Que reste-t-il de la Convention Citoyenne pour le Climat ?

Présenté par la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili mercredi 10 février en Conseil des ministres, le projet de loi des 150 de la Convention Citoyenne pour le Climat ébauché il y a près de deux ans déjà semble peu à peu perdre les faveurs de tou.te.s. Intitulé « Climat et Résilience », il s’apprête à entrer au parlement et laisse planer le doute sur la résilience du corps politique.

69 articles au total reprenant les propositions de la Convention de 150 citoyens tirés au sort pour travailler sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Une initiative qui en avril 2019 se voulait révolutionnaire, engageante et porteuse de sens pour tou.te.se. Si le dossier semble épais, les écologistes, ONG et la gauche le jugent malheureusement pas assez ambitieux et impactant, tandis que la droite et le grand capital y voient un rapport trop chargé et vidé de sa substance. 

Après tout, comme pour la “PMA pour toutes” et tous les autres projets de loi qui ne vont pas en faveur de l’ordre établi, les navettes, discussions et amendements tendent à se succéder comme pour essouffler l’engagement des parties engagées et vider de sens la proposition initiale. 

Jugé éreintant et enquiquinant par l’opposition, le projet de loi visant à une régulation plus stricte en matière de transition écologique via la participation à la décision publique pourrait bien tarder à voir le jour. Alors même que les citoyens s’activent, que les marques s’engagent dans un virage vert et que les stratégies globales des entreprises s’affairent toutes ou presque autour de la relance verte, les politiques traînent. Pourtant, il ne s’agit pas là d’une affaire d’opinion mais bien d’urgence. Avec pour objectif principal la réduction d’au moins 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030, les propositions font grincer des dents les acteurs des industries aux gros portefeuilles. 

Après sa présentation en Conseil des ministres, la prochaine étape consiste en une première lecture à l’Assemblée nationale prévue en mars 2021, avant la navette parlementaire. Affaire à suivre, mais jusqu’à quand ?! 

Camille Lingre

Camille Lingre
Journaliste, ex rédac chef de The Good. Diplômée d’un Master en communication et journalisme, elle commence en agence de publicité chez DDB Paris puis intègre la rédaction d’INfluencia en 2017 et passe rédactrice en chef de The Good à son lanncement. Passionnée de littérature et engagée dans les luttes pour la justice sociale et la reconnaissance des minorités, elle est quitte en mai 2021 sa fonction de rédactrice en chef pour se consacrer au lancement de sa librairie.

Dernières publications

Santiago Lefebvre, CEO de ChangeNOW : “Nous devons et pouvons faire de la France le creuset de cette nouvelle renaissance environnementale et sociale”

Depuis 2017, ChangeNOW fédère des dizaines de milliers d’acteurs du changement autour d’un salon annuel riche en rencontres et réflexions. Avec en ligne de mire un écosystème de l’impact de plus en plus riche et mature, les enjeux évoluent. En amont de la 4ème édition digitale de son sommet international qui aura lieu du 27 au 29 mai 2021, le fondateur et CEO de ChangeNOW Santiago Lefebvre fait le point avec nous sur l’évolution de l’entrepreneuriat à impact à la française. Interview.

Quels changements derrière le brouhaha d’une « mode durable » ?

Découvert dans une récente trendsletter de l’agence créative Peclers Paris, le dernier rapport des Nations Unies "Durabilité et Circularité dans la Chaîne de Valeur Textile" nous questionne sur l’évolution de l’empire Mode dans sa conquête d’un horizon plus vert. Si depuis plus de 10 ans on entend parler de révolution à venir du prêt-à-porter et de la mode responsable, qu’en est-il vraiment ? Est-ce un leurre de penser qu’une telle industrie puisse réellement changer alors même que tout son succès se base sur des principes aux antipodes de ceux d’un monde durable ? Les jeunes pousses et autres pépites d’une mode Good doivent-elles suffire à nous convaincre ?

Emballages plastique : qu’attendent les marques pour s’en séparer ?!

: Passé le premier anniversaire de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, sa phase finale approche enfin. Tandis que la Commission européenne doit bientôt adopter des lignes directrices sur ce que signifient en pratique les dispositions concernant les plastiques à usage unique, les discussions autour de la Convention Citoyenne pour le Climat continuent et les prochaines semaines seront déterminantes pour les secteurs de l'emballage et de la gestion des déchets. Qu’en pensent les Français et comment se plient-ils au changement ? Tipa fait le point en étude via Ipsos.Digital et visiblement, les consommateurs attendent les entreprises au garde à vous.

Le téléphérique urbain peut-il révolutionner la mobilité des villes ?

Loin d’être l’apanage des skieurs et des touristes, le téléphérique est aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs moyens d’épouser la géographie des villes sans dégrader l’environnement. Témoignage avec Victor Antonio, directeur des mobilités à Brest Métropole, première ville de France à déplacer 800 000 personnes dans les airs chaque année.

2021, le point sur les alternatives au plastique

Si nous ne cassons pas l’économie linéaire absurde du plastique à usage unique, son volume pourrait doubler et les déchets rejetés dans l’océan tripler pour atteindre 600 millions de tonnes en 2040 (Source Helen Mc Arthur Foundation). Les entreprises doivent changer d’urgence et abandonner leur modèle de prédation de l’environnement. Comment passer des paroles à l’action ? Décryptage des tentatives très créatives de greenwashing des géants de la pétrochimie. Un marché de 360 milliards d’euros, rien qu’en Europe*.