Les professionnels de l’événement s’engagent pour la croissance verte en faveur de la transition vers l’économie circulaire

La France produit et accueille chaque année des milliers d’événements à but professionnel qui génèrent des retombées économiques significatives dans les territoires. Elle compte plusieurs références mondiales parmi les entreprises du secteur.

Durement touchés par la crise sanitaire, les professionnels du secteur, réunis au sein de l’Union des métiers de l’événement (UNIMEV) ont mis cette période à profit pour réfléchir à la réduction des impacts environnementaux des activités évènementielles. Après plusieurs mois de travail, conjointement avec les ministères de l’Économie, des Finances et de la Relance, et de la Transition écologique, ces réflexions ont débouché sur une somme d’engagements visant à accélérer la transition du secteur vers une économie circulaire.

Les pouvoirs publics et les organisations professionnelles ont ainsi décidé de s’engager ensemble à travers un Engagement pour la Croissance Verte, signé entre l’UNIMEV, LÉVÉNEMENT Association et la Fédération des métiers de l’exposition et de l’événement d’une part et le ministère de la Transition écologique et le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance d’autre part. Cette signature s’inscrit également dans le cadre du plan Destination France, qui consacre à l’événementiel des mesures spécifiques pour encourager la relance du secteur.

Cet engagement de 3 ans participera notamment à l’atteinte des objectifs nationaux de la loi du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et l’économie circulaire.

Concrètement, les professionnels s’engagent à :

• Réduire à la source et mieux valoriser les déchets produits par les événements (moquette, signalétique, bois/mobilier, coton-gratté, plastique, déchets alimentaires);

• Développer le réemploi des principaux éléments de construction des stands (panneaux, cloisons) et du mobilier ;

• Réduire le gaspillage alimentaire et favoriser le don à des associations.

Ces différents engagements sont assortis d’indicateurs de mesure qui permettront d’évaluer régulièrement les progrès réalisés sur chacun des engagements. Un Observatoire national sur les déchets et les ressources secondaires dans le secteur de l’événement sera également mis en place pour recueillir précisément les données.

De son côté, l’État s’engage par exemple à étudier les évolutions réglementaires à apporter aux réglementations susceptibles de constituer un frein à l’atteinte des objectifs fixés dans le cadre cet Engagement pour la Croissance Verte, à mettre en place des événements ou activités événementielles écoresponsables, ou encore à soutenir l’analyse des enjeux de gestion des compétences nécessaires pour développer l’économie circulaire dans le secteur de l’événement et l’adaptation de l’offre de formation professionnelle.

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique déclare « cet engagement croissance verte contribuera à renforcer la compétitivité du secteur. » 

« L’évènementiel est engagé à 100% dans une reprise tant économique qu’écologique. C’est le sens de la signature de cet engagement pour la croissance verte. », selon Jean-Baptiste Lemoyne, ministre délégué chargé du Tourisme, des Français de l’étranger, de la Francophonie et des Petites et Moyennes entreprises.

Pour Renaud Hamaide et Pierre-Louis Roucaries, co-présidents d’UNIMEV : « L’événementiel est en soi un outil fondamental de progrès et de transformation au service des filières économiques. Les entreprises événementielles cherchent à être exemplaires en la matière. Elles se réjouissent de l’impulsion de l’Etat à leur côté. »

Emilie Thiry
Ex publicitaire reconvertie dans la communication corporate en 2011, puis dans la politique en 2015, Emilie est depuis juillet 2020 en charge du consulting et de la diversification des offres d’INfluencia. Elle dirige à ce titre The Good, la plateforme dédiée à la transformation écologique, sociale et solidaire des entreprises et des marques. Elle anime également un séminaire sur le monde de la communication en Master 2 Conseil éditorial à Sorbonne Université. Emilie est diplomée de l’IEP de Strasbourg et ancienne élève du CELSA.

Dernières publications

Carenews et KPMG publient les résultats du premier baromètre des directions de l’engagement

Carenews, le média des acteurs de l’engagement et KPMG France, leader de l’audit et du conseil, présentent le premier baromètre des directions de l’engagement qui dresse le portrait de ces nouvelles fonctions structurant l’entreprise....

JCDecaux teste la collecte des biodéchets des Parisiens

89% des Français trient leurs emballages d’après le troisième Observatoire du geste de tri des Français par Ipsos pour Citeo. Cependant les déchets alimentaires correspondent, selon l'ADEME, au tiers des déchets résiduels présents dans...

BonaGive, le “leboncoin” des collaborateurs d’entreprises

BonaGive est une application mobile pour échanger des biens de la vie courante sur son lieu de travail entre collaborateurs et développer son réseau autour de la RSE et de l’économie circulaire. L’entreprise lyonnaise donne une bonne occasion de contribuer à la protection de la planète en évitant le gaspillage tout en renforçant le lien social entre collègues.

Accor, Generali, Chloé et 47 autres organisations se mobilisent pour les personnes réfugiées et exilées avec UTOPIES et SINGA

La Banque Mondiale estime qu’il y aura 216 millions de déplacés climatiques en 2050. Et 6,6 millions de personnes ont fui l’Ukraine depuis le début du conflit, ce qui constitue la pire crise migratoire...

Marie Even (Cdiscount) : “Nous voulons montrer qu’il existe un e-commerce qui peut concilier croissance économique et RSE”

Cdiscount est depuis longtemps engagé dans une démarche de réduction de son empreinte, ce qui lui a valu deux prix argent dans les catégories “Encourager une consommation responsable” et “Réduire les déchets” lors du 1er Grand Prix de la Good Économie 2021. The Good fait le point sur la transformation en cours de l’entreprise française de e-commerce avec Marie Even, sa directrice générale adjointe.