Nous sommes entrés dans la 2ème ère de l’utilité digitale

Le digital serait responsable de 4% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Sandrine Vissot-Kelemen, Présidente de Razorfish France, Publicis Groupe, invite les professionnels du digital à se mobiliser pour faire converger transformation digitale et transition écologique.

Après une enfance faite d’explorations tous azimuts et une adolescence faite d’ubérisations et de transformations multiples, le digital attaque son âge adulte. Celui de la responsabilité.

Pourquoi responsabilité ? Car le digital est tout sauf virtuel – seule l’ancienne génération oppose encore le monde digital au monde physique. Il est fait de tuyaux, de bases de données, de serveurs, d’écrans, de design, d’interactions, de contenus, de commerce, etc. Il est même à l’origine de plus de 4% des émissions de GES* dans le monde.

En plus d’être physique, il est partout, dans toutes les mains. Dans presque tous les objets et toutes les chaînes de production. Dans les services. Dans les boutiques. Il fait partie intégrante de nos vies et forcément, à ce titre, il est au cœur de multiples tensions qu’il ne peut ignorer. Il est entré en société.

Entre liberté d’expression et manipulation, entre vent de démocratie et dérives populistes, entre parcours ultra-personnalisés et protection de nos données personnelles, entre recherche de monétisation et désir d’autonomie face aux GAFAM** tout puissants, entre hyper connectivité et droit à la déconnexion, entre le digital à portée de main et le digital qui exclut, entre futile et utile, le digital questionne. Il doit trouver sa juste place.

Nous, les entreprises – et les professionnels du digital en particulier, les « digital-makers », devons-nous saisir pro-activement de ces questionnements et des zones de méfiance qu’il suscite. A fortiori quand 55% des Français ont pris conscience de l’empreinte écologique de leurs usages digitaux mais ont encore du mal à modifier leurs usages en profondeur[1]. A fortiori quand la France est en pointe sur le plan législatif – avec une PPL REEN*** qui est une première mondiale et qui vise à responsabiliser tous les acteurs du numérique et diminuer la pollution liée aux usages digitaux. A fortiori quand nous avons avec la French Tech l’une des toutes premières puissances digitales au niveau mondial.

Bref, il est indispensable de transversaliser les révolutions et notamment faire converger transformation digitale et transition écologique. Comment à la fois contenter les entreprises et leur recherche de performance, les consommateurs et leurs usages, et la société qui nous enjoint d’inclure les plus faibles, les plus démunis et la planète qui se meurt ? Comment rendre le digital digne de ce nouveau contrat moral qui lie indéfectiblement les usages qu’il permet au monde qu’il impacte ?

Ce tour de force est possible. Grâce aux individus et aux écosystèmes qui savent tirer le meilleur de la technologie et de la créativité sous contraintes.

Sous contraintes ne veut pas dire des expériences digitales moins inventives ou moins excitantes. Au contraire, le digital redevient ce lieu de tension positive où la vitesse d’innovation et d’exécution n’est plus le seul étalon mais où la créativité redevient maître à bord pour créer les services et les espaces d’expression de demain, à la fois pertinents et durables.

Sous contraintes ne veut pas dire non plus des expériences moins performantes. Au contraire, c’est cette notion d’utilité responsable qui permettra aux entreprises de renverser l’inadéquation première entre transition numérique qui en veut toujours plus et transition écologique et sociale qui en veut toujours moins.

Peu d’organisations ont encore réellement compris en pratique le fantastique terrain de jeu que représente cette nécessaire convergence d’intérêts. Nous sommes pourtant rentrés dans la 2ème ère de l’utilité digitale où data, technologie, design et créativité, avec la bonne combinatoire, seront à même d’insuffler au digital cet esprit de responsabilité qui, aujourd’hui, nous oblige tous

Sandrine Vissot-Kelemen

Présidente de Razorfish France, Publicis Groupe


[1] « Quelle est la sensibilité des Français à l’égard de l’empreinte environnementale du digital ? » Observatoire AACC avec OpinionWay, octobre 2020

*GES : Gaz à Effet de Serre

**GAFAM : G pour Google, F pour Facebook, M pour Microsoft et les deux A pour Apple et Amazon.

***PPL REEN  : proposition de loi visant à « Réduire l’empreinte environnementale du numérique en France

Dernières publications

Antoine Hubert, Président et CEO d’Ÿnsect : « l’activité d’Ÿnsect est l’une des premières à être carbone négative en France »

Ÿnsect, startup spécialisée dans l’élevage et la transformation d’insectes pour l’alimentation animale est une championne de l’Impact. Après des levées de fonds spectaculaires atteignant 357 millions d'euros, Ÿnsectest en pleine phase de croissance et se place dans les starting-block pour produire des protéines à base d’insectes pour l’alimentation humaine. The Good rencontre le visionnaire Antoine Hubert, Président et CEO d’Ÿnsect, qui nous explique sa stratégie de développement et son engagement pour protéger l’environnement et la santé.

Shift Your Job : un « pôle emploi du climat » collaboratif qui cartonne

Face à la crise climatique et à la nécessité d’engager des plans de reconversion écologique massifs, la plateforme française Shift Your Job recense les entreprises et associations engagées dans la transition carbone. Une aubaine pour celles et ceux dont le métier ne fait plus sens en ce contexte de crise sanitaire. Éclairage avec Ariane Phélizot, initiatrice du projet.

Passer à la semaine de 4 jours pour préserver le climat

Selon une étude britannique, réduire le temps de travail hebdomadaire permettrait au Royaume-Uni d’économiser l’équivalent en émission de CO2 de ses 27 millions de voitures en circulation. Une baisse drastique née de la respiration sociale qu’offre une semaine allégée, propice au temps libre et aux activités peu carbonées comme la cuisine, le sport et le bénévolat.

Greenmetrics lève 1,8 million d’euros pour décarboner les entreprises

Greenmetrics s’inscrit dans une nouvelle génération d’acteurs qui viennent apporter des solutions concrètes dont l’importance a été soulevée une nouvelle fois lors de la COP26

Participez au challenge Empreinte Carbone

La plateforme Vendredi organise, à l’occasion de la semaine du développement durable, un challenge empreinte carbone ce mardi 21 septembre de 11h30 à 12H30. Le challenge permet de calculer, en moins d'une heure et grâce à l'outil de calcul de l’association 2Tonnes, l'estimation précise de ses émissions de CO2, ainsi que les meilleurs leviers de réduction. Et offre en bonus, la possibilité d’échanger avec un expert de l’association. Déjà 600 participants sont inscrits. Pourquoi pas vous?