More

    Où en est-on de la transition agricole ?

    L’annonce du report du Salon International de l’Agriculture 2021 donne à penser. Quelles sont les priorités sur ce sujet et les initiatives naissantes ? Un petit état des lieux de la transition agricole s’impose.

    Au-delà de son aspect symbolique, historique et fédérateur, l’annuelle grand-messe de l’agriculture proposée par le SIA est aussi et surtout l’occasion d’officialiser les attentes et enjeux de cette industrie sur l’année à venir. Comme Challenges le rappelait l’an passé, il y a plus de visiteurs au Salon de l’Agriculture que d’exploitations agricoles en France ! En 2019, on y comptait pas moins de  633213 visiteurs, vs 437.400 exploitations agricoles sur le territoire. Alors après l’annonce de l’annulation de l’édition 2021, quelle conclusion devons-nous tirer ? Agriculture biologique, labellisation, innovation et refonte des parcours de production : l’industrie agricole française s’oriente on ne peut plus franchement vers un modèle durable et responsable et le bilan de cette industrie en termes d’impact positif mérite d’ailleurs le coup d’œil ! Pour parer à ce manque de visibilité, par ici quelques initiatives récentes qui devraient vous charmer. 

    Evénement : le Festival d’Alternatives Alimentaires (FAA) qui défend depuis 5 ans les valeurs de l’agriculture paysanne. La FAA rassemble aujourd’hui une trentaine d’associations, citoyens, et organisations agissant pour promouvoir une alimentation de qualité, saine, accessible à tous, et produite à proximité du consommateur selon des pratiques respectueuses de l’environnement et de la biodiversité. En plus de constituer un collectif d’acteurs sur ces enjeux, le FAA organise également de nombreuses actions de sensibilisation à destination du grand public dont le Festival des Alternatives Alimentaires est le rendez-vous phare annuel.

    Collectif : La Troisième Voie des Filières Agricoles Responsables co-fondé par Demain La Terre en 2018 et à l’initiative de quatre acteurs majeurs de l’agriculture française, il a pour mission de fédérer et promouvoir les initiatives d’agriculture responsable dans toutes les filières. 

    La raison d’être du Collectif de la Troisième Voie des Filières Agricoles Responsables est de fédérer les structures de filières agricoles responsables engagées dans des initiatives d’amélioration de la durabilité et de la qualité des produits et créatrices de valeur. D’ici 2023, le Collectif compte représenter 20 % de la production agricole française. Concrètement, il s’engage à promouvoir les produits agricoles (bruts et transformés) issus des filières agricoles responsables, en communicant sur les bénéfices et fondamentaux.

    Application : Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, en partenariat avec les Chambres d’agriculture, a lancé « Frais et local », une plateforme permettant d’identifier facilement les producteurs des réseaux partenaires et leurs points de vente près de chez vous, pour manger sain et responsable

    Entreprises : l’Initiative pour le développement durable dans l’agriculture (SAI). Co-fondée par Nestlé, Danone et Unilever en 2002, l’Initiative pour le développement durable dans l’agriculture de l’industrie alimentaire (plateforme SAI – Sustainable Agriculture Initiative) compte désormais 22 grandes entreprises actives dans le commerce ou la production alimentaire.

    Lieu : La Cité de l’Agriculture de Marseille est un lieu alternatif créé par l’entrepreneuse Marion Schnorf en 2018 et dédié à l’agriculture urbaine. Un moyen de décloisonner ce secteur et le rendre accessible au plus grand nombre. La Cité de l’Agriculture regroupe plusieurs « pôles » : un centre de ressource avec 700 livres en libre accès, une cantine pour se restaurer et un espace événementiel avec une programmation culturelle et artistique adaptée. 

    Camille Lingre
    Rédactrice en Chef The Good. Diplômée d’un Master en communication et journalisme, elle commence en agence de publicité chez DDB Paris puis intègre la rédaction d’INfluencia en 2017 et passe rédactrice en chef adjointe en 2020. Passionnée de littérature et engagée dans les luttes pour la justice sociale et la reconnaissance des minorités, elle est co-fondatrice d’une club de lecture et podcast féministe et membre de l’association de journalistes AJL.

    Dernières publications

    Greenweez : “Nous nous définissons comme des « engagés pas parfaits »”

    800 000 clients et une croissance qui ne subit aucunement la crise, Greenweez, première plateforme e-commerce BIO en Europe (Groupe Carrefour) nous livre ses enseignements sur la transformation du rapport à la consommation, à la fois bio et en ligne. Un an après l’arrivée de la Covid-19, on fait le point avec Romain Roy, dirigeant et fondateur engagé de Greenweez.

    Good Pouce : quand les petits inspirent les grands

    Au même titre que les parents apprennent beaucoup de leurs enfants, les grandes entreprises ont tout intérêt à s'arrêter un instant devant le génie des jeunes pousses en ébullition. Nées dans un contexte socio-environnemental en panique, leur modèle se veut Good, from scratch, et leurs succès prouvent à tous et toutes que business et green sont loin d’être des notions antinomiques.

    Emery Jacquillat : « Le renoncement d’aujourd’hui est le profit de demain »

    En 2020, 88 entreprises sont devenues sociétés à mission et 10 000 pourraient faire évoluer leurs statuts d’ici 2025. Nous rencontrons Emery Jacquillat, Président de La Communauté des Entreprises à Mission et PDG de Camif, pour une analyse des résultats du tout premier Observatoire des Sociétés à Mission.

    Good Pouce #2 : La tête dans les nuages donne un second souffle aux Montgolfières

    La tête dans les nuages (LTDN) est une entreprise éco-responsable qui s’inscrit dans l’économie sociale et solidaire. Basée en Seine-Saint-Denis, cette jeune start-up s’appuie sur le principe de  l’upcycling et transforme des...

    Campagne en ville : des paniers végétaux bio et locaux dans les gares, pour bientôt !

    “Renforcer les liens au sein des ruralités et avec l’urbain”, c’est la proposition de Boutiques de mon Village : une jeune entreprise portée par Niels Julien-Saint-Amand qui vient de s’installer dans la Val d’Oise et compte bien disrupter nos manières de consommer. Après le kiosque en libre service de produits fermiers issus des circuits courts par JCDecaux, coup d’oeil sur ce projet Good.