conservation en se passant des sels nitrités ; 
  • proposer des gammes de confitures sans pectines… 

Ensemble, elles souhaitent concevoir des nouveaux produits et reformuler les plus anciens, en supprimant ou limitant au maximum les marqueurs d’ultra-transformation. Biocoop a pour objectif d’ici fin 2022 de proposer une offre de charcuterie sans sel nitrité et aussi un cordon bleu indice Siga 3 contre 7 pour la moyenne du marché. L’indice Siga est un score scientifique qui évalue le niveau de transformation des aliments. Il permet de repérer les aliments ultra-transformés (AUT) sur une échelle de 1 à 7, les 5 et plus étant les plus transformés. Les AUT ont généralement une liste d’ingrédients qui n’en finit pas, ou absents des cuisines ou des vitamines et minéraux ajoutés.

Dernières publications

Observatoire de la Good Économie : comment SNCF Voyageurs s’engage vers plus de sobriété énergétique ?

SNCF Voyageurs a remporté l’or dans la catégorie “Lutter contre le réchauffement climatique” de notre Grand Prix de la Good Économie 2021 pour ses programmes environnementaux, PlaneTER côté TER et PLANÈTE Voyages côté TGV. Nous revenons aujourd’hui sur ces programmes et sur la transformation en cours de l’entreprise avec Valérie Darmaillacq, Directrice du Développement Durable chez SNCF TGV Intercités, Loïc Brabant, Directeur Adjoint à la Direction Générale TER et Aurélie Ravailhe, Chargée de mission à la transition énergétique et écologique de TER.

LFDay, le rendez-vous de l’écosystème agricole et alimentaire innovant revient pour une 6ème édition

Le 14 juin, l’innovation agricole et alimentaire fera son show lors du LFDay. Organisée par La Ferme Digitale au Ground Control dans le 12ème à Paris, cette journée rassemblera le public qui souhaite améliorer...

Umiami, la start-up pour les amoureux de la viande mais pas trop

Umiami, c’est la start-up de la foodtech spécialisée dans la fabrication d’alternatives végétales à la viande animale. Depuis 2020, Umiami souhaite séduire les gourmets qui tendent à consommer moins de produits carnés tout en levant les principales barrières à l’achat que sont le goût, la nutrition, et la naturalité, le tout à un prix raisonnable. En avril, la start-up certifiée Great Place to Work a levé 26,5 millions d’euros pour développer son activité.

Priméal tend vers toujours plus de transparence

Engagée depuis 30 ans, Priméal met en place l’étiquetage Planet-Score sur certains de ses produits et participe au collectif #envérité pour être plus transparent avec ses consommateurs. L’entreprise qui promeut et transmet les plaisirs...

Lidl s’engage pour la filière de la banane

Lidl s’engage pour la filière de la banane, un des fruits le plus consommé par les Français avec Banana Link, une coopérative à but non lucratif travaillant pour un commerce équitable et durable. L’enseigne...