« Notre 1ère mission est de défendre un achat raisonné, et une alimentation saine et durable », Clément Bonhomme (Foodles)

(contenu partenaire) Le co-fondateur et co-CEO de Foodles, présent à cette nouvelle édition de PRODURABLE (12 et 13 septembre 2023), explique à TheGood comment son entreprise veut être une cantine gourmande et toujours plus engagée au quotidien.

1/ En quoi Foodles est une entreprise responsable ?

Depuis notre création, nous œuvrons pour un impact positif de notre activité sur l’environnement et pour des pratiques respectueuses.
Nous avons structuré notre stratégie autour de 4 missions fondatrices qui nous ont notamment permis de devenir Entreprise à mission en juin 2022 et d’obtenir tout récemment notre certification B Corp.

Notre 1ère mission repose sur l’essence même de notre activité : défendre un achat raisonné, une alimentation saine et durable avec une charte qualité exigeante.

Bien manger et de bonnes choses, à la maison comme au bureau, est fondamental.

Notre charte qualité est exigeante, nous proposons de plus en plus de recettes végétarienne (40% au menu), 70% de nos plats sont Nutri-Score A ou B.

Notre 2ème mission est de réduire notre impact écologique grâce à nos démarches zéro déchet, anti-gaspillage et nos mesures internes. Elle est le socle fort de nos engagements, car nous sommes conscients de l’impact de Foodles et nous souhaitons, chaque jour, tendre vers un modèle plus vertueux. 

Ainsi et dès 2020, nous avons pris l’initiative de qualifier et quantifier nos émissions : nous sommes fiers d’avoir pu réduire de 42% notre empreinte carbone moyenne par repas entre notre premier bilan carbone (2021) et le dernier en date (2023) à périmètre égal.

Notre 3ème mission est l’engagement pour l’emploi durable, la réinsertion des personnes éloignées de l’emploi et le bien-être des collaborateurs. Nos valeurs ont toujours guidé nos actions et notre comportement, elles inspirent notre management et nos organisations. Foodles est labellisé HappyIndex®AtWork et TechAtWork®, avec des taux de recommandation de 82,2 % et 88,2 % respectivement. Nos collaborateurs sont recrutés en CDI, quel que soit le métier : nous avons d’ailleurs été les premiers à recruter tous nos livreurs et préparateurs en CDI.

Enfin, notre 4ème mission est de valoriser des associations à but non-lucratif auprès de nos convives et des collaborateurs.

C’est la mission la plus fédératrice et nos collaborateurs s’investissent chaque jour pour apporter à leur échelle, une aide directe ou indirecte au tissu associatif local en bénéficiant de 2 journées de solidarité par collaborateur et par an. Parmi nos actions historiques, le don alimentaire nous a permis de donner 33 839 articles invendus en 2022 auprès de 8 associations.

2/ Quel est l’engagement RSE dont vous êtes le plus fier ? Pourquoi ?

Difficile de choisir entre nos 4 missions car elles sont complémentaires et définissent notre ADN, elles sont vraiment indissociables. Je dirais que ce dont nous sommes le plus fiers avec Michaël, c’est notre collectif. Nos collaborateurs vivent véritablement nos valeurs, s’engagent à accomplir ces 4 missions au quotidien et ce, quel que soit leur métier. 

Cette dynamique d’équipe nous permet aujourd’hui de mener une stratégie environnementale concrète, qui porte ses fruits chaque jour. 

Et c’est grâce à tout cela que nous sommes devenus Entreprise à Mission en 2022 et tout récemment entreprise certifiée B Corp. Ces deux étapes sont importantes pour notre développement, car elles viennent soutenir nos efforts et vont nous aider à nous challenger et préciser encore plus nos plans d’actions.

3/ Quels sont les progrès RSE que vous devez réussir à accomplir ?

Nous gardons notre cap, celui de défendre une cantine gourmande et toujours plus engagée. Conscients de notre impact, nous continuerons de maintenir nos efforts.

Nous avons notamment identifié des actions prioritaires à mener autour de trois axes de travail : nos ingrédients (développement de nos recettes végétariennes, gestion de nos invendus…), nos transports (diminution de nos émissions au cours des tournées, développement de notre flotte de véhicules électriques…) et nos emballages (deuxième analyse à venir sur l’impact de notre modèle logistique). L’objectif est simple : continuer à réduire notre impact moyen par plat.

Dernières publications

“L’entreprise fraternelle, levier du monde complexe”, Marion Darrieutort et Julien Brézun (Entreprises & Progrès)

Ouverture, altruisme, et politique, voilà quels pourraient être les piliers d’une entreprise du XXIe siècle dans laquelle les Français, mais plus largement les Européens ont confiance pour créer du lien.

Palmarès de la 12ème cérémonie des Margaret

Le 11 mars, la JFD et ses partenaires ont révélé les lauréates de la promotion “Championing Women” du Prix les Margaret, au cours d’une cérémonie exceptionnelle chez Bpifrance, réunissant des personnalités incontournables de l’économie et de la tech internationale. 

Le groupe Bel s’engage pour la restauration des tourbières du massif du Jura

Le groupe Bel annonce un partenariat pionnier avec le Conservatoire d’espaces naturels (CEN) de Franche-Comté et les Établissement Public d’Aménagement et de Gestion de l’Eau (EPAGE) Haut-Doubs Haute-Loue et Doubs-Dessoubre pour restaurer plus de 40 tourbières du massif du Jura sur les six prochaines années.

Amazon inaugure son premier pôle dédié à l’aide aux victimes de catastrophes naturelles en Europe

Amazon inaugure son premier pôle dédié à l’aide aux victimes de catastrophes naturelles en Europe

Le baromètre Ademe-ObSoCo se penche sur les sobriétés et modes de vie des Français

L’ADEME et l’ObSoCo publient un nouveau baromètre intitulé « Sobriétés et modes de vie », afin de mieux appréhender les pratiques et représentations des Français sur ce sujet, ainsi que les conditions de mise en œuvre de démarches collectives et individuelles de sobriété et les incidences sur les différents publics.