Selon MBWay, la RSE est un critère important dans le choix d’une entreprise pour 55 % des 18/24 ans

MBway, école de commerce et de management, dévoile les résultats d’une enquête** menée par YouGov, à l’occasion du lancement de la première promotion MBway en MBA Management et responsabilité sociale des entreprises. 

Premier enseignement de l’étude : l’importance de RSE est globalement comprise par les Français, mais un travail de pédagogie est encore nécessaire. 

  • Le volet social est le plus important  des 3 volets de la RSE (social, environnement, économique) pour plus de la moitié des Français et ce, peu importe la génération. L’importance du volet social est plus élevée chez les femmes (57 % contre 47% chez les hommes). Le bien-être au travail, l’inclusion touchent le plus les Français.
  • Seuls près de 3 Français sur 10 estiment connaître les enjeux de la RSE au sein de la société ou de leur entreprise avec un pic à 37 % chez les 45/54 ans. 

Deuxième enseignement : les jeunes veulent un poste/une entreprise qui a du sens mais être formés pour acquérir les bonnes compétences

  • La RSE est un critère important dans le choix d’un poste/d’une entreprise pour presque la moitié des Français et pour 55 % des 18/24 ans. Les étudiants sont de plus en plus à la recherche d’un emploi qui a du sens et/ou d’une société à mission. La notion de la raison d’être devient de plus en plus importante dans le choix de son futur métier.
  • L’intégration d’une matière RSE dans les programmes étudiants est jugée utile pour 3/4 des Français. Cette opinion est plus répandue chez les 18/24 ans.
  • La formation spécifique RSE est quant à elle, jugée pertinente par 72 % des Français.
  • La moitié des Français affirme qu’elle embaucherait plus facilement un/e candidat(e) issu(e) d’une formation RSE et 68 % estiment qu’une formation RSE contribuerait à rendre les entreprises et les salariés plus impliqués dans ce domaine.

Pour Philippe Fradin, Directeur, directeur de l’école de management MBway (groupe Eduservices) : « La RSE est une préoccupation montante et doit être enseignée pour une meilleure compréhension des enjeux de l’entreprise et accélérer l’employabilité”. Il ajoute « MBway, et l’ensemble des écoles du groupe Eduservices, sont au plus près des besoins des jeunes et des entreprises. Nous constations un décalage important entre les compétences requises et ce qui est proposé par les écoles. C’est notre rôle d’être force de proposition dans nos formations et de savoir adapter nos enseignements aux changements de la société ». 

Un constat qui a conduit  l’école à lancer le MBA Management et responsabilité sociale des entreprises, accessible aux bac +3/4 et qui se fait en alternance. Il s’agit d’une Certification Professionnelle reconnue par l’État niveau 7 qui forme aux métiers suivants : Entrepreneur, Consultant en Audit RSE, Project Manager Responsable développement durable, Chargé de mission RSE & économie circulaire, Acheteur RSE & compliance Responsable diversité, égalité et inclusion, Responsable QSE, Chargé de communication corporate et RS.** enquête menée en France du 9 au 10 septembre 2021 sur un panel de 1007 personnes représentatives de la population Française (18+)

Dernières publications

Caroline Renoux, fondatrice du cabinet de recrutement Birdeo : « pour la 1ère fois il y a une pénurie de profils RSE »

Le cabinet de recrutement Birdeo, pionnier des cabinets spécialisés dans le développement durable et l’Impact, vient de publier la 5è édition de son étude menée auprès de 800 professionnels de la RSE et du développement durable. Le dynamisme du recrutement en la matière est l’occasion de mesurer la transformation effective des entreprises vers plus de Good. Échanges avec Caroline Renoux, la fondatrice de Birdeo pour décrypter les tendances du marché de l’emploi « durable ».

RH à l’ère Covid-19 et télétravail : le casse-tête

Après quasi un an de collocation avec un virus mondial qui pourrait bien continuer de creuser son sillon, la question du rôle des RH dans un climat de travail complètement réorganisé se pose. Si leur importance n’a jamais été autant soulignée que depuis l’éveil des consciences sur la nécessité de la RSE, c’est aujourd’hui leur structure qui interroge. Comment gérer des équipes et faire régner la solidarité quand les parties prenantes sont toutes dispersées sur des canapés dépareillés ? La culture d’entreprise est-elle une notion obsolète dans un tel contexte ?

Culture d’entreprise : à la recherche du capital éthique

Alors même que certaines entreprises se dotent de “raisons d’être”, le monde du travail continue de faire face à des crises existentielles qui attestent de l’impuissance de nombreuses cultures d’entreprise. Pourtant, bien que la “valeur travail” ne cesse d’être remise en cause pour son manque de sens, notre profession contribue toujours grandement à définir notre identité. Ces différents sons de cloches invitent à réfléchir sur les paradoxes de notre système afin d’en garantir l’intégrité.

« Perma-ingénierie » : la responsabilité éthique des ingénieurs dans l’urgence climatique

En concevant des objets high-tech toujours plus énergivores et polluants, de nombreux ingénieurs se considèrent aujourd’hui partiellement responsables de la dégradation écologique de la planète. Pour éviter le pire, ils invitent leur profession à sortir du techno-solutionnisme pour envisager une éthique de la techno-responsabilité.

Laura Boulet, DGA de l’Union des Marques : “ toutes les entreprises doivent être activistes. La question est : comment ? « 

Après « Tous activistes ? », « Accélérer » : voici le mot d’ordre de la seconde édition de l'événement dédié à la communication et au marketing responsables FAIRe. En amont de cette matinée de rencontres portée par l’Union des Marques qui aura lieu ce jeudi 11 février pour discuter de la communication comme levier de relance éthique et économique, nous rencontrons Laura Boulet, DGA de l’Union des Marques.