L’AACC et Green IT lancent la 1ère étiquette de performance environnementale pour les sites web

C’est le tout premier dispositif ouvert et gratuit pour déclarer le niveau de performance environnementale et les impacts environnementaux d’un service en ligne de façon standard.

L’Association des Agences-Conseils en Communication (AACC) et le collectif Green IT présentent le premier dispositif ouvert et gratuit pour déclarer le niveau de performance environnementale et les impacts environnementaux d’un service en ligne de façon standard. Une avancée majeure pour les internautes comme pour les éditeurs de sites web. Comment mesurer et afficher la performance environnementale de son site en apportant de la lisibilité aux internautes, tout en évitant le greenwashing ? Pour y parvenir, l’AACC et le collectif Green IT ont créé un dispositif de déclaration environnementale pour les sites et autres services en ligne. La déclaration environnementale est avant tout pensée comme un levier de réduction des impacts environnementaux du numérique qui représentent environ 4 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales, soit plus que l’aviation civile.

Complet, gratuit et ouvert, ce dispositif permet d’afficher la synthèse des impacts environnementaux d’un site web ou d’un service en ligne tout en mettant en avant les efforts d’écoconception mis en place pour réduire ces impacts. Cette déclaration environnementale s’inscrit dans l’esprit de l’article 2* de la loi Climat et Résilience qui incite tous les secteurs d’activité à tester des dispositifs d’affichage environnemental.

Un dispositif simple qui nécessite moins d’une journée pour être déployé.

Dans cet esprit, il permet à tous les acteurs d’évaluer et de déclarer de la même façon leurs impacts environnementaux. L’évaluation des impacts repose sur l’outil de référence de la profession : l’EcoIndex. Très facile à utiliser et gratuit, cet outil permet d’enregistrer les impacts environnementaux d’un parcours utilisateur en quelques clics. Le dispositif de déclaration environnementale permet alors de publier les résultats dans un format standard. L’évaluation des impacts et la rédaction de la déclaration nécessitent moins d’une journée de travail car l’AACC et le collectif Green IT proposent un kit « clés en mains » comprenant l’outil de mesure, un mode d’emploi, et un modèle de déclaration.

Cette standardisation très attendue permet désormais aux internautes de comparer les impacts environnementaux de plusieurs sites web offrant le même service. « Les internautes peuvent ainsi choisir un service plutôt qu’un autre en fonction de sa performance environnementale » indique Frédéric Bordage, fondateur du collectif Green IT et à l’origine du dispositif. Mais cet outil était aussi très attendu par les organisations qui écoconçoivent déjà leurs services en ligne pour en réduire les impacts. « Elles peuvent ainsi valoriser leur démarche » explique Frédéric Bordage.

Déjà des premières déclarations d’acteurs engagés

Ce dispositif a été mis au point par les experts du collectif Green IT avec le concours des agences Adveris et Spin Interactive, membres de l’AACC. Il a déjà permis de valoriser les efforts de la métropole de Grenoble qui a divisé par deux les impacts environnementaux de son nouveau site web, aujourd’hui le plus performant de sa catégorie. D’autres acteurs comme Covéa Affinity et l’association Teragir ont eux aussi testé l’outil avec succès. « Il était essentiel pour nous de travailler sur un format standard, lisible par tous, même sans compétence en matière de développement durable, et surtout transparent, objectif et garanti sans greenwashing » précise Romain Troche, co-fondateur de Spin Interactive, membre de la commission RSE de l’AACC.

L’ambition de cette déclaration environnementale est en effet d’apporter une information lisible et très rapidement interprétable. En un clin d’œil, l’internaute découvre un score de performance environnementale sur une échelle standard de A à G complétée par une note sur 100, ainsi que le détail des impacts environnementaux et de la méthode d’évaluation. Les déclarants sont invités à compléter cette information synthétique avec l’évaluation des principaux parcours réalisés par les internautes sur leur site.

Et ensuite ? Le dispositif de déclaration environnementale va maintenant entrer dans une seconde phase de déploiement consistant à agréger un premier gros volume de déclarations. Cette étape, qui s’étalera jusqu’à la fin de l’année 2023, permettra de tirer un premier bilan début 2024 et d’affiner le dispositif. Tous les éditeurs de services en ligne disposeront alors d’un outil commun pour déclarer et afficher les impacts environnementaux de leurs sites web et autres services en ligne.

Dernières publications

“L’entreprise fraternelle, levier du monde complexe”, Marion Darrieutort et Julien Brézun (Entreprises & Progrès)

Ouverture, altruisme, et politique, voilà quels pourraient être les piliers d’une entreprise du XXIe siècle dans laquelle les Français, mais plus largement les Européens ont confiance pour créer du lien.

Palmarès de la 12ème cérémonie des Margaret

Le 11 mars, la JFD et ses partenaires ont révélé les lauréates de la promotion “Championing Women” du Prix les Margaret, au cours d’une cérémonie exceptionnelle chez Bpifrance, réunissant des personnalités incontournables de l’économie et de la tech internationale. 

Le groupe Bel s’engage pour la restauration des tourbières du massif du Jura

Le groupe Bel annonce un partenariat pionnier avec le Conservatoire d’espaces naturels (CEN) de Franche-Comté et les Établissement Public d’Aménagement et de Gestion de l’Eau (EPAGE) Haut-Doubs Haute-Loue et Doubs-Dessoubre pour restaurer plus de 40 tourbières du massif du Jura sur les six prochaines années.

Amazon inaugure son premier pôle dédié à l’aide aux victimes de catastrophes naturelles en Europe

Amazon inaugure son premier pôle dédié à l’aide aux victimes de catastrophes naturelles en Europe

Le baromètre Ademe-ObSoCo se penche sur les sobriétés et modes de vie des Français

L’ADEME et l’ObSoCo publient un nouveau baromètre intitulé « Sobriétés et modes de vie », afin de mieux appréhender les pratiques et représentations des Français sur ce sujet, ainsi que les conditions de mise en œuvre de démarches collectives et individuelles de sobriété et les incidences sur les différents publics.