Prix les Margaret : comment la Suédoise Linnéa Kornehed veut révolutionner le transport routier par l’lA

Première entrepreneuse au monde à mettre un camion autonome sur une route publique, la Suédoise Linnéa Kornehed développe avec sa startup Einride des véhicules de livraison autonomes à propulsion électrique utilisant l’intelligence artificielle pour permettre planification d’itinéraires en direct et suivi logistique. Cette année, elle est nommée au prix les Margaret de la JFD, le mouvement de l’innovation au féminin présidé par Delphine Remy-Boutang, CEO the Bureau & JFD. Rencontre avec Linnéa Kornehed pour parler entrepreneuriat et digital au service d’une mobilité écoresponsable. 

The Good : Que signifie le Prix les Margaret pour vous et en quoi votre engagement en faveur de l’entrepreneuriat est-il politique ? 

Linnéa Kornehed : Être une femme dans la technologie a ses difficultés et en tant que fondatrice, il est de la plus haute importance pour moi de partager mon parcours dans l’espoir d’inspirer et d’ouvrir des portes aux femmes du monde entier. En commençant comme développeuse, j’ai vite constaté la différence d’opportunités liée au genre sur le lieu de travail et Einride en a fait un élément central de sa mission pour construire une entreprise qui changera le monde grâce à la mobilité. Le Prix Les Margaret célèbre les femmes pionnières qui ont ouvert des portes, et je suis ravie de faire partie de celles qui ouvrent la voie à un avenir meilleur.  

The Good : Pouvez-vous nous parler de votre parcours et de la genèse de l’idée d’Einride ?

L.K. : Le changement climatique est le défi le plus important auquel nous sommes confrontés aujourd’hui. Mon parcours est fondé sur l’espoir de faire évoluer les choses grâce à la technologie. Avec mes co-fondateurs Filip Lilja et Robert Falck, nous avons mis nos idées en commun dans l’espoir de moderniser l’industrie archaïque du fret dont l’impact sur le climat est désastreux. 

L’humanité a une capacité créative infinie, mais dans de nombreux domaines, nous restons résistants au changement. L’industrie du fret routier est responsable de 7 % des émissions mondiales de CO2 et consomme plus de 5 millions de barils de pétrole par an. Einride a été lancé en 2016 comme un rêve, fondé sur la conviction que l’ère de l’autonomie et de l’électrification nous donne la possibilité de créer une version plus souhaitable de l’avenir, qui soit alignée sur les valeurs centrées sur l’homme et les besoins écologiques de notre planète. Avec le transport électrique autonome et une plateforme intelligente de mobilité du fret, nous pouvons changer le fret routier pour de bon. 

The Good : Mobilité et transport autonome : quels enseignements pouvez-vous nous donner sur ce défi ambitieux ? 

L.K. : Perturber un secteur n’est pas facile ! L’élimination des émissions de CO2 qui provoquent un changement climatique rapide est l’un des plus grands défis auxquels l’humanité est confrontée. J’ai appris de nombreuses leçons en cours de route, mais une chose est sûre, c’est que cela ne peut pas se faire seul. 

Einride a rassemblé certains des plus brillants esprits à travers le design et la technologie, en mêlant les âges, les genres et les origines, pour construire un avenir meilleur par les visages de l’avenir. Il faut une approche globale pour créer une solution globale et nous apprenons constamment de nos équipes et de nos partenaires dans le monde entier. Le jour où nous pensons tout savoir, c’est le jour où nous ne sommes pas compétitifs. Nous devons continuer à innover et à trouver des solutions pour l’avenir, et c’est ce qui nous motive et c’est pourquoi nous ne pouvons pas échouer. 

The Good : Quelles sont les principales questions liées à la mobilité écologique autonome et au transport de livraison ? Comment votre solution parvient-elle à les surmonter ?

L.K. : Le transport routier national est responsable d’environ 30 % des émissions de gaz à effet de serre de la Suède. Einride élimine presque toutes les émissions et réduit les coûts de transport de moitié grâce à un transport numérique, électrifié et autonome qui offre une alternative durable au transport commercial.

Einride permet de réduire les coûts de carburant et d’énergie de 70 %, de diminuer les coûts de transport de 30 %, ceux d’exploitation de 60 %, d’augmenter la productivité de 200 %, et de réduire les émissions de CO2 de 90 %. Notre objectif est que Einride soit utilisé dans 40 % des transports routiers suédois d’ici 2035, ce qui réduirait les émissions de gaz à effet de serre suédoises d’un équivalent de 40 %. Nous prévoyons également une expansion ambitieuse en Europe et aux États-Unis. 

The Good : Quels outils/partenaires avez-vous saisis pour mesurer au mieux l’impact de votre nouveau système et de son développement ?

L.K. : Chez Einride, nos partenaires témoignent de l’impact évident de notre technologie et de l’importance de notre travail. Nos clients, dont Oatly, Lidl et Electrolux, qui expédient tous des produits très différents, ont une chose en commun : ils défendent la durabilité et nous sommes fiers d’être leur choix pour réduire leur impact sur le climat. Ensemble, nous nous améliorons constamment et nous apprenons d’eux alors qu’ils déploient notre technologie et nos pods dans tout le pays. Notre force dépend de la volonté de nos partenaires de nous accompagner dans cette aventure. 

The Good : Avez-vous des objectifs clés à nous communiquer sur votre ambition pour 2021 avec Einride ? 

L.K. : En 2021, nous continuerons à nous concentrer sur l’avancement de notre technologie, mais aussi à renouveler notre engagement à constituer des équipes toujours plus résilientes, en vue de changer la perception du transport routier et de le rendre inclusif et passionnant pour les esprits brillants qui cherchent à changer l’avenir. Nous prévoyons de continuer à paver la route du fret autonome, de faire progresser notre technologie et de forger de nouveaux partenariats. 

Nous prévoyons également de nous pencher sur l’investissement dans notre équipe et nos valeurs fondamentales, de défendre des initiatives et de sensibiliser à la nécessité d’augmenter le nombre de femmes dans le secteur du transport et de renforcer notre engagement en faveur de la durabilité.

Camille Lingre
Rédactrice en Chef The Good. Diplômée d’un Master en communication et journalisme, elle commence en agence de publicité chez DDB Paris puis intègre la rédaction d’INfluencia en 2017 et passe rédactrice en chef adjointe en 2020. Passionnée de littérature et engagée dans les luttes pour la justice sociale et la reconnaissance des minorités, elle est co-fondatrice d’une club de lecture et podcast féministe et membre de l’association de journalistes AJL.

Dernières publications

Marie-Anne Debay, membre du C3D et responsable RSE du Groupe Albéa : “Il faut éradiquer le déchet et donc réduire, recycler et réutiliser”

Sur le podium des industries à l’ADN pas franchement good, on compte évidemment celle du packaging. Heureusement, certains savent investir du temps et des moyens pour se transformer. Leader mondial du packaging beauté, Albéa s’engage depuis 15 ans dans une politique RSE solide visant à construire et pérenniser une économie circulaire autour de sa production. Pour en savoir plus sur le parcours de ce mastodonte de l’emballage qui fréquente le plastique, le luxe et leur mutation de très très près, nous rencontrons Marie-Anne Debay, membre du C3D (Collège des Directeurs du Développement Durable) et RSE & Change Communication Manager du Groupe Albéa.

Emballages plastique : qu’attendent les marques pour s’en séparer ?!

: Passé le premier anniversaire de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, sa phase finale approche enfin. Tandis que la Commission européenne doit bientôt adopter des lignes directrices sur ce que signifient en pratique les dispositions concernant les plastiques à usage unique, les discussions autour de la Convention Citoyenne pour le Climat continuent et les prochaines semaines seront déterminantes pour les secteurs de l'emballage et de la gestion des déchets. Qu’en pensent les Français et comment se plient-ils au changement ? Tipa fait le point en étude via Ipsos.Digital et visiblement, les consommateurs attendent les entreprises au garde à vous.

Quels changements derrière le brouhaha d’une « mode durable » ?

Découvert dans une récente trendsletter de l’agence créative Peclers Paris, le dernier rapport des Nations Unies "Durabilité et Circularité dans la Chaîne de Valeur Textile" nous questionne sur l’évolution de l’empire Mode dans sa conquête d’un horizon plus vert. Si depuis plus de 10 ans on entend parler de révolution à venir du prêt-à-porter et de la mode responsable, qu’en est-il vraiment ? Est-ce un leurre de penser qu’une telle industrie puisse réellement changer alors même que tout son succès se base sur des principes aux antipodes de ceux d’un monde durable ? Les jeunes pousses et autres pépites d’une mode Good doivent-elles suffire à nous convaincre ?

Positive Media Project by Publicis Media : “Le désilotage des démarches RSE est un accélérateur évident”

En marge de la querelle législative entre politiques, lobbys, associations et marques sur la question d’un nouveau cadre de régulation de la publicité et sur fond d’urgence environnementale, des projets se développent et nous animent. En tête de gondole, le Positive Media Project. Un espace de réflexion/solution hybride visant à engager une démarche de co-construction pour améliorer la performance responsable de la publicité avec des solutions concrètes. Au sortir de leur première session d’ateliers, rencontre avec Adélaïde Chassort, Marie-Laure Monnet, Laurent Capion et Nicolas Vogtenberger chez Publicis Média.

Les marques doivent-elles craindre les collectifs écologistes ?

De plus en plus de collectifs tentent d’entraver les activités économiques des marques afin de les mettre face à leurs responsabilités environnementales. Dernier cas en date, le groupe « La Ronce » dont les militants ont dérobé des milliers de bouchons de paquets de sucre pour dissuader les producteurs d’employer des insecticides tueurs d’abeilles. Une riposte redoutable contre laquelle les marques n’ont d’autres choix que de dialoguer.