Baromètre de l’engagement sociétal 2022

En s’appuyant sur leur position d’intermédiaires, les huit membres du Collectif des Acteurs de l’Engagement ont souhaité poser un regard nouveau sur l’engagement sociétal afin de compléter les travaux existants.

Le Collectif des Acteurs de l’Engagement a dévoilé en décembre dernier la première partie de leur Baromètre de l’engagement sociétal – en partenariat avec le cabinet de conseil Koreis – afin de lever le voile sur le profil, l’expérience et l’impact des différents formats d’engagement des volontaires. 

“Le Collectif des acteurs de l’engagement est constitué d’une dizaine d’acteurs intermédiaires du monde de l’engagement citoyen (Benevolt, Big Bloom, Diffuz, KOEO, microDON, Vendredi, Pro Bono Lab et Wenabi). Il s’est formé en 2022 autour d’un projet commun : une étude pour mesurer l’impact de l’engagement citoyen sur les volontaires, associations et entreprises. Mais nous ne souhaitons pas nous arrêter là, notre objectif est de faire avancer tout l’écosystème en multipliant les actions collectives pour favoriser l’engagement citoyen”, précise Mathieu Jubré, associé et directeur marketing et développement chez microDON.

Grâce à un échantillon de plus de 2700 volontaires répondants, le baromètre révèle que les volontaires sont majoritairement des femmes (66%), âgés entre 25 et 55 ans (53%), ayant une activité professionnelle (59%). Il montre également une prépondérance des personnes diplômés (59% ont un niveau équivalent ou supérieur à BAC+ 2) et occupant des statuts de cadre ou de profession intellectuelle supérieure (36% des personnes ayant une activité professionnelle).

Les principaux enseignements du baromètre

L’expérience de l’engagement prend des formes très diverses : 34% ont réalisé une ou plusieurs missions sur leur temps personnel, 23% ont donné leur temps autrement (course solidaire, braderie solidaire, etc.) et 19% se sont engagés via leur entreprise. 55% se sont engagés en distanciel. L’engagement a encore un grand potentiel de développement : pour 29% des répondants, 2021 a marqué la première expérience d’engagement. L’engagement commence par des actions courtes et se traduit par un impact dans la durée : parmi les répondants qui se sont engagés pour la première fois, 44% ont gardé des liens avec la structure avec laquelle ils se sont engagés et 90% souhaitent continuer à s’engager par la suite. 

De nombreux impacts de l’engagement confirmés dans l’étude 

L’engagement a un impact très positif sur l’acquisition des compétences et le parcours professionnel 57% des volontaires ont développé leurs compétences humaines (écoute, adaptabilité, travail en équipe, empathie), 50% des volontaires ont noué des contacts utiles à leur réseau professionnel, 43% ont développé des compétences utiles dans le cadre professionnel, 36% ont découvert un nouveau secteur qui les intéresse professionnellement. 

L’engagement facilite la (ré)insertion professionnelle : parmi les étudiants, l’engagement joue le rôle d’une expérience à part entière: 72% le valorisent dans la recherche d’emploi. Pour 53% des chercheurs d’emploi, l’engagement leur permet d’entretenir leurs compétences professionnelles. 

L’engagement rend heureux : 84% des répondants déclarent que l’engagement leur a permis de se sentir plus utiles, 68% qu’ils se sentent plus épanouis personnellement, 64% qu’ils ont également retrouvé plus de sens dans leur vie quotidienne. L’engagement fait effet de levier sur la société et a un impact au-delà de l’action individuelle : il sensibilise les volontaires (65%) qui sensibilisent à leur tour leur entourage à la cause défendue (63%), il entraîne une modification des comportements et modes de consommation liés à la cause en question (51%).

Dernières publications

En Egypte, les start-ups vertes s’attaquent au fléau du plastique

(contenu abonné) En Egypte, premier pollueur au plastique du Moyen-Orient et d'Afrique, de jeunes entrepreneurs tentent de transformer les millions de tonnes de plastique qui inondent le Nil, la Méditerranée et les décharges à ciel ouvert.

#GoodBook La fin des haricots ? Le réveil écologique c’est maintenant” de Thomas Guénolé publié le 2 février 2023 aux éditions Plon.

L’auteur est politologue et conseiller politique. Intellectuel engagé, il enseigne le changement climatique à l’IÉSEG School of Management.

CMA CGM cherche des start-up pour décarboner le transport maritime

L'armateur CMA CGM a annoncé lundi le lancement d'un appel à projets destiné aux "start-up et entreprises développant des solutions concrètes" et doté de 200 millions d'euros, pour accélérer la décarbonation de la filière maritime française.

Pour réussir la transition énergétique, plus de 60 milliards supplémentaires par an sont nécessaires (Bruno Le Maire)

Pour réussir la transition énergétique, "60 à 70 milliards d'euros supplémentaires par an" sont nécessaires, a chiffré le ministre de l'Economie Bruno Le Maire dans une interview au Journal du Dimanche (JDD).

Châteauform’ et Green Evénements proposent un livre blanc sur les « 13 mesures pour un événement LEAD à ambition durable »

Ce livre blanc est à destination des organisateurs d’événements qui donne des conseils concrets et mesurables pour créer des événements véritablement responsables.