Quelles sont les (nouvelles) bonnes pratiques pour réduire l’empreinte environnementale du numérique ?

Plus de 10 ans après la publication de son premier référentiel, le collectif GreenIT.fr édite une mise à jour de son document de référence, avec de nouvelles bonnes pratiques et KPIs pour limiter l’impact environnemental du numérique en entreprise. Nouveauté principale : la prise en compte du réseau et l’intégration de KPIs pour faciliter la mesure.

L’objectif du référentiel de maturité GreenIT est simple : il doit permettre de “disposer d’un outil commun pour évaluer les entreprises en termes de maturité et de capacité à réduire les impacts environnementaux, sociaux et économiques de leurs systèmes d’information”, comme le résumait Frédéric Bordage, le fondateur du collectif, lors de la présentation du document.

In fine, disposer d’un cadre commun d’évaluation permet de réaliser une évaluation homogène des pratiques et de comparer des entreprises, des filiales ou des secteurs d’activités entre eux. Mais au-delà du benchmarking, le document est également destiné à aider les entreprises à se préparer aux nouvelles contraintes réglementaires, dont la loi REEN du 15 novembre 2021, visant à réduire l’empreinte environnementale du numérique en France.

74 bonnes pratiques pour un numérique plus responsable

Pour cela, 74 bonnes pratiques pour un numérique plus responsable sont proposées, à compléter par les autres listes de bonnes pratiques plus spécifiques, sur l’éco-conception des applications et des services numériques, ainsi que sur le contenu, publiées par le collectif.

Ces bonnes pratiques numériques prennent en compte les différents aspects de la vie des systèmes d’information, avec un accent particulier sur le matériel, qui représente l’essentiel des impacts environnementaux. Des achats jusqu’à la gestion des déchets électroniques, les pistes d’amélioration sont nombreuses. Notamment, il est recommandé de limiter le nombre d’écrans par employés, malgré le développement de la pratique du double écran en entreprise. S’assurer que la puissance des terminaux proposés aux collaborateurs est bien en adéquation avec leurs besoins réels est aussi un levier sur lequel agir.

Chacune de ces 74 bonnes pratiques intègre désormais des KPIs pour mesurer leur application et faciliter les comparaisons entre entreprises. Par exemple, pour être en conformité avec la bonne pratique “Favoriser les réseaux de télécommunication les moins énergivores”, la quantité de données échangées en 2/3/4/5G qui pourraient être réalisées en fibre ou DSL doit être inférieure ou égale à 25%.

Prendre aussi en compte les impacts du réseau

Alors que la précédente version de ce référentiel datait de 2017, une mise à jour s’imposait afin de prendre en compte l’évolution des pratiques et des systèmes d’information. Certaines recommandations historiques ont ainsi été abandonnées ou modifiées. C’est le cas par exemple du fait de louer le matériel informatique au lieu de l’acheter. Si l’idée derrière cette recommandation était de rallonger la durée de vie des équipements, et donc leur coût environnemental, dans les faits il s’avère impossible de mesurer la réalité de cet impact puisque tout dépend des pratiques du loueur.

La nouveauté principale de l’année est la prise en compte des impacts des réseaux de télécommunication, avec l’ajout de cinq bonnes pratiques : activer les fonctions d’économie d’énergie des équipements actifs du réseau (switch, etc.), acheter des équipements réseau compatibles avec le protocole EEE (Energy Efficient Ethernet), acheter des équipements réseau respectant les exigences ASHRAE classe A3-A4, adapter la dimension du réseau aux besoins réels et au juste nécessaire et favoriser les réseaux de télécommunication les moins énergivores.

Néanmoins, comme le précise Frédéric Bordage, “aujourd’hui, très clairement, l’environnement de travail de l’utilisateur – les écrans, les ordinateurs, etc. – représente dans 99 % des cas le principal poste d’impact du système d’information, même si le réseau augmente.” C’est donc sur ce levier qu’il est le plus pertinent d’agir en priorité pour avancer sur la voie de la sobriété numérique.

Benoit Zante
Journaliste spécialisé dans les sujets de l'innovation, du marketing et de la transformation digitale, Benoit Zante couvre les grands événements technologiques mondiaux pour identifier et analyser les tendances émergentes. Il est aussi l'auteur de "Les défis de la transformation digitale" aux éditions Dunod.

Dernières publications

fruggr, la solution pour décarboner le numérique

Depuis 2020, fruggr déploie son expertise pour réduire le bilan carbone du numérique des entreprises. Start-up à impact, elle vient d’obtenir 3 distinctions qui témoignent de la pertinence de son modèle et du besoin des entreprises d’agir pour diminuer les conséquences de leurs activités sur l’environnement et la société. Elle est présente à Rennes, Nantes et Paris et compte déjà 50 collaborateurs.

Scoring environnemental : “il faut que les fabricants en tirent une valeur ajoutée réelle”

Fondateur de la startup Ubebest, Martin Bonte développe des outils dédiés à l’information environnementale pour les équipements électriques et électroniques. Pour The Good, il présente cette startup incubée par “10G”, l’incubateur du Parisien et revient sur les enjeux du secteur.

Pollution numérique : Planet Tech’Care à la rescousse

Où en est-on de la transition verte du numérique ? Aussi révolutionnaire soit le digital et ses usages déclinables à l’infini, il pollue et son ascension ne laisse pas présager que du Good. Pour limiter les dégâts, des acteurs et actrices se mobilisent. Parmi eux : Planet Tech’Care. Rencontre avec Véronique Torner, administratrice de Syntec Numérique, chargée du Programme Numérique Responsable qui pilote Planet Tech’Care pour un état des lieux de l’impact environnemental du numérique et ses solutions.

Technologie et impact : la compensation suffit-elle à sauver la planète ?

Pour une IT durable et dans la poursuite de sa stratégie RSE, le géant chinois de l'électronique Lenovo développe une solution intitulée « Compensation CO2 ». Un système de compensation des émissions carbone de ses produits par une contribution à divers projets environnementaux. Pour parler urgence climatique, impact du numérique et solutions à court et long terme, rencontre avec Éric Lallier, Président Directeur Général, Lenovo France.