Publication d’une enquête sur l’éco-anxiété chez les jeunes Français

L’étude a pour ambition de mieux saisir l’état d’esprit des jeunes éco-anxieux et la manière dont ils perçoivent l’aspect personnel, intime, collectif et politique de l’imminence du réchauffement et de ses conséquences.

Marie Caillaud, Rémi Lauwerier et Théo Verdier publient le 25 octobre 2022 avec la Fondation Jean-Jaurès et le Forum français de la jeunesse une enquête qualitative sur l’éco-anxiété chez les jeunes Français de 18 à 30 ans. L’étude a pour ambition de mieux saisir l’état d’esprit des jeunes éco-anxieux et la manière dont ils perçoivent l’aspect personnel, intime, collectif et politique de l’imminence du réchauffement et de ses conséquences.

La colère constitue l’émotion la plus partagée par les éco-anxieux du panel. Cette « éco-colère » naît de la dichotomie entre, d’une part, le sentiment d’urgence des répondants ainsi que leur engagement personnel et, d’autre part, le constat qu’ils font d’une relative inaction à l’échelle collective, dans leur cercle proche, sur leur lieu de travail et dans la vie publique. Leur irritation se dirige principalement contre « ceux qui ont le pouvoir », décideurs publics et privés.

En France, 37% des 16-25 ans hésitent à avoir des enfants face à la perspective du changement climatique. Une indécision largement présente dans le panel, où trois arguments sont cités en faveur d’une renonciation au projet parental. Il s’agit tout d’abord de préserver les « générations futures » et ses enfants à naître d’un monde aux conditions de vie incertaines. Autre raison : limiter sa propre empreinte sur le climat, la naissance d’un enfant étant perçue comme une contribution potentielle à la surpopulation. Enfin, près d’un tiers du groupe d’étude, en viennent à interroger les raisons qui les amènent à souhaiter avoir des enfants. Face aux conséquences du dérèglement climatique, le désir de fonder une famille apparait alors « égoïste », relevant de la satisfaction d’un besoin personnel.

Les entretiens conduits par les auteurs de ce rapport ont permis d’illustrer la diversité de parcours et d’expérience qui fait croître la préoccupation climatique des individus du panel. Certains font état d’un déclic soudain, comme l’émergence du mouvement Fridays for future en 2018. La majorité du panel souligne toutefois la montée progressive de leur préoccupation au regard de la prégnance des enjeux climatiques depuis l’enfance dans leur cercle familial, leur parcours scolaire et l’actualité, sur les réseaux sociaux et les médias traditionnels. La moitié du panel fait état du rôle de leurs parents dans leur sensibilisation aux enjeux environnementaux.

Dernières publications

Mastercard et Nickel : modèles d’inclusion des transgenres et non-binaires

(contenu abonné) Les personnes transgenres et non-binaires peuvent affirmer plus facilement, en sécurité et sans jugement, leur véritable identité à travers l’utilisation de leur prénom choisi sur leur carte bancaire Mastercard chez Nickel, service bancaire pour tous disponible dans les buralistes.

ONG vs Lobbies

ActionAid France, Les Amis de la Terre France, CCFD-Terre Solidaire, FIDH, Éthique Sur l'Étiquette, Sherpa, Notre Affaire à Tous et Oxfam France ont signé communément un communiqué de presse le 23 novembre dernier pour alerter l’opinion sur une prise de position controversée de la France sur le devoir de vigilance des entreprises. Avec les derniers scandales de Teleperformance,

Comment Colgate-Palmolive aborde le handicap en milieu professionnel

(contenu abonné) Soucieuse d’améliorer la diversité et l’inclusion en interne, la filiale française de Colgate-Palmolive multiplie les efforts en faveur des collaborateurs en situation de handicap. Parmi ses enjeux : améliorer la connaissance des handicaps, libérer la parole et accorder les mêmes chances à tous.

Pourquoi Lyon soumet ses emprunts bancaires à des critères éthiques

(contenu abonné) La capitale de la région Rhône-Alpes intègrera désormais des critères sociaux et environnementaux dans ses choix de banques pour effectuer ses futurs emprunts.

Comment The North Face a conçu sa première collection circulaire

(contenu abonné) Pour la première fois de son histoire, The North Face a présenté cet automne une collection “circulaire” : chaque composant a été analysé et choisi par les designers pour limiter leur empreinte environnementale et garantir que ces modèles pourront être facilement recyclés à la fin de leur vie.