Nouveau cap pour Hermès dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre

Dans la lignée de son modèle de production artisanale faiblement émetteur de CO2, Hermès a partagé ses nouveaux objectifs en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Validés par l’initiative Science Based Targets (SBTi), ces objectifs ont été revus à la hausse pour s’aligner sur une trajectoire inférieure à 1,5°C de réchauffement climatique. 

Pour garder ce cap, Hermès souhaite réduire de 50,4% ses émissions des scopes 1 et 2 et de 58,1% ses émissions du scope 3 d’ici 2030. La maison s’engage à couper de moitié l’empreinte carbone par m² de ses surfaces immobilières construites ou rénovées d’ici 2030. La maison compte mettre en place 100% d’électricité renouvelable au sein de ses opérations directes d’ici 2025 et approvisionner tous ses sites sur le territoire national en électricité verte made in France. 

Sa politique environnementale a été récompensée par un résultat positif “A-” dans l’évaluation 2021 du classement CDP axé sur la lutte contre le changement climatique. Ce classement incite les entreprises à devenir transparentes sur leurs actions environnementales et à ouvrir la voie pour un avenir net zéro, durable et positif pour la planète. 4 questionnaires sont disponibles chacun portant sur un thème : les changements climatiques, les chaînes d’approvisionnement, la sécurité de l’eau et les forêts. Une note est ensuite attribuée. Pour sa troisième année de participation, Hermès se positionne dans la catégorie “Leadership level”. Le CDP est par ailleurs aligné sur le TCFD (Task force on Climate-related Financial Disclosures) soutenu officiellement par la maison depuis décembre 2020. Le TCFD émet des recommandations pour aider les entreprises à améliorer leurs communications en matière d’informations financières liées au climat.

Les nouveaux engagements de la maison s’inscrivent dans les initiatives déjà présentes en termes de durabilité : 

  • intégrer un parcours circulaire pour son processus de fabrication, 
  • concevoir des matières alternatives innovantes, 
  • être dans une démarche d’inclusion et de diversité pour ses effectifs salariés,
  • assurer un environnement de travail propice au bien-être de chacun 
  • revitaliser activement ses territoires, 
  • s’inscrire dans un écosystème local et durable, 
  • assurer la traçabilité des matières, 
  • certifier ses filières d’achats, 
  • maîtriser sa consommation d’eau et d’énergie, mais aussi son empreinte carbone

Dernières publications

Législatives : le soulagement des ONG en faveur du climat

Pour le Réseau action climat (RAC), principale alliance d'associations environnementales, le résultat dimanche des législatives démontre un "refus de l'extrême-droite" tout comme un "refus de la politique" de la majorité présidentielle sortante, "encore bien trop peu ambitieuse sur la transition écologique".

« Réconcilier durabilité et prospérité », Corinne Mrejen (Les Echos/Le Parisien)

Le Grand Prix de la Good Economie récompense les initiatives responsables des entreprises et des territoires pour mieux célébrer les transitions sous l’angle des solutions et de l’action, en réconciliant durabilité et prospérité.

Climat: engagements insuffisants pour les entreprises non cotées, pointe une ONG

Seules 40 des 100 plus grandes entreprises mondiales non cotées en bourse se sont fixé l'objectif de parvenir à zéro émissions nettes de CO2 (ou "net zéro"), beaucoup moins que les sociétés cotées, selon un rapport publié lundi par l'ONG Net Zero Tracker.

Etude Bartle/Birdeo/ESSEC Business School : la durabilité transforme l’ensemble des métiers

Le rapport analyse des tendances, conduit à la formulation de recommandations stratégiques dans chaque métier et met en exergue cinq conclusions.

Le Sommet Virtuel de la Mobilité Durable se tiendra du 18 au 29 mars

Du 18 au 29 mars, le Sommet Virtuel de la Mobilité Durable entend accélérer la décarbonation des mobilités dans les organisations et sur les territoires.