Rentrée 2020 ou l’avalanche des rendez-vous du Good

Chaque rentrée le même refrain. Une liste vertigineuse et non-exhaustive de rendez-vous tous  « immanquables » s’impose sur l’agenda des acteurs de tous marchés confondus. Au regard des intitulés de ces salons, festivals et rencontres en tout genre, c’est définitivement le Good qui est à l’honneur, laissant la tech et l’innovation spectaculaire sur le banc. Avec en ligne de mire un monde en mal de vert, l’ampleur de l’urgence appelle à la coalition.

Si le sujet environnemental est longtemps resté en bas de page des agendas politiques et business, il est désormais brandi en étendard des grandes mesures à adopter pour tous et toutes. Et pour cause, la planète brûle. Côté politique, à l’international comme sur le plan national, le branle-bas de combat se cristallise en une multitude de lois, réformes et congrès pour le mieux. Convention biodiversité Chine, Congrès Mondial pour la Nature, Loi NRE, Grenelle 2, Reporting Extra Financier, Loi Énergie Climat, Loi Économie Circulaire, Loi Pacte & Raison D’être, Loi Egalim, Devoir De Vigilance, DPEF : une liste non-exhaustive de mesures comme pour rattraper le retard des prises de conscience et anticiper l’effondrement. Côté business, même débat. 

Après la transformation digitale, la transformation socio-environnementale. Si les marques et entreprises se sont longtemps nourries d’une multitude de rassemblements annuels ayant pour seuls mots d’ordre technologie et innovation, symbole d’une Start-up Nation et d’un paysage international digital et futuriste révolutionnaire, il semblerait que la donne ait changé. Qui dit rentrée dit événements en cascade, et c’est désormais pour le Good que le coeur des entreprises et marques bat. 

Business for Goodde Business CampusLes Universités d’Été de l’Économie de Demainde #NousSommesDemain, le salonPRODURABLESustainable Cities Summitdu Hub Institute,Shift Labde Liberté Living Lab,Change NOW SummitSustainable Brands,Grand Prix de la RSMLes Super Ateliers de l’Innovation et la TransformationE-commerce et RSE de KPMG et FEVAD,Summit4Good de la French Tech, ARPP : Publicité et Développement Durable de Media Institute ou encore Quel numérique pour la planète ? de Festival Transfo : les intitulés parlent pour eux-même et font frôler la tachycardie. Loin du divertissement des parades technologiques conceptuelles et toutes plus surprenantes des classiques CES et Viva Tech faisant presque perdre tout sens de la réalité, le sujet environnemental est on ne peut plus pragmatique : il est urgent de revoir nos modes de production, de repenser nos business models et de penser demain au prisme du trio gagnant et durable : économie + environnement + social.

Workshop, table-rondes, débats, conseils, solutions concrètes : l’idée n’est pas seulement de faire valoir une start-up et pro green, mais bien d’investir tous les acteurs du marché. De la jeune pousse au grand groupe de renom, la RSE n’est pas une affaire de taille, ni de notoriété. En témoignent aussi les intervenants présents à ces événements. Que ce soient les doyens du développement durable et de la production responsable comme Patagonia ou Veja, des associations luttant activement contre l’injustice environnementale comme Sea Sheaperd ou Greenpeace, mais aussi des entreprises ayant déjà intégré depuis plusieurs années la RSE au coeur de leur business comme Maïf ou La Poste, aussi bien que de plus petites entreprises nées de ces aspirations comme Agicool, Ecoact ou encore Phénix, les acteurs du changement sont sur tous les fronts. Et c’est au regard de la consistance de ces programmes, de la diversité de leurs speakers et du réalisme des objectifs et enjeux discutés que nous continuons à penser que le changement s’installe. Que l’économie non seulement doit, mais aussi peut, se concilier au Good. Car si les acteurs de l’industrie capitaliste actuelle multiplient les rencontres comme celles-ci, l’impact ne peut qu’être positif. 

Camille Lingre
Rédactrice en Chef The Good. Diplômée d’un Master en communication et journalisme, elle commence en agence de publicité chez DDB Paris puis intègre la rédaction d’INfluencia en 2017 et passe rédactrice en chef adjointe en 2020. Passionnée de littérature et engagée dans les luttes pour la justice sociale et la reconnaissance des minorités, elle est co-fondatrice d’une club de lecture et podcast féministe et membre de l’association de journalistes AJL.

Dernières publications

Good People de la semaine du 27/04

AssurOne : Alexia Lefeuvre devient directrice de la communication et de la RSE Agnès Callamard nommée secrétaire générale d'Amnesty International Margaux Farvet nommée directrice du Marine stewardship council Elodie Bernardi nommée directrice RSE et développement durable chez l’Oréal France

Notre offre nouveaux récits et brand content

Nous en sommes convaincus : pour que la transformation écologique, sociale et solidaire s’opère dans les entreprises, les décideurs peuvent et doivent compter sur leurs parties prenantes. Leurs salariés, en premier lieu, mais...

Low Tech Lab : En mission sur les eaux du monde pour un futur tout en low tech

Depuis 2015, Corentin de Chatelperron parcourt les océans à bord du Nomade des mers à la rencontre des projets low-tech du monde entier… Son ambition : montrer qu’il est possible de faire mieux avec moins, sans renoncer à l’innovation et au progrès.

Transparence et incitation : les leviers d’une Good Economie

Les Universités d'Été de l'Économie de Demain (UEED) ont organisé les 27 et 28 août à la Cité Internationale Universitaire de Paris deux journées de rencontres et tables rondes pour faire avancer...

Solène Aymon, makesense : “Au cœur de la communauté, il y a la collaboration”

Solène Aymon est Responsable Développement des Communautés au sein de makesense, plateforme centrée sur l’entrepreneuriat social. Elle nous explique comment la crise a amené l’organisation à repenser ses actions, afin de démultiplier son impact grâce à des programmes d’engagement sur le digital. Une source d’inspiration pour les entreprises et les marques : makesense travaille également avec des grands groupes pour implémenter ses bonnes pratiques d’engagement dans le cadre des politiques RSE.