Au CES 2021, les “Greentech” s’immiscent en catimini

 Chaque année, le CES prend des allures de concours Lépine, avec son lot d’innovations plus ou moins utiles, en provenance du monde entier. Autant l’avouer tout de suite : le développement durable, l’écologie et la sobriété énergétique sont rarement au cœur des préoccupations des participants. Pourtant, ces sujets gagnent chaque année un peu de terrain. The Good vous présente quelques exemples récompensés lors des “Innovation Awards” de cette édition 2021 qui se tenait exclusivement en ligne.

De l’électricité générée à partir de papiers et d’enzymes

Pour leur première édition 100% virtuelle, les CES 2021 Innovation Awards ont récompensé douze innovations dans la catégorie “ Sustainability, Eco-Design & Smart Energy ”, avec un palmarès qui donne la part belle aux innovations liées aux économies d’énergie. 

Les “Bioenzymatic Fuel Cells” du français BeFC promettent ainsi “une source d’énergie durable et écologique pour des appareils électroniques nécessitant de faibles puissances”. Cette entreprise basée à Grenoble conçoit en effet des piles à biocarburants écologiques ultra-minces, flexibles et miniatures, à base de papier. Ces piles sont par exemple capables d’alimenter des dispositifs médicaux portables. 

A plus long terme, l’entreprise estime que sa technologie “permettra non seulement de remplacer les batteries pour les applications existantes, mais aussi d’ouvrir des perspectives pour des applications futures telles que la surveillance de la santé, les suivis logistiques et la surveillance des transports ainsi que les applications Internet des objets”.

La lumière ambiante comme source d’énergie

Ambient Photonics, une startup californienne qui s’intéresse également à la question de l’efficacité énergétique a aussi reçu un prix pour ses cellules photosensibles, capables de transformer la lumière ambiante en énergie. Sa technologie serait trois fois plus efficace que les solutions existantes actuellement : de quoi permettre aux producteurs d’objets connectés d’intégrer à leurs appareils des batteries qui se rechargent en permanence. 

Une autre startup opérant dans le même domaine a été récompensée : la coréenne SoftPV qui conçoit des cellules photovoltaïques sensibles non seulement à la lumière du soleil, mais aussi à la lumière artificielle, pour des usages en intérieur.

Des appareils plus sobres, s’appuyant sur des énergies renouvelables

Le GoSun Flow, un appareil portable de purification de l’eau, met lui aussi la sobriété énergétique au centre de sa proposition de valeur. Capable de tenir dans un sac à dos, il filtre 99,99% des (agents) pathogènes de l’eau à raison d’un litre par minute, selon ses créateurs. “Il peut servir de station de lavage des mains, de douche chaude ou de source d’eau potable, à partir de n’importe quel ruisseau, rivière, torrent, lac ou mare” expliquent-ils. A noter : GoSun, spécialiste des appareils solaires, est un habitué du CES : l’entreprise a été lauréate du “Climate Change Innovation Award ” en 2019, pour son barbecue solaire, le GoSun Fusion.

Toujours dans le domaine de la sobriété énergétique, le Français Quantia, déjà récompensé en 2017, a à nouveau obtenu un prix en 2021 pour Gecko, son chauffe-eau domestique alimenté principalement par l’énergie thermique des eaux usées. A la clé, la promesse d’une facture d’électricité réduite de 80%. Cerise sur le gâteau, Gecko est connecté : il indique la quantité exacte d’eau et d’énergie utilisée par chaque douche, afin de sensibiliser les membres du foyer. 

Évidemment, aux côtés des réfrigérateurs à reconnaissance vocale, des écrans 8k et des derniers smartphones 5G récompensés aussi dans le cadre des “ CES 2021 Innovation Awards ”, les quelques lauréats de la catégorie “Sustainability, Eco-Design & Smart Energy ” font presque figure d’intrus. Plus globalement, cette poignée d’appareils plus sobres reste bien marginale face aux écrans, smartphones et objets connectés en tout genre qui représentent l’essentiel des produits mis en avant au CES. 

Mais on peut trouver des motifs d’espoir. Le palmarès des Innovation Awards ne reflète qu’une partie de l’événement, car chaque année des solutions “greentech” participent également en tant qu’exposants. Sur les 1 968 exposants de l’édition virtuelle 2021, 200 utilisent ainsi le mot-clé “sustainability” pour se définir, dont Carbyon (séquestration carbone), Emitwise (bilan carbone), Hydraloop (économies d’eau), LassoLoop (solution de recyclage) ou Unéole (éolien urbain), pour n’en citer que quelques-uns. Un début de prise de conscience que la course à l’innovation technologique ne pourra pas faire l’économie d’une réflexion sur son impact environnemental ?

Benoit Zante
Journaliste spécialisé dans les sujets de l'innovation, du marketing et de la transformation digitale, Benoit Zante couvre les grands événements technologiques mondiaux pour identifier et analyser les tendances émergentes. Il est aussi l'auteur de "Les défis de la transformation digitale" aux éditions Dunod.

Dernières publications

Numérique écologique : une transition du digital s’impose

En 2020, le numérique est responsable de 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (plus fort que le transport aérien et ses 2%). La forte augmentation des usages avec 10 milliards de mails (0,2g de Co2/mail) échangés par heure et l’explosion du streaming vidéo (300 millions de tonnes de Co2 dans le monde) laisse présager un doublement de cette empreinte carbone d'ici 2025. Comment aider les entreprises à aller vers plus de sobriété numérique face à un télétravail qui explose ? Faut-il arrêter d’envoyer des emails ? Doit-on favoriser le reconditionnement ? Faut-il revoir notre façon de concevoir nos sites internet ? Interview croisée avec Inès Leonarduzzi, Présidente de Digital for the Planet, et Hélène Sagné, Présidente de Digital Green.

Le Danemark va construire une île énergétique bardée d’éoliennes offshore

Le Danemark s’est engagé à réduire de 70% ses émissions de CO2 d’ici 2030 en comparaison à 1990. Un engagement fort auquel s'ajoute le méga-projet baptisé VindØ vise à accélérer fortement la transition énergétique du royaume. Une idée réaliste et pertinente selon le spécialiste en énergies renouvelables Marc Jedliczka. Coup d'oeil sur cette audacieuse initiative.

Sophie Vannier, co-directrice de La Ruche : “ l’impact n’est pas un concept mais le bon sens dans un monde qui ne tourne plus...

Mêlant impact investing, incubation et capital-risque pour un soutien concret et durable aux jeunes pousses de la Good Economie, Alliance For Impact déboule sur le marché de l’entrepreneuriat social, et attire notre attention. Porté par La Ruche, Aviva et Ventech, ce premier fond d’amorçage de l’impact, pose la question des moyens d’arriver à conjuguer impact et croissance économique. Pour mieux comprendre ces enjeux et réfléchir à la notion d’impact au sens large, rencontre avec Sophie Vannier, co-directrice de La Ruche, premier réseau national d’incubation dédié à l’entrepreneuriat social.

Carine de Boissezon, DDD Groupe EDF : « Raison d’être et stratégie d’innovation sont les pièces d’un même puzzle »

Le 1er décembre aura lieu le grand événement Electric Days d’EDF. Un rendez-vous complètement repensé autour du digital, qui fait la part belle à l’innovation sous toutes ses formes et à la RSE, au cœur de l’événement. Neutralité carbone, changement climatique, intelligence artificielle, nouveaux usages électriques : l’agenda riche en thématiques Good des Eletrics Days nous donne l’occasion de faire le point sur la stratégie RSE de l’énergéticien. Rencontre avec Carine de Boissezon, Directrice du Développement Durable du groupe EDF.

Marie-Anne Debay, membre du C3D et responsable RSE du Groupe Albéa : “Il faut éradiquer le déchet et donc réduire, recycler et réutiliser”

Sur le podium des industries à l’ADN pas franchement good, on compte évidemment celle du packaging. Heureusement, certains savent investir du temps et des moyens pour se transformer. Leader mondial du packaging beauté, Albéa s’engage depuis 15 ans dans une politique RSE solide visant à construire et pérenniser une économie circulaire autour de sa production. Pour en savoir plus sur le parcours de ce mastodonte de l’emballage qui fréquente le plastique, le luxe et leur mutation de très très près, nous rencontrons Marie-Anne Debay, membre du C3D (Collège des Directeurs du Développement Durable) et RSE & Change Communication Manager du Groupe Albéa.