Qui mobiliser pour activer une marque engagée ? », Anne Philippon (Pixelis)

Face à l’urgence de la nouvelle donne planétaire, de nombreuses entreprises ont pris le chemin de l’engagement : certification B-corp, définition d’une raison d’être, passage au statut d’entreprise à mission … Une démarche au niveau « macro » qui doit ensuite se décliner dans tous les aspects de l’activité, pour ne pas être taxée de greenwashing.

Dans la conversion du discours en preuves, l’activation est essentielle. C’est le moment où la marque s’adresse directement au consommateur par l’intermédiaire de son produit. C’est l’occasion de nouer avec lui une relation privilégiée, d’expliquer les engagements et ainsi de motiver l’acte d’achat … ou pas ! Car l’activation est aussi le crash-test de la cohérence de marque : mal conçue, elle peut révéler un « green gap », c’est-à-dire un écart entre les déclarations et les actes. L’activation offre donc l’opportunité d’incarner le sens d’une marque, sa contribution à la société et de répondre aux nouvelles aspirations des consommateurs-citoyens, à l’heure où 78% des Français intègrent l’impact environnemental des marques dans leurs choix de consommation[1]. Reste à savoir comment s’y prendre.

Chez Pixelis, nous avons accompagné un grand nombre d’entreprises dans ce challenge. Nous avons constaté qu’une activation réussie répond à trois critères : elle est cohérente avec l’ADN de la marque, elle répond à des besoins réels de ses clients et elle est responsable vis-à-vis de la société. Autrement dit, à l’ère de la responsabilisation des marques, l’activation doit être singulière, utile et fondamentalement positive. Et pour y arriver, il faut embarquer toutes les parties prenantes.

Mobiliser les équipes et les clients

L’activation responsable met en mouvement l’intégralité des équipes : c’est un changement de culture qui implique aussi bien la direction que le terrain, l’administratif, la production, la commercialisation … Cette nouvelle chaîne de valeur renforce l’adhésion des collaborateurs à la démarche et en fait ses meilleurs ambassadeurs. Sans eux, le message ne peut être pleinement porté. Pire, il pourrait sonner creux.

En bout de chaîne, impliquer le client final se révèle aussi très judicieux. À l’ère digitale, la transparence et la conversation sont de mises. Le consommateur aime quand la marque interagit avec lui et lui propose de vivre une expérience au-delà de l’acte de l’achat. De nombreuses initiatives existent pour engager pleinement le consommateur sur des sujets à impact. C’est ce qu’a fait la marque de baskets Veja, par exemple, sur les enjeux de gaspillage et de consommation responsable. Veja invite ses clients à acheter des paires de seconde main, des prototypes légèrement défectueux ou à faire réparer leurs baskets, directement en magasin, tout en prenant un café sur place. Une expérience singulière qui peut se répliquer aussi chez les distributeurs, afin de les embarquer dans l’aventure de l’activation 2.0.

Faire équipe avec la concurrence pour décupler son impact

En interne comme en externe, l’activation doit être portée par le collectif pour avoir un impact décuplé. Quand Danone soutient les Restaurants du Cœur, elle y associe Volvic, Badoit et Blédina. De même, l’opération J’aime mon bistrot soutient les restaurateurs en regroupant plusieurs enseignes. Face à l’énormité des enjeux sociétaux et environnementaux, la concurrence cède la place à la coopération.

Et quand cette démarche collective se structure sur l’année, cela donne lieu à un nouveau calendrier de la consommation responsable : la rentrée solidaire, Octobre Rose, la semaine du développement durable … Autant de temps forts qui amplifient l’écho des actions individuelles, au bénéfice de grandes causes. Marques engagées, réunissez-vous et faites la différence ensemble !


[1] Selon l’ObsSoCo / Citeo, Observatoire de la consommation responsable, 2020.

Anne Philippon
Anne Philippon
Directrice conseil chez Pixelis. Après un cursus marketing à Paris-Dauphine et des expériences en agences depuis 17 ans, Anne enrichit ses expertises pour une vision branding plus holistique : activations, packagings, plateformes de marque, études qualitatives prospectives, événementiel… tout en intégrant la notion d’impact positif.

Dernières publications

4 conseils de Frédéric Guiral de Haas (Airplum) pour favoriser le “made in France” en 2024

Le "Made in France" en 2024 est une question d'adaptation stratégique et d'affirmation sur la scène internationale selon Frédéric Guiral de Haas, copropriétaire d’Airplum.

Rapport Orée/CGDD/DGEC sur l’appropriation stratégique de la sobriété par les entreprises

Ce rapport est le fruit de réflexions menées avec et pour les entreprises afin que la sobriété passe du concept à la mise en œuvre opérationnelle. Il vise à dresser un état des lieux de la sobriété en France, à présenter la place de celle-ci dans les stratégies et les actions des entreprises à l’heure actuelle, à faire état des indicateurs de suivi mobilisés et à dessiner des perspectives pour accélérer sa mise en œuvre concrète.

Votre fonds est “durable”? Voilà comment le justifier, selon le gendarme européen des marchés

L'Autorité européenne des marchés financiers (Esma) a publié de nouvelles règles pour empêcher l'écoblanchiment dans la finance en imposant des critères pour les fonds se revendiquant durables.

Le collectif “Pour un réveil écologique” en campagne pour mobiliser les jeunes aux élections européennes

Cette campagne du collectif d'étudiants "Pour un réveil écologique" s'associe à une journée de mobilisation le dimanche 26 mai. L’objectif est d’informer les jeunes sur le rôle et l’importance de l’Union Européenne pour accélérer la transition sociale et écologique.

Etude Wenabi : l’engagement solidaire de plus en plus plébiscité par les salariés

Wenabi, acteur expert de l'engagement solidaire qui connecte entreprises et associations pour l'intérêt général, a réalisé une étude qui met en lumière les grandes tendances de l’engagement solidaire en entreprise en 2024.