Publicité, l’ennemi facile ?

Dans un rapport intitulé “Encadrer la pub et l’influence des multinationales : un impératif écologique et démocratique” publié la semaine dernière, l’association Les Amis de la Terre, Résistance à l’agression publicitaire (RAP) et Communication sans frontières s’insurgent contre l’industrie publicitaire. Entre condamnation et actions concrètes, la publicité doit évoluer.

Au menu, le portrait glaçant d’une industrie mise en accusation pour incitation à la surconsommation. Au même moment et comme pour insister sur l’urgence, Greenpeace dévoile un rapport co-signé avec le Réseau action climat et la RAP insistant sur la nécessité d’une « loi Évin Climat » pour passer de la parole aux actes et encadrer la pub : interdiction de faire la promotion de produits néfastes pour le climat. Dans le viseur : l’aérien, l’automobile, le maritime et les énergies fossiles. Si la prise de conscience et les actions politiques, associatives et citoyennes ne datent pas d’hier, cette double piqure d’alerte mérite l’attention de tous. Comme le sociologue et militant suisse Razmig Keucheyan l’explique dans son essai « Les besoins artificiels : Comment sortir du consumérisme », la publicité y est pour beaucoup dans la structuration et la prolifération du capitalisme actuel. Technique, moteur, outil, arme, collabo : le champ lexical auquel se rapporte la complexe industrie qu’est celle de la publicité donne le ton. Pour en parler, Les Amis de la Terre dévoilent chiffres à la clés l’impact de la publicité sur l’environnement et sa situation brulante.

Mais si les données parlent, et les critiques font sens, les conseils doivent suivre. Ainsi, l’heure n’est pas qu’à la condamnation, mais aussi aux recommandations concrètes, permettant aux entreprises d’ouvrir de nouveaux horizons à leurs stratégies de communications. Moins d’économique et plus d’humain. Moins de privé, plus de public. Moins de quantitatif, plus de qualitatif. Du concret proposé dans ces deux rapports qui doivent ouvrir une discussion. Entreprises, marques, agences, créatifs : si ces critiques font peur, elles font aussi et surtout sens. Il est impératif de les envisager comme une opportunité d’évoluer. S’armer de ces bilans, et avancer avec le temps.

Dernières publications

Mastercard et Nickel : modèles d’inclusion des transgenres et non-binaires

(contenu abonné) Les personnes transgenres et non-binaires peuvent affirmer plus facilement, en sécurité et sans jugement, leur véritable identité à travers l’utilisation de leur prénom choisi sur leur carte bancaire Mastercard chez Nickel, service bancaire pour tous disponible dans les buralistes.

ONG vs Lobbies

ActionAid France, Les Amis de la Terre France, CCFD-Terre Solidaire, FIDH, Éthique Sur l'Étiquette, Sherpa, Notre Affaire à Tous et Oxfam France ont signé communément un communiqué de presse le 23 novembre dernier pour alerter l’opinion sur une prise de position controversée de la France sur le devoir de vigilance des entreprises. Avec les derniers scandales de Teleperformance,

Comment Colgate-Palmolive aborde le handicap en milieu professionnel

(contenu abonné) Soucieuse d’améliorer la diversité et l’inclusion en interne, la filiale française de Colgate-Palmolive multiplie les efforts en faveur des collaborateurs en situation de handicap. Parmi ses enjeux : améliorer la connaissance des handicaps, libérer la parole et accorder les mêmes chances à tous.

Pourquoi Lyon soumet ses emprunts bancaires à des critères éthiques

(contenu abonné) La capitale de la région Rhône-Alpes intègrera désormais des critères sociaux et environnementaux dans ses choix de banques pour effectuer ses futurs emprunts.

Comment The North Face a conçu sa première collection circulaire

(contenu abonné) Pour la première fois de son histoire, The North Face a présenté cet automne une collection “circulaire” : chaque composant a été analysé et choisi par les designers pour limiter leur empreinte environnementale et garantir que ces modèles pourront être facilement recyclés à la fin de leur vie.